3 stratégies marketing que vous n’utilisez pas …et vous avez tort !

En tant que fournisseur d’une solution ecommerce, nous sommes tous les jours en contact avec des vendeurs sur internet qui nous demandent des conseils pour augmenter leurs ventes.

Beaucoup d’entre vous semblez avoir testé de nombreuses techniques et faites preuve d’audace et d’imagination.

Mais parfois, c’est astuces marketing sont coûteuses ou extrêmement chronophages.

Aussi, nous allons partager avec vous aujourd’hui 3 stratégies trop peu utilisées et pourtant très efficaces afin de toucher une plus vaste cible et de convertir plus de prospects.

1. Utilisez la fonction Relance des paniers abandonnés

Relance panier abandonne de la Redoute
Si vous êtes connecté sur le site de la Redoute et ajoutez des produits à votre panier mais ne finalisez pas votre achat, vous recevrez un email comme celui-ci.

Si vous êtes connecté sur le site de la Redoute et ajoutez des produits à votre panier mais ne finalisez pas votre achat, vous recevrez un email comme celui-ci.
Avez-vous idée du pourcentage de personnes qui mettent un produit dans le panier d’une boutique en ligne, mais n’achètent pas au final?

5%? 10%?

Non, entre 56% (étude Statista) et 68,55% (étude du Baymard Institute conduite auprès de gros e-commerçants). On peut imaginer que les taux d’abandon sont peut-être plus faibles pour les plus petites boutiques ecommerce, mais tout de même, fournir tant d’efforts pour attirer les visiteurs sur votre site et faire en sorte qu’ils mettent vos produits dans leur panier pour…. pschitt… ne pas concrétiser la vente, c’est rageant!

Le site Statista a analysé les raisons qui pouvaient pousser les internautes à ne pas finaliser leur achat.

Comme vous pouvez le lire ci-dessous (si vous ne parlez pas anglais, demandez-nous la traduction), les raisons sont diverses et tiennent aussi bien de la fiabilité de la plateforme e-commerce (site qui crashe) que d’un manque d’informations préalablement fournies par le vendeur (modes de livraison, devise) ou bien tout simplement des doutes du consommateur (“Ai-je vraiment besoin de ce produit ? Ne trouverai-je pas moins cher ailleurs?”)

Raisons qui poussent les clients à ne pas finaliser leur achat

Pour pallier cela, Clicboutic vous propose une fonction de relance des paniers abandonnés disponible avec le plan Clicboutic Plus.

Activez-là, vous pourrez ainsi récupérer 15% de paniers en moyenne (étude interne menée auprès d’e-commerçants Clicboutic).

2. Inscrivez vos produits dans Google Shopping

Stratégie marketing : référencez vos produits chez Google Shopping

Dans notre dernier article consacré au référencement, nous avons observé ce qui se passe lorsque l’on tape “robe noire”.

résultat Google images

En haut à droite figurent en bonne position les résultats des produits inscrits sur la plateforme de Google Shopping.

Contrairement aux annonces Adwords qui ne sont que des annonces texte, ces liens publicitaires sont accompagnés d’images et attirent donc immédiatement l’attention. Il est en outre facile de voir si le produit présenté ou pas nous plait.

Cela a son importance car si vous présentez une robe noire qui n’est pas celle que recherche l’internaute, il ne cliquera pas sur votre annonce et vous ne paierez donc rien.

Google Shopping se rémunère en effet uniquement lorsqu’une personne clique sur votre annonce et est redirigée vers votre site. En cela, manager une campagne Google Shopping est relativement similaire à la gestion d’une campagne Adwords et vous devez penser un peu de la même manière le budget que vous êtes prêt à y consacrer.

Sachez en outre que la plupart des internautes ne savent pas qu’il faut payer pour y figurer et confondent souvent Google Shopping avec un comparateur de prix neutre et objectif. Ils ont donc tendance à penser que les articles présentés dans Google Shopping sont parmi les plus avantageux d’un point de vue financier.

Clicboutic propose à tous ses commerçants l’intégration avec Google Shopping et si vous avez la moindre question à ce sujet, n’hésitez pas à appeler nos conseillers.

3.Commencez une newsletter… maintenant

Newsletter delamaison pour faire revenir les clients sur le site

Un exemple d’une newsletter Delamaison

On croit souvent à tort la newsletter réservée aux blogueurs et infopreneurs. Certains nous ont dit “J’ai mis un maximum d’informations sur le site, pourquoi ajouter une newsletter?”

Mais une adresse email, c’est aujourd’hui ce qui a le plus de valeur. En effet, nous vérifions nos emails en permanence. Lorsque quelqu’un vous donne son email, c’est qu’il vous autorise à communiquer avec lui, à lui proposer vos produits quand vous le souhaitez.

Vous n’avez donc pas à attendre et espérer qu’il se rende à nouveau sur votre site.

Pour cela, n’hésitez pas à installer des outils peu chers, voire gratuits, comme Mailchimp (gratuit jusqu’à 2000 contacts) qui permet de collecter et d’envoyer des newsletters à vos abonnés. Pour cela, il vous suffit de modifier quelques lignes de code sur votre boutique Clicboutic.

Car si Clicboutic vous offre des templates pour vous faciliter la vie, nous vous autorisons également à modifier le code de votre boutique pour la personnaliser selon vos envies.

Pour inciter les internautes à s’inscrire à votre newsletter vous pouvez leur promettre:

– des réductions exclusives
– des invitations à des ventes privées
– un coupon de réduction sur leur première commande

Je suis persuadé que vous trouverez sans peine l’argument qui les incitera à vous confier leur précieuse adresse email.

Alors, êtes-vous prêt à augmenter durablement votre taux de conversion et à améliorer de manière significative vos ventes?

A très bientôt!

E-commerçants : comment gagner de l’argent pendant les soldes ?

Bonjour à tous,

j’espère que vous avez bien profité des fêtes de fin de Noël et que vous vous sentez d’attaque pour ce qui pourrait bien être l’un de vos plus gros mois en termes de volume de ventes : les soldes.

Selon Criteo, la plateforme de reciblage publicitaire sur internet,
“- Pendant la période des soldes d’hiver, les ventes sont en moyenne 39% plus élevées que pendant le reste de l’année.
– Cette période est clé pour les e-commerçants : elle représente 14% de leurs ventes annuelles en volume, soit 12% de plus que les soldes d’été et 51% de plus que les ventes de Noël”.

Je sais que les derniers mois de l’année vous ont demandé beaucoup de travail afin que vos produits figurent dans la liste au Père Noël de nombreux internautes, mais il vous faudra encore attendre quelques semaines de plus car il est important d’être bien préparé pour les soldes.

Les soldes ne sont pas de simples “réductions” ou “promotions”

Il convient de commencer par un petit rappel réglementaire sur ce que sont les soldes. Si dans les vocabulaire courant, on a tendance à employer indifférement des termes comme “soldes”, “réductions”, “promotions”, “prix cassés”…, les soldes sont des ventes réglementées qui rentrent dans un cadre très spécifique.

Vous trouverez toutes les informations nécessaires sur le Portail de l’Economie et des Finances.
On y apprend en effet que “Les soldes sont des ventes qui, d’une part, sont accompagnées ou précédées de publicité et sont annoncées comme tendant, par une réduction de prix, à l’écoulement accéléré de marchandises en stock et qui, d’autre part, ont lieu durant les périodes définies, pour l’année civile”.

En outre, “les limitations de garanties sur les soldes sont illégales”, “les soldes ne pouvant porter que sur des marchandises proposées à la vente et payées depuis au moins un mois, les commerçants ne peuvent pas se réapprovisionner pendant ces opérations commerciales (contrairement aux promotions), et “la distinction entre les articles soldés et non soldés doit clairement apparaître aux yeux des consommateurs dans le point de vente”.

Il est donc hors de question de créer un prix d’origine artificiellement élevé pour donner l’impression que la réduction appliquée est importante.

Cette année, les soldes d’hiver auront lieu du mercredi 6 janvier 2016 au mardi 16 février 2016 dans la plupart des départements français. Voici 5 conseils pour liquider tout votre stock pendant ce rendez-vous chéri des Français.

Préparez-vous pour les soldes

1. Communiquez dès à présent avec vos clients

Je vous encourage à envoyer une newsletter dès cette semaine à vos clients pour les prévenir de se tenir prêts pour les soldes car ils pourront faire de belles affaires sur votre site. Ils pourront ainsi faire du repérage dans votre boutique et n’auront plus qu’à ajouter les articles souhaités dans leur panier dès le 6 janvier.
Le budget moyen des Français pendant les soldes est de 200 euros environ, aussi faites le nécessaire pour que votre site soit bien présent dans leur esprit au moment de faire les soldes sur internet.

2. Préparez des visuels spécialement pour les soldes

Bannière spécial soldes

Si vous avez un graphiste, demandez lui de créer des visuels spécialement pour les soldes, en particulier une bannière qui annoncera haut et fort les réductions dont pourront profiter vos clients sur votre site.
Si vous n’avez pas de graphiste, vous pouvez en trouver un en freelance, sur Fiverr notamment.

3. Mettez un article populaire en soldes

Quelle stratégie allez-vous appliquer ? Proposer une réduction globale sur l’ensemble de votre site ? Ou bien n’offrir des soldes que sur une sélection de produits ?
Les deux stratégies ont leurs avantages, aussi ne donnerai-je pas de recommandations à ce sujet.
L’objectif des soldes étant d’écouler votre stock, il semble naturel de proposer les plus fortes réductions sur les produits que vous avez le moins bien vendu la saison passée. Ainsi, des personnes qui n’auraient pas acheté les articles plein tarif, pourraient se laisser tenter.
Toutefois, je vous suggère également de mettre un produit populaire en soldes. Certes, vous pourriez arguer que vous l’auriez vendu plein tarif de toute façon en dehors des périodes de réduction.
Mais en proposant un produit d’appel, vous multipliez ainsi vos chances de voir vos clients ajouter d’autres articles à leur panier.

4. Jouez sur l’effet de rareté

Le dilemme du consommateur est toujours le même : dois-je acheter maintenant, quitte à ne pas obtenir le meilleur tarif possible, ou bien repousser mon achat dans l’espoir d’une baisse de prix au risque que l’article ne soit plus disponible ?
Vous pouvez exploiter cette crainte en laissant clairement entendre à vos clients qu’ils pourraient louper une très bonne affaire en n’achetant pas maintenant. Dès mentions telles que “plus que 2 exemplaires en stock” sont en effet très efficaces pour inciter les clients à dépenser sans plus attendre.

5. Analysez vos résultats de vente

Mi-février, vous pourrez enfin souffler un peu après des périodes de Noël et de soldes trépidantes. Profitez de ce moment pour analyser vos ventes, acquérir une meilleure connaissance du comportement et des attentes de vos clients et être ainsi mieux armé pour les prochaines soldes.
Quelle hausse de chiffre d’affaires avez-vous enregistré ?
Quelle marge avez-vous faite ? Il est important de s’assurer que vous n’avez pas trop sacrifié votre marge.
Quel a été le panier moyen dépensé?
Quels articles sont-ils le mieux partis ?

En répondant à ces questions, vous tirerez de nombreux enseignements que vous pourrez mettre en pratique lors des prochaines soldes.

Nous vous souhaitons de réaliser de très belles ventes pendant les soldes. Dans le prochain article, nous verrons dans quels cas proposer des réductions et baisses de prix pour booster vos ventes.

Comment lancer un business à côté de son boulot

Près de 3 Français sur 10 rêveraient de devenir leur propre patron selon un sondage réalisé par l’institut Think.

Si vous en faites partie, peut-être n’êtes pas vous prêt pour autant à quitter votre emploi salarié En effet, le statut de salarié, s’il peut s’avérer frustrant (revenus qui évoluent peu, perspectives de carrière parfois bouchées et emploi qui perd de son attrait avec le temps), comporte toutefois de nombreux avantages auxquels tout le monde n’est pas prêt à renoncer : salaire versé tous les mois, cotisations sociales payées par l’employeur et congés payés.

Aussi, avant de sauter dans le grand bain de l’entrepreneuriat, gérer sa petite entreprise à côté de son boulot est une solution séduisante. Cela permet à la fois de tester son concept sans prendre trop de risques et de continuer à assurer la stabilité financière de son foyer.

Toutefois, les journées ne faisant toujours que 24 heures, comment concilier travail salarié, vie familiale et sociale et entrepreneuriat?

Voici 5 conseils pour vous aider dans la création de votre petite entreprise.

1. Devenir chef d’entreprise, c’est un projet familial

Si vous n’avez pas eu besoin du consentement de votre conjoint, de vos enfants lorsque vous avez signé dans l’entreprise pour laquelle vous travaillez, monter un business sur ses heures de temps libre (le soir, le week-end) requiert l’adhésion totale de ceux qui partagent votre vie.
Le temps que vous consacrerez à cette entreprise, vous ne le passerez pas avec eux et votre implication dans la gestion au quotidien de votre famille risque de se réduire comme peau de chagrin.
C’est pourquoi il est indispensable que vous soyez soutenu par votre conjoint. Cette entreprise qui est la vôtre est un peu celle de votre famille également.

2. Allez à l’essentiel

Une fois que vous avez trouvé votre idée d’entreprise, il vous faut rapidement valider son potentiel et vous lancer à la conquête de vos premiers clients. La prospection commerciale doit rester votre objectif prioritaire.

Ne vous éparpillez pas à essayer tous les réseaux sociaux à la mode car il est peu probable que vos prospects se trouvent sur tous. La plupart du temps, si vous vendez des produits de grande consommation, vos clients utilisent Facebook et Pinterest. C’est souvent tout ce dont vous avez besoin.
Nous vous invitons d’ailleurs à relire notre article Monter son entreprise e-commerce : par où commencer? Vous y trouverez des conseils sur les étapes essentielles et prioritaires lorsque l’on monte son entreprise (que ce soit à temps plein ou après le boulot).

3. Adoptez une organisation militaire

Les journées sont courtes, vos heures sont comptées, aussi vous devez vous imposer une hygiène de vie stricte et des horaires auxquels vous ne devrez pas déroger. C’est en effet lorsque l’on a une routine, un cadre bien défini que l’on est le plus efficace.

Ensuite, décomposez vos tâches en micro-tâches. Cela vous évitera de procrastiner et de vous sentir paralysé par l’étendue du travail à abattre.
Je vous recommande plusieurs méthodes que j’ai testées.

A/ Mettez vous des rappels dans Google Calendar. Astreignez vous alors à réaliser la tâche que vous vous êtes fixé. Toutefois, la difficulté de ce système est que si l’on a mal estimé le temps requis, il est tentant de finir le travail débuté alors même qu’une nouvelle tâche a été programmée.

B/ Utilisez le bon vieux cahier d’écolier dans lequel vous répertoriez vos différentes tâches par type d’activité (site internet, prospection commerciale, réseaux sociaux, marketing, approvisionnement, etc…).
Une fois la tâche accomplie, rayez-là, raturez-là : ce simple petit geste est jouissif. Il donne l’impression (réelle) que l’on avance bien.

C/ Autre solution que j’apprécie : Trello. C’est la version informatique du cahier d’écolier. Vous créez autant de colonnes que de type d’activité + une dernière intitulée « fait ». Puis, pour chaque tâche, vous créez une note que vous bougez dans la catégorie « fait » une fois que vous l’avez effectuée. Vous pouvez même programmer des rappels par tâche si l’est important qu’elles soient réalisées avant une date précise.

4. Déléguez

Si la relation client et la prospection commerciale doivent rester votre chasse gardée au moins dans un premier temps, tout le reste peut être délégué. Le fait de conserver votre emploi salarié vous permet de disposer de plus de fonds que si vous vous lanciez lors d’une période d’inactivité ou de chômage par exemple. Alors profitez-en pour employer des freelances (je pense notamment à un designer). Vous pouvez également bénéficier de l’expertise de professionnels à des tarifs très compétitifs comme nous l’expliquons dans cet article.

5. Automatisez tout ce qui peut l’être

A chaque fois que vous faites et refaites une même action, demandez-vous dans quelle mesure vous pourriez automatiser ce processus afin de rendre moins chronophages ces actions.
Vos prospects vous posent toujours les mêmes questions ? Améliorez vos fiches produits et créez une FAQ (liste de questions fréquemment posées).
Vous vous interrompez pour poster un nouvel article sur Facebook chaque fois que vous lisez quelque chose d’intéressant ? Utilisez un outil comme Buffer pour programmer à l’avance la publication de vos articles.
Vous souhaitez fidéliser vos clients et leur envoyer régulièrement des informations sur vos produits ? Mettez en place un auto-répondeur comme Mailchimp (gratuit jusqu’à 2000 abonnés à votre newsletter). Ainsi, à partir du moment où quelqu’un s’inscrit à votre newsletter, cette personne recevra à intervalle régulier des emails que vous aurez écrits à l’avance et qui leur donneront plein de conseils sur la meilleure façon d’utiliser et de profiter de vos produits.

Etre un entrepreneur est un challenge. L’être alors que l’on a déjà un travail l’est encore plus mais comporte deux grands avantages : d’une part vous avez plus de fonds disponibles, et d’autre part, le peu de temps dont vous disposez vous oblige à aller à l’essentiel et donc à être plus efficace.

Nous espérons vous avoir aidés avec ces conseils et vous souhaitons que ce petit business démarré sur votre temps libre vous permette de gagner plus d’argent et de devenir suffisamment rentable pour devenir votre activité à temps plein.

20 boutiques en ligne à tomber par terre

Bonjour,

voici pour votre plaisir et en guise de source d’inspiration 20 boutiques en ligne à tomber par terre. Elles sont non seulement jolies à regarder mais offrent également une expérience utilisateur simple et agréable afin d’aider les internautes à trouver rapidement le produit qu’ils recherchent et à sortir leur carte bleue sans plus attendre.

Nous les avons classées par type de produits et en fonction des catégories de produits les plus populaires chez les commerçants Clicboutic. Cette liste regroupe aussi bien des marques bien connues du grand public que des petits sites plus confidentiels mais tout autant soignés.

Les boutiques de mode

My Couture Corner

boutique en ligne de location de robes

On aime le concept simplement expliqué en 3 étapes et les logos « lu dans la presse » et « vu à la télé » destinés à inspirer confiance mais pas racoleurs pour autant.

Hapyface

Hapyface

Une boutique en ligne qui propose des articles de modes originaux. La navigation est claire et le site propose de nombreuses options (multi-lingue, multi-devise) pour servir une clientèle internationale.

Lacoste

lacoste

On aime la sobriété du design qui met bien en avant les produits (vous remarquerez qu’ils ne sont pas portés par des mannequins). Le site propose une double navigation (verticale et horizontale). Cette technique est à manier avec précaution car l’internaute peut vite être perdu parmi tous ces liens à cliquer mais dans ce cas, le designer a fait en sorte de donner la priorité à la barre de gauche. Ainsi, l’accent est mis sur la recherche produit.

Cyrillus

cyrillus

On aime l’univers coloré du site qui colle bien à l’esprit de la marque. L’accent est mis sur les promotions (comme le font les concurrents directs tels que la Redoute ou Vertbaudet) et un bandeau visible juste en dessous de la barre de navigation rappelle un argument commercial auquel sont sensibles les clients : la livraison offerte (sous conditions).

Zara

Zara

On aime la facilité avec laquelle on recherche les produits : en cliquant à gauche sur l’une des catégories principales, les différents types de vêtements s’affichent.
Les vêtements sont aussi bien présentés seuls que portés et pour augmenter le panier moyen des consommateurs, Zara présente des looks, c’est à-dire des tenues que l’on peut ajourer au panier sans avoir à quitter la page.

Les sites de décoration

Tout comme les sites de mode, les sites de décoration comportent la plupart du temps un catalogue produit étoffé qui requiert d’une part un bon moteur de recherche, et d’autre part une bonne catégorisation des produits afin d’aider l’internaute dans ses recherches. Mais ce qui distingue plus particulièrement l’univers de la décoration est le fait que les acheteurs ont souvent besoin de mises en situation, de visuels mixant divers produits afin de se laisser tenter.

Made in Design

boutique déco

On aime la présentation par style de décoration. En fonction de ses préférences, on peut ainsi accéder d’emblée à une sélection d’objets susceptibles de nous plaire. Par ailleurs, alors que certains sites choisissent de garder leurs coupons de réduction confidentiels, Made in design fait le pari inverse en affichant clairement ses codes de réduction.

Ferm Living

Ferm Living site déco scandinave

Cette marque danoise est la star des magazines de décoration. Le site fait le pari de présenter ses différentes catégories de produit sous forme d’une mosaïque colorée présentant son univers. Une navigation plus détaillée est proposée lorsque l’on fait défiler l’écran vers le bas.

Anthropologie

anthropologie

Anthropologie est une marque américaine à l’esprit bobo qui propose à la fois des articles de mode et de déco. Le choix des couleurs du site est tout à fait en adéquation avec l’image de la marque. Il est en effet primordial que l’expérience utilisateur en boutique se prolonge lorsque ce dernier navigue sur le site de la marque.

Designers Guild

e-shop-deco-designers-guild

Voici une idée très intéressante : dans un intérieur soigné, chaque produit en vente sur le site est identifié par une petite croix sur laquelle il suffit de cliquer pour ouvrir la fiche produit et ajouter l’article au panier.

Esprit Nordik

Boutique-clicboutic-esprit-nordik

Une boutique Clicboutic dont nous ne sommes pas peu fiers. La décoration nordique prêche un certain minimalisme, une esthétique des produits toujours au service de leur fonction ainsi que des couleurs pastels. Le design du site illustre cet esprit avec brio. Vous remarquerez que les produits mis en avant ont été sélectionnés de manière à présenter un large choix tout en respectant un choix de couleurs qui s’allient parfaitement les unes avec les autres.

Les sites e-commerce de luxe

Les 2 marques que nous allons vous présenter sont les 2 trublions de la joaillerie en France. Elles en ont réinventé le marketing et la communication afin de les rendre accessible à une clientèle plus large. Et le succès est au rendez-vous!

Gemmyo

site-ecommerce-luxe-gemmyo

Des couleurs vives, un poussin, un chat rose, autant d’éléments qui sont bien éloignés du luxe et de la joaillerie. Et pourtant, Gemmyo démontre ici qu’humour et luxe peuvent faire bon ménage. Nous saluons l’audace des créateurs du site qui s’avère ici payante car rafraîchissante.

Boucheron

Boucheron

Boucheron avait fait fait un coup d’éclat marketing lorsque la marque avait lancé une campagne publicitaire dans le métro parisien où les prix des bijoux étaient imprimés sur les affiches. Le métro ? Des prix inférieurs à 1000 euros ? Des prix clairement visibles ? Mais que fait la police du luxe ?
Les ventes de la marque avaient alors explosé. Le site que nous présentons ici est plus classique et plus conforme aux codes classiques du luxe. Je vous invite à cliquer sur l’image pour vous rendre sur le site. Vous verrez qu’il ne s’agit pas d’une photo du collier mais bien d’une vidéo qui permet ainsi de mieux admirer l’éclat du bijou.

Wootten

chausseur de luxe

Wooten est un cordonnier, maroquinier et chausseur de luxe. Pour mettre en avant leurs produits et leur savoir-faire, ils racontent une histoire en mettant en avant un « Behind the scenes » qui explique qui ils sont, comment ils travaillent et les valeurs qu’ils perpétuent. Mettre en avant l’histoire de la marque est une bonne idée que reprennent souvent les marques de luxe.

Les sites de vente de produits digitaux

On ne compte qu’une minorité de sites de vente de produits digitaux chez Clicboutic mais ils sont en forte croissance car ils comportent de nombreux avantages et notamment le fait de ne pas avoir à gérer de stock, d’envoi ou de retour de marchandise. Ces produits digitaux peuvent aussi bien être de la musique, que de l’art, ou des produits (thèmes, graphiques) à destination des créatifs, designers et développeurs web.

En voici 2 qui nous ont séduits.

Creative Market

Vente-produits-digitaux-en-ligne

Creative Market est une plateforme de vente en ligne à destination des professionnels du web. Avec des produits gratuits offerts chaque semaine et des tarifs qui semblent parfois dérisoire (moins de 5 $), le site favorise l’achat d’impulsion. En outre, puisque les produits sont proposés par des professionnels du design via le site, des centaines de nouveaux produits sont en chaque jours mis en ligne, ce qui incite le consommateur à revenir souvent.

Print Candy

Print-Candy

On aime le choix du gris, du blanc et du vert d’eau. Ces couleurs sont à la fois celles des créations et du site. En faisant ce choix, la boutique limite certes son offre de produits mais propose un véritable univers poétique qui ravira les amateurs de décoration douce et scandinave.

Les sites d’alimentation

Ces sites sont peu nombreux étant donné les contraintes de conditionnement des produits, mais beaucoup de boutiques permettent désormais de commander en ligne avant le passage en boutique (« click and collect »).

Nous avons sélectionné pour vous le site de Tradestone Confections, un site de vente en ligne de confiseries et de chocolat. L’accent est mis sur les produits joliment mis en scène et qui ne demandent qu’à être croqués !

Capture d’écran 2015-11-01 à 16.35.53

Un site de vente en ligne d’art

Mammoth

art-sur-internet

On aime le côté minimaliste du site qui met en avant les oeuvres des artistes représentés. La barre de navigation est également très claire et permet de repérer facilement les différents critères de rechercher parmi les oeuvres.

Un site beauté

Luxy Hair

extensions cheveux femme

Voici un exemple particulièrement intéressant. Luxy Hair vend des extensions entre 129 et 209 $. Autant dire une coquette somme pour un produit que l’on ne peut pas essayer avant d’acheter et dont il est difficile de sélectionner la teinte qui nous conviendra le mieux. Remarquez comme ce site marchand est entièrement orienté vers la réponse aux objections et questions que peuvent se poser les clientes :
– un bandeau « free shipping worldwide » permet de toucher une clientèle internationale.
– une section avant et après permet de se rendre compte des résultats époustouflants que l’on peut espérer
– une section blog permet de bénéficier de conseils sur l’entretien des extensions et des styles de coiffures que l’on peut faire avec
– une chaîne Youtube (2,5 millions d’abonnés !) propose des tutos et pas-à-pas pour réaliser chez soi de super coiffures
– enfin, vous pouvez contacter le site soit par email (contact dans la navigation), soit directement par chat (live chat).

Un site de produits électroniques

Nous avons choisi d’explorer cette catégorie de produits car les vendeurs en ligne d’accessoires électroniques doivent relever plusieurs défis : créer un site agréable à l’oeil à partir de produits qui ne le sont pas particulièrement et ne se prêtent pas à des mises en scène particulières et permettre à l’internaute de vite trouver son bonheur parmi des milliers de références.

Le site qui a retenu notre attention est IFixit, un site de conseils en réparation d’appareils électroniques et électroménager qui est par la suite devenu une plateforme de vente en lignes d’accessoires.

e-shop-produits-bricolage

On aime particulièrement la simplicité du design alliée à un moteur de recherche puissant. Ce site est l’illustration parfaite que simplicité peut être synonyme d’efficacité.

Le site mono-produit

Pour finir, j’ai choisi de m’intéresser au site mono-produit. Que faire lorsque vous vendez un seul produit (même s’il est décliné sous différentes tailles et couleurs) pour que votre site n’ait pas l’air bien vide ?

Eh bien prenez exemple sur Eden-Made, un fabricant et vendeur de coques pour iPhone en bois.

Monoproduit

Les images des différentes déclinaisons du produit occupent toute la largeur du site internet et l’on peut les découvrir toutes en faisant défiler l’écran vers le bas. Les produits sont ainsi sublimés et on ne se rend pas compte que le site ne propose au final que 5 références.

Nous espérons que ces 20 sites vous donneront des idées pour la réalisation du vôtre. Retenez que le design doit toujours être au service d’une expérience utilisateur des plus agréables et que l’univers de votre marque doit se retrouver lorsque l’on navigue sur votre site et qu’en fonction de votre secteur d’activité.

3 idées reçues sur le marketing e-commerce

Lancer un nouveau business est toujours une aventure passionnante et enrichissante. Se lancer dans le e-commerce peut sembler encore plus excitant. Vous pouvez vous réveiller avec votre idée de business et avoir votre propre boutique en ligne le soir-même.

Toutefois, quel que soit le type de business que vous montez, qu’il s’agisse d’une boutique physique en ligne ou bien d’une boutique physique, votre priorité doit être de séduire le client, de vous faire connaître et d’amener les prospects à dépenser chez vous.
Bien sûr, nous sommes de plus en plus nombreux à faire notre shopping sur internet, ce qui offre de nombreuses opportunités aux e-commerçants.
Mais le commerce en ligne présente des défis qui lui sont propres et le webmarketing mériterait d’être mieux connu.

Voici en effet 3 idées reçues sur le marketing e-commerce dont vous devez vous empresser de vous défaire.

Idée reçue n°1 : Si vous avez de super produits, les gens achèteront chez vous

Avoir de bons produits est indispensable à la réussite d’une boutique, c’est indéniable. Pour autant, c’est loin d’être suffisant. Si vous êtes un revendeur, il est fort à parier que l’on peut retrouver vos produits ou bien des similaires chez vos concurrents. Pour vous démarquer, il vous faut donc créer un univers qui vous est propre, proposer une expérience utilisateur différente.
Que pouvez-vous faire pour vous différencier de la concurrence?

Pour répondre à cette question, prenez le temps de comprendre votre clientèle cible et ses besoins. A-t-elle besoin de conseils personnalisés sur l’utilisation de vos produits sous forme d’articles de blog ou bien de tutos vidéos?
Si vous vendez des produits de beauté ou bien des articles de décoration, votre clientèle en sera certainement friande.

Vos prospects sont-ils sensibles aux promotions? Prenez des enseignes comme la Redoute ou Vertbaudet. Si elles ont autant de succès, c’est en partie parce qu’elles offrent des promotions en permanence. La chasse au meilleur coupon de réduction fait même partie du jeu et donne l’impression aux clients de faire un bonne affaire.
Attention toutefois avant d’utiliser cette stratégie. Elle est généralement réservée aux commerçants qui font de gros volumes de vente. Dans le cas contraire, vous risquez de n’attirer que des clients dont la principale préoccupation est un bas prix et ce positionnement ne pas convenir à tout le monde.

Idée reçue n°2 : Le chiffre d’affaire, c’est le plus important

Vous avez besoin de faire du chiffre d’affaire pour payer vos matières premières, vos dépenses de fonctionnement, vos salariés si vous en avez et votre propre salaire. Alors bien sûr, le chiffre d’affaire et la marge que vous réalisez sont très importants.

Cela dit, il vous faudra prendre en compte d’autres paramètres si vous souhaitez améliorer revenus et marge de manière significative et saine sur le long terme.
Certains sont fournis par Google Analytics : le taux de rebond permet de savoir combien de personnes visitent d’autres pages que celles sur laquelle elles ont atterri (ce qui signifie qu’elles font des recherches sur votre site et traduit un véritable intérêt pour le contenu de votre site). Vous pouvez également vous fixer des objectifs en termes de taux de conversion (c’est à dire nombre de clients / nombre total de visiteurs par jour, semaine ou par mois).

C’est l’analyse des ces paramètres qui vous permettra d’avoir une vision plus claire de la manière dont se comportent les visiteurs sur votre site et donc d’adapter votre stratégie commerciale et marketing en conséquence.

Idée reçue n°3 : Dès que le site est en ligne, les internautes affluent

Vous avez un beau site, bien désigné et attirant. Vous avez de super produits.
Il vous manque l’équivalent du facteur le plus important pour les boutiques physiques : un bon emplacement.
Dans le e-commerce, un bon emplacement, c’est la première page de Google pour les mots-clés que vous visez, ou mieux encore le top 3 qui retient 70% des visiteurs.
Pour cela, il n’y a pas 36 solutions. Vous devez travailler votre référencement (SEO en anglais).
Le SEO, c’est à la fois la combinaison d’un contenu de qualité sur votre site (astuce : un blog, cela peut aider considérablement) et de liens qui pointent vers votre site.
Nous avons écrit plusieurs articles à ce sujet que nous vous invitons à relire :

– 5 Conseils SEO rapides pour le Ecommerce
– Le Guide Complet pour devenir un Maître du Référencement E-commerce
– Quels Mots-Clés travailler pour mon Référencement Naturel?

Clicboutic est optimisé pour que vos boutiques profitent d’un bon référencement. Alors, j’insiste, prenez le temps d’appliquer nos conseils (je pense notamment à l’importance de bien définir le titre SEO, la meta-description et l’url de chacune de vos pages).

Par ailleurs, mettez en place une campagne de communication dès le lancement de votre site pour le faire connaître et n’hésitez pas à investir dans les Google Adwords pour attirer un trafic, certes payant, mais qualifié, sur votre site dès sa mise en ligne.
J’espère que vous ne tomberez pas dans le piège de ces 3 idées reçues. Il est vraiment important de comprendre que faire du shopping sur internet est avant tout une expérience. Souvent les internautes utilisent internet pour faire des comparatifs entre produits et recueillir les avis d’autres clients, en particulier lorsqu’il s’agit d’articles dont les prix sont les plus élevés.
Au final, il y a moins d’articles qu’on ne le pense qui se prêtent à l’achat d’impulsion.

C’est pourquoi il est important que vous fournissiez une expérience aussi riche en informations qu’agréable à vos utilisateurs. C’est cela qui vous permettra de rendre votre business prospère.

Comment choisir le template de son site e-commerce

Le principe de Clicboutic est très simple : nous vous proposons une solution vous permettant d’ouvrir votre boutique en ligne très rapidement et à moindre frais.

Pour cela, nous avons adapté pour vous l’une des plateformes du e-commerce parmi les plus populaires au monde : PrestaShop.

Faire faire un site de vente en ligne sur mesure par des professionnels du web coûte plusieurs milliers d’euros. Alors, comment Clicboutic peut-il proposer ses tarifs à partir de 19€ par mois seulement ?
En utilisant la solution technique PrestaShop d’une part et en vous proposant des templates d’autre part.

Explications :

1. Qu’est-ce qu’un template?

Un template, ou thème en français est une page web déjà designée que vous pouvez remplir avec votre propre contenu (vos photos, votre texte). L’objectif est donc que vous puissiez ouvrir votre propre boutique en ligne et proposer un visuel alléchant sans connaissance en design web, HTML ou CSS.

Un design de site web, lorsqu’il est bien réussi, n’est pas simplement agréable à regarder. Il est ergonomique, c’est-à-dire qu’il aide vos visiteurs à trouver rapidement l’information qu’ils recherchent et à passer commande chez vous.
Pour cela, le designer du template travaille sur l’espacement entre les différents blocs, le choix de la police, le contraste entre les couleurs générales du thème et des call to actions (les boutons qui incitent à passer à l’action comme “Ajouter au panier”)

Il existe en outre des templates personnalisables (tous ceux de Clicboutic le sont), c’est-à-dire que vous pouvez également changer les couleurs du thème ou la disposition du texte.

Choix des couleurs d'un template de site e-commerce
Vous pouvez définir la couleur de votre choix pour chaque partie de votre site
choix disposition textes images
4 dispositions possibles pour chaque template Clicboutic

4 dispositions possibles pour chaque template Clicboutic

2. Comment choisir son template?

Pendant votre période d’essai de 15 jours, vous pouvez profiter de toutes les fonctionnalités de Clicboutic gratuitement et de 4 templates gratuits : Standard Editable, Classic Blanc, Elegance Zen et Megastore.
Toutefois, à partir du moment où vous vous abonnez à un plan payant, ce sont 200 templates qui sont à votre disposition.

Vous pouvez en avoir un aperçu sur cette page. Vous y trouverez des templates personnalisés par nos clients et pourrez vous rendre compte de la grande diversité des résultats obtenus.
Pour vous guider mieux encore dans votre choix, nous vous proposerons bientôt des templates par secteur d’activité (mode, accessoires, maison et déco, équipement, bien-être, sport, culture, alimentation…).

Voici quelques conseils pour vous aider à choisir votre template

Laissez-vous guider par vos goûts…

En règle générale, la première chose que font les entrepreneurs lorsqu’ils réfléchissent à leur nouveau site web est de faire la liste de sites qu’ils aiment bien. Certains préfèrent les designs très épurés, minimalistes, tandis que d’autres sont plus sensibles aux sites aux couleurs vives et chaleureuses.

…mais pensez au contenu avant de raisonner en termes de préférences esthétiques

Toutefois, nous vous conseillons vivement de réfléchir au contenu de votre site avant de vous laisser guider par vos préférences esthétiques.
Idéalement, il faudrait que vous sachiez à l’avance quelles images, quels textes, quelles pages seront présents sur votre site.
Muni de ces informations, vous pourrez alors vous rendre compte de si le template qui vous plait vous permettra de bien les mettre tous en avant.
N’oubliez pas que le plus important est de faciliter le parcours client de vos prospects et en fonction de votre activité, du type de produits que vous vendez et de l’image que vous souhaitez projeter, certains thèmes se prêteront mieux à votre site que d’autres.

Sachez toutefois que le choix d’un template n’est pas forcément gravé dans la pierre et c’est ce qui fait la beauté de ce système.

Vous pouvez à tout moment en changer sans avoir à remplir à nouveau tout le contenu de votre site. Votre catalogue de produits sera automatiquement transféré au nouveau template, vous permettant de gagner ainsi beaucoup de temps si vous décider de modifier le design de votre site.

Vos logos et bannières seront également conservés. Vous serez toutefois peut-être amenés à les modifier un peu si le nouveau template impose des exigences de taille des logos et bannières différentes, mais cela ne devrait pas vous prendre beaucoup de temps.

3. Si j’ai un template, est-ce que j’aurai le même site que tout le monde?

L’inquiétude exprimée le plus souvent par les jeunes entrepreneurs est de ne pas avoir un site suffisamment différent de ceux des concurrents (ou d’autres sites en général) en ayant recours à un template.
Très sincèrement, n’ayez crainte car comme vous l’avez vu, vous pouvez totalement personnaliser (4 choix de structures, choix illimité de couleurs) nos 200 templates. Ce sont donc des milliers de possibilités de design qui s’offrent pour votre site.

Une fois que vous aurez ainsi customisé votre site, ajouté votre logo ainsi qu’une bannière que vous pouvez faire créer par un designer, votre site sera absolument unique.

La preuve en image avec ces 3 sites basés sur le thème gratuit Megastore (cliquez sur les images pour vous rendre sur ces boutiques)

HEC template boutique en ligne

Template gratuit ecommerce

thème gratuit clicboutic

Ou encore, voici 2 sites au visuel totalement différent ayant utilisé le thème n°298 : Le résultat est bluffant, non?

thème 298 Prestashop

Meteoryt template clicboutic

Se lancer dans le e-commerce en utilisant un template est aujourd’hui la solution la plus économique et efficace pour ouvrir une boutique en ligne.

Alors ne perdez plus de temps et profiter de votre essai gratuit.

Le mythe de l’e-commerce gratuit

Monter une entreprise sur internet n’a jamais été aussi facile, c’est indéniable.

Les barrières technologiques sont de plus en plus faibles et toute personne à l’aise avec internet peut en effet créer aisément sa boutique en ligne, gérer l’envoi de sa newsletter, trouver des fournisseurs dans le monde entier et avoir accès à des professionnels compétents qui proposent leurs services sur internet.

Pour autant, monter son entreprise, même sur internet, nécessite un investissement minimal qu’il faut budgeter avant de se lancer.

Monter une boîte sur internet : combien ça coûte?

– les frais de constitution de la société

Lorsque vous débutez, vous pouvez bien sûr adopter le statut d’auto-entrepreneur. Les démarches de création d’entreprise sont simplifiées et cela vous permet de tester votre concept à moindre frais.

Toutefois, si je trouve que ce statut convient bien aux entrepreneurs proposant des prestations de services et prestations intellectuelles (conseil, design …), il présente des limites pour tous ceux d’entre vous qui exercent une activité d’achat revente car vous ne pouvez pas déduire les charges de votre chiffre d’affaires. Aussi, si vous achetez un produit 10€ pour le revendre 20€, vous serez imposé sur les 20€ alors même que vous n’avez dégagé que 10€ de bénéfice (et encore, on suppose ici que vous n’avez aucune autre charge).

Par conséquent, le statut d’auto-entrepreneur présente de fortes contraintes pour tous les acteurs du e-commerce qui vendent des produits physiques.

Vous serez donc vite amené à vous poser la question de l’adoption d’une autre forme d’entreprise (SARL, SAS si vous souhaitez lever des fonds…). Je vous invite à lire cet article de l’APCE qui récapitule les coûts de constitution d’une société.

– les frais de gestion de la boutique e-commerce

Si vous faites appel à une solution e-commerce comme celle de Clicboutic, le coût de votre boutique vous reviendra à quelques dizaines d’euros seulement.

Vous pourriez même trouver des solutions soit-disant gratuites, mais souvent la gratuité présente un coût bien plus important au final : sites au design amateur, obligation de mettre de la publicité sur votre site, nom de domaine que vous ne choisissez pas, site dont vous n’êtes pas le propriétaire : autant de contreparties qui peuvent nuire à l’image d’un professionnel.

Si vous optez pour un site sur mesure réalisé par une agence web, la fourchette de prix varie grandement, mais comptez sur un budget variant entre 3 000 et 25 000€.

Par ailleurs, n’oubliez pas les frais pris par les solutions de paiement (Paypal, Ogone, etc ). Certaines appliquent des frais d’installation de quelques centaines d’euros (parfois négociables), d’autres pas, mais la plupart prélèvent un pourcentage sur vos ventes ainsi que des frais fixes par transaction.
Vous n’êtes alors prélevé que si vous réalisez des ventes, mais c’est une information à garder en tête.

– le stock

Si vous faites de l’achat – revente (avec ou sans transformation des produits) ou même si vous vendez vos propres créations, il vous faudra constituer un stock de produits ou de matières premières (une exception: le dropshipping).

La rapidité de l’envoi des commandes compte beaucoup pour la satisfaction de vos clients, aussi, vous devrez avoir au lancement de votre boutique toutes vos références en stock, sans encore savoir quels produits seront des bestsellers et lesquels risquent de rester sur vos étagères.
C’est donc une dépense à prendre en compte dans votre budget de lancement de votre boutique.

– les frais marketing et commerciaux

Vous vendez de super produits, vous avez une belle boutique, félicitations ! Maintenant, il vous faut vous faire connaître. Pour cela, il existe de nombreuses stratégies à mettre en place, comme :

– le référencement : stratégie long terme mais toujours payant
– la publicité sur internet (retargeting, Facebook ads): ce peut être plus coûteux mais permet de déclencher des ventes plus rapidement
– une présence active sur les forums et réseaux sociaux
– faire connaître ses produits via les blogueurs (à relire: Monter son entreprise e-commerce : par où commencer?)

Entrepreneurs : n’oubliez pas de valoriser le temps que vous consacrez à votre boutique en ligne

Lorsque vous gérer votre entreprise, il y a les dépenses que vous faites et dont vous estimez facilement le coût, mais il y a souvent un facteur que l’on tend à sous-estimer (moi la première): le temps.

Le chef d’entreprise lorsqu’il travaille seul endosse plusieurs rôles et cela requiert bien sûr du temps et de l’énergie. Mais lorsqu’il s’agit en plus de son bébé, du projet qui nous tient tant à coeur, on a tendance à y consacrer plus de temps encore. Et c’est ainsi que l’on se retrouve à passer des heures à chercher le meilleur prestataire, préparer un brief pour le designer qui créera notre logo…etc et pendant ce temps là, nous ne sommes pas payés !

Aussi, si vous voulez faire de votre commerce en ligne votre activité à plein temps ainsi que votre source de revenus principale, il est raisonnable de compter un minimum de 6 à 12 mois pendant lesquels vous devrez vivre sur vos économies (bien sûr je pourrais vous donner des exemples d’entrepreneurs qui ont réussi très rapidement mais ce ne serait pas vous rendre service car cela ne concerne qu’une extrême minorité de personnes).

C’est un sujet que nous avons abordé dans un article que nous vous invitons à lire ou à relire: 4 signes que vous ne devriez pas créer une boutique en ligne.

Enfin, j’aimerais insister sur le fait que la recherche du tout gratuit en permanence est souvent improductive. Certes, nous rêvons tous d’un minimum d’investissement pour une rentabilité maximum, mais pour proposer une boutique alléchante, des produits bien présentés, il faut accepter d’investir un minimum.

De fait, faire travailler un designer quelques heures pour peaufiner son logo, la bannière de son site (etc…) vous coûtera quelques centaines d’euros, mais la stratégie sera payante car cela vous permettra de dégager une image de confiance et de professionnalisme.

Les risques du tout gratuit peuvent être un résultat amateur et surtout de nombreuses heures passées à faire (moins bien) ce qu’un professionnel pourrait réaliser beaucoup plus rapidement pour vous.
Il y a donc un équilibre à trouver entre solutions peu chères et efficaces et produits complètement gratuits.

L’e-commerce gratuit est un mythe que nous n’aimons pas entretenir. Oui, monter son entreprise de vente sur internet est aujourd’hui l’une des meilleures façons de vivre de sa passion et de faire fructifier un business, mais il faut savoir que cela peut prendre beaucoup de temps (notamment pour assurer le développement commercial du site) et que cela vous coûtera au minimum quelques centaines, voire quelques milliers d’euros au lancement de l’entreprise.

5 astuces pour influencer les acheteurs sur internet

Comme la plupart d’entre nous, vous pensez tout connaître des astuces marketing et commerciales des boutiques pour nous faire vendre plus.

Indiquer 49,90€, au lieu de 50€, la ficelle est bien grosse me direz-vous, et pourtant cela marche depuis des dizaines d’années, alors pourquoi s’en priver ?

Dans cet article, nous vous invitons à découvrir 5 conseils basés sur l’étude de la psychologie des consommateurs que vous pourrez mettre en place immédiatement pour vendre plus sur internet.

1. Commande personnalisée, clients satisfaits

Au cours d’une étude américaine, des serveurs ont pu augmenter leurs pourboires de 23% par rapport au groupe de contrôle en modifiant une seule chose dans leur service.
De quoi s’agissait-il à votre avis ? De bonbons mentholés !

Dans cette étude publiée dans le Journal for Applied Psychology, 3 groupes de serveurs ont été formés.

– Le premier groupe comprenait des serveurs et serveuses qui apportaient un bonbon en même temps que l’addition, sans mentionner ce bonbon. Ce groupe a vu ses pourboires augmenter de 3% par rapport au groupe de contrôle.
– Les serveurs du deuxième groupe apportaient deux bonbons aux clients, mais séparément de l’addition. L’augmentation du montant des pourboires par rapport à ceux du groupe de contrôle était alors de 14%.
– Enfin, dans le troisième groupe, les serveurs apportaient deux bonbons en même temps que l’addition. Puis ils revenaient avec deux autres bonbons tout en précisant aux convives qu’ils leur en donnaient plus au cas où ils en souhaitaient d’autres. Ces serveurs se sont vu gratifier de pourboires d’un montant supérieur de 23% à celui du groupe de contrôle.
Alors, que faut-il en déduire? Que les gens adorent les bonbons à la menthe? Non, bien sûr!
Les chercheurs en ont conclu que c’est l’attention personnalisée qui a influencé la générosité des clients.

Ce ne sont pas tant les bonbons qu’ils ont apprécié que le fait de savoir que les serveurs se préoccupaient d’eux.

A vous:

Vous aussi pouvez montrer à vos clients combien ils comptent pour vous. Si vous vendez des produits digitaux, vous pouvez rajouter un guide gratuit à leur commande. Si vous vendez des produits physiques, comme c’est le cas de la majorité des utilisateurs de notre solution e-commerce, vous pouvez joindre à la commande une note manuscrite ou bien des petits cadeaux surprise.

Lorsque la société Ma Petite Mercerie s’est lancée, elle rajoutait de petits cadeaux tels que des carambars et les clientes exprimaient leur enthousiasme sur la page Facebook de la boutique comme sur leur blog!

Attention personnalisée commande sur internet
« Il y avait même un petit carambar dedans donc après forcément, je ne pouvais pas ne pas leur dédier une petite page »

De quoi donner envie de commander à nouveau ou de sauter le pas de la première commande pour les prospects qui hésitent encore.

2. Les clients adorent les programmes de fidélité, mais il faut leur donner un petit coup de pouce

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les jeux vidéo rendaient les joueurs si accros ? Il existe de nombreuses raisons, mais la notion d’acquisition de points (qui permet de passer au niveau supérieur, de débloquer des options cachées jusqu’à alors) est certainement la plus importante d’entre elles.

Dans le monde du commerce, c’est par le biais de cartes de fidélité que ce levier psychologique est appliqué.

Mettre en place un programme de fidélité, c’est bien, mais vous pouvez aller encore plus loin pour optimiser votre taux de conversion et c’est une étude menée par Joseph C. Nunes et Xavier Drèze qui nous le prouve.

Dans cette étude, deux groupes de consommateurs ont été formés. Les chercheurs ont remis à chaque groupe des cartes de fidélité pour une station de lavage automobile.

Au premier groupe a été remis une carte sur laquelle il suffisait de 8 lavages pour bénéficier d’un lavage gratuit. Il s’agissait donc d’une carte avec 8 cases vides.

Le deuxième groupe a reçu une carte avec 10 cases dont 2 déjà tamponnées.

Dans un cas comme dans l’autre, il fallait donc bien payer 8 lavages avant de bénéficier d’un lavage gratuit.

Les résultats, pourtant, étaient bien différents.

Alors que dans le premier groupe, 19% des personnes sont venues suffisamment de fois à la station de lavage pour bénéficier d’un lavage gratuit, dans le deuxième groupe, ce sont 34% des participants qui sont venus 8 fois et ont pu recevoir un lavage gratuit.

Ces résultats varient presque du simple au double !

Les conclusions sont claires: les clients sont plus susceptibles de rester fidèle à une marque et d’aller au bout d’un programme de fidélité si vous leur donnez un coup de pouce au début et les motivez en leur montrant qu’elles ont déjà effectué un bout du chemin.

A vous:

Clicboutic offre de nombreuses options aux e-commerçants, en leur permettant de créer des programmes de fidélité par exemple. Allez plus loin en boostant leur progression dès le départ.

3. N’écoutez pas les gens : ils aiment qu’on leur colle une étiquette.

Nous aimons tous penser que nous sommes uniques et que nos choix sont le résultat de décisions strictement personnelles. Pourtant, cette conception est erronée et la plupart des gens se sentent en réalité plus rassurés lorsqu’ils savent qu’ils appartiennent à un groupe bien défini, quand on leur colle une étiquette.

Dans une étude menée à l’Université de Stanford, des personnes ont été interrogées sur leurs habitudes de vote (se déplaçaient-ils au bureau de vote à chaque élection ?).

Le groupe a ensuite été partagé en 2 groupes, de manière tout à fait aléatoire. Au premier groupe on a dit qu’il était “politiquement engagé”, alors que l’on n’a rien dit au deuxième groupe de participants.

Quelques semaines a eu lieu une élection au niveau local. Le jour de l’élection, ils ont été 15% de plus au sein du premier groupe à aller votre que les membres du deuxième groupe.

La conclusion est que lorsque nous pensons appartenir à une certaine catégorie de personnes, même si cette appartenance nous a été dictée par des tiers (ce sont les chercheurs qui ont dit aux personnes du premier groupe qu’elles étaient politiquement engagées même si ce n’est pas comme cela qu’elles se voyaient), nous faisons en sorte d’adopter un comportement cohérent avec cette croyance.

Si l’on nous dit que nous appartenons à tel ou tel groupe, nous sommes plus susceptibles de réagir comme les membres de ce groupe.

A vous:

N’hésitez pas à évoquer une similarité entre vos clients actuels et vos prospects. Quelqu’un qui vend du matériel de pêche pourra ainsi dire “2 000 passionnés de pêche nous ont fait confiance. Pourquoi pas vous ?”

4. Trop de choix tue le choix

La tentation est grande d’offrir un maximum de produits dans votre boutique afin de satisfaire un maximum de personnes.

Et puis, il n’est pas facile de savoir lequel de vos produits sera un best seller, donc pour mettre plus de chances de côtés, vous pouvez préférez un vaste choix d’options.

Pourtant, vous pourriez le regretter…

Dans The Art of Choosing, la professeur à l’Université de Columbia Sheena Iyengar, a mis en place une étude au cours de laquelle elle vendait des pots de confiture sur un marché le samedi après-midi.

Un samedi, elle proposait 6 confitures au choix, et le samedi suivant 24.
A votre avis, au cours de quel samedi a-t-elle réalisé plus de ventes? Intuitivement, je parie que vous avez envie de répondre : “lorsqu’elle proposait 24 parfums”.

Eh bien, c’est une erreur. Alors que les passants étaient plus nombreux à s’arrêter pour goûter les confitures lorsqu’il y avait 24 parfums (60% des personnes contre 40% pour 6 parfums), 30% d’entre eux achetaient des confitures lorsqu’ils n’avaient le choix que parmi 6 parfums contre 3 % seulement lorsqu’ils devaient choisir parmi 24 parfums.

Ces résultats donnent à réfléchir et nous mènent à conclure que les gens sont plus enclins à prendre des décisions lorsqu’on leur offre un choix limité que lorsqu’ils sont submergés sous les différentes options qui s’offrent à eux.

A vous:

Si vous avez un catalogue de produits très étoffé, retirez quelques références de la vente et voyez si cela augmente votre taux de conversion.

Si vous parlez anglais, nous vous invitons à écouter la conférence que Sheena Iyengar a donnée à TED.

5. Créez des lots de produits

L’expert en neuroéconomie Georges Loewenstein a remarqué que les consommateurs (et en particulier les plus proches de leurs sous) préfèrent réaliser une seule dépense plutôt que plusieurs lorsqu’ils s’agit d’acheter les accessoires qui sont proposés en option avec un produit.

Il a en effet remarqué que les consommateurs pouvaient facilement acheter des packages tout compris, mais qu’ils ont bien du mal à justifier le prix du package lorsqu’il faut valoriser individuellement chaque dépense.

Il faut bien comprendre que chaque décision d’achat, à son échelle est la source de nombreux questionnements: “en ai-je vraiment besoin? “, “le prix est-il correct?”, “puis-je trouver moins cher ailleurs?”, “ne devrais-je pas plutôt acheter tel autre produit?”.

Aussi, lorsque l’on vend un lot de produit, le consommateur n’a qu’une seule décision à prendre, même si le prix au final est plus élevé.

Vendre par lot permet d’éviter de multiplier les décisions à prendre, et en supprimant certaines frictions est donc une véritable tactique marketing à mettre en place pour inciter les consommateurs à se décider.

Et quelle est l’industrie qui l’a bien compris et l’exploite à fond ? L’industrie automobile qui nous vante des “voitures suréquipées” et nous vend ainsi sous forme de packages des options dont nous ne sommes pas sûrs d’avoir besoin et dont nous ne connaissons pas (et certainement préférons ne pas nous embête à comprendre) le coût réel de chaque option.

A vous:

Clicboutic, propose de très nombreuses fonctionnalités e-commerce, dont la possibilité de créer des lots de produits, alors profitez-en !

Le guide de Google Webmaster Tools pour le e-commerce

Je suis persuadée que beaucoup d’entre vous consultent régulièrement votre compte Google Analytics pour étudier la fréquentation de votre boutique en ligne ainsi que le comportement des utilisateurs de votre site.

Or, depuis 2 ans déjà, Google Analytics ne vous fournit plus avec précision une information pourtant essentielle : les mots-clés que les internautes entrent dans leur moteur de recherche pour découvrir votre site web.

Ainsi, pour 93,26% des visites, le rapport Google Analytics du site www.clicboutic.fr indique « not provided ».

Google Analytics : not provided
En bref, si nous n’utilisions que Google Analytics, nous n’aurions aucun moyen de savoir comment nos visiteurs et clients découvrent le site Clicboutic.

C’est là que Google Webmaster Tools entre en jeu et c’est pourquoi vous devez l’utiliser.

En fait, Google qui fait la pluie et le beau temps en terme de référencement naturel et peut ainsi participer aux plus grands succès du web mais également plonger des sites dans l’anonymat et l’indifférence la plus totale vous offre cet outil : alors ne perdez plus de temps et installer-le tout de suite.

1. Vérifiez votre site Clicboutic auprès de Google Webmaster Tools

La bonne nouvelle, c’est que vous n’avez pas besoin d’avoir de connaissances techniques pour installer Google Webmaster Tools sur votre site car Clicboutic vous permet de l’installer en quelques clics seulement.

Notez que si vous possédez la version avec et sans www. de votre site (www.votresite.com et votresite.com) il vous faudra déclarer les 2 versions. N’hésitez pas à le faire car les résultats peuvent varier sensiblement d’une version à l’autre.

Maintenant que votre site est vérifié auprès de Google Webmaster Tools, voyons comment tirer profit des informations fournies par cet outil.
Environ 24 heures après son installation, vous pourrez commencer à analyser les données fournies par Google Webmaster Tools.

Le tableau de bord en page d’accueil vous fournit des informations d’ordre général que vous retrouverez dans les sous-sections de l’outil.

2. Messages

Dans la catégorie Message, vous pourrez consulter un message d’accueil vous donnant des conseils pour améliorer la présence de votre site dans les résultats de recherche.

Prenez le temps de les lire. Les 2 points les plus importants à mon sens sont d’ajouter toutes les versions de votre site web (comme mentionné plus haut dans l’article) et d’envoyer un fichier sitemap.

3. Envoyer un fichier sitemap

Cela peut paraître déroutant et beaucoup d’entrepreneurs ne le savent pas, mais ce n’est pas parce que vous mettez à jour votre site que Google le sait et s’en soucie. La plupart du temps, il lui faut plusieurs semaines avant d’explorer votre site (c’est-à-dire faire examiner les pages de votre site par un robot d’exploration) puis d’indexer votre site ce qui permettra à votre site d’être affiché dans les résultats de recherche en fonction des mots-clés taper.

Note: pour comprendre les concepts d’exploration et d’indexation, lisez cette explication fournie par Google.

C’est pourquoi vous pouvez donner un petit coup de pouce à Google en lui demandant de tester ou d’ajouter un sitemap.

ajouter sitemap

Dans Explorations > Sitemaps, cliquez sur Ajouter / Tester un sitemap et entrez tout simplement sitemap.xml dans la case puis cliquez sur Envoyer le sitemap.

sitemap-GWMT

Vous mettrez ainsi toutes les chances de votre côté de faire indexer un maximum des pages de votre site web et donc de voir votre site cité plus souvent dans les résultats de recherche.

Regardez par exemple ce qui s’est passé pour ce site après envoi de son sitemap le 17 mai: le nombre de pages indexées a nettement augmenté, entraînant une hausse de la fréquentation du site.

indexation-site-ecommerce

4. Améliorations HTML

Dans Apparence dans les résultats de recherche > Améliorations HTML, Google vous dira si vous avez bien renseigné toutes vos balises titres et meta-descriptions. Il est important qu’elles soient renseignées pour chacune de vos pages et que chacune d’entre elles soit unique.

Le titre , l’URL et la meta description comptent parmi les facteurs les plus importants en termes d’optimisation de votre site web pour le référencement, aussi ne fait pas l’impasse sur cette étape.

5. Quels mots-clés les internautes tapent-ils pour découvrir votre site?

Nous en parlions en introduction de cet article : seul Google Webmaster Tools vous permet de savoir quels sont les mots clés qui ont permis à vos visiteurs d’atterrir sur votre site.

C’est dans la section Trafic de recherche > Analyse de la recherche que vous les retrouverez … et quelque chose me dit que vous pourriez avoir quelques surprises.

Prenons le cas de Clicboutic par exemple. Nous sommes une solution e-commerce qui permet à tout un chacun de créer sa boutique en ligne.

Nous aurions pu imaginer que les mots-clés qui apportent le plus de visiteurs soient « site e-commerce », « boutique en ligne », « créer un site sur internet » … eh bien, ce n’est pas les cas.

résultats-recherche-clicboutic

Comme vous pouvez le constater, comme nous bénéficions d’une certaine notoriété, c’est le nom de notre marque (plus ou moins bien orthographié) qui génère le plus de clics.

Puis, nous remarquons un vif internet pour la vente sur Facebook ainsi que pour des conseils sur le type de produits à vendre sur internet.

Tous ces sujets ont en fait été traités en détails sur notre blog et c’est pourquoi nous vous disions il y a deux semaines que notre blog contribuait sans aucun doute à la croissance de notre entreprise.

Donc bien évidemment, la création de nouveaux articles pour le blog restera l’une de nos priorités.

Nous pouvons pousser l’analyse plus loin. Si les mots-clés plus généraux cités ci-dessus (« site e-commerce », « boutique en ligne » et « créer un site sur internet ») génèrent moins de visites, c’est donc que nous ne sommes pas assez bien classés dans les résultats de recherche pour ce type de mots-clés.

Nous pouvons donc en tirer des conséquences pour notre politique de SEO.

6. Les liens qui pointent vers votre site

Dans Trafic de recherche > Liens vers votre site, vous découvrirez combien de liens pointent vers votre site, de quels sites ils viennent, les pages les plus citées de votre site et comment les autres sites rédigent leurs liens vers le vôtre (quelle « ancre » ou « texte d’ancrage »).

Nous vous avons indiqué dans ce guide Google Webmaster Tools pour les débutants les actions les plus importantes à mener ainsi que les principales sections à visiter.
Comme vous pourrez le constater, il en existe bien d’autres que nous vous invitons à explorer également afin d’améliorer votre référencement et votre positionnement dans les résultats de recherche sur le web.

Les 5 sujets de blog qui passionneront les clients de votre boutique en ligne

La semaine dernière, nous nous sommes demandé si tenir un blog parallèlement à sa boutique e-commerce avait du sens et valait l’investissement en temps que cela requiert.

Nous en sommes convaincus: oui, tenir un blog permet réellement d’attirer de nouveaux clients car :

– les conseils prodigués donneront envie à vos lecteurs d’acquérir vos produits et permettront de répondre aux questions qu’ils se posent sur leur utilisation.

– tout ce contenu lié à votre marché/univers vous permettra de multiplier vos chances d’être bien classé par les moteurs de recherche pour les mots-clés que vous visez.

Pour autant, vous vous demandez certainement de quoi parler et comment créer régulièrement du contenu intéressant. En effet, passée l’euphorie des premiers mois, on voit très souvent des blogs s’essouffler et les publications se tarir peu à peu.

Aussi, pour éviter la panne d’inspiration et créer des articles qui intéresseront réellement vos clients et prospects, voici 5 types d’articles qui font mouche à tous les coups.

1. Les tutoriaux ou pas à pas

Ces articles commencent souvent par « Comment… ». Si vous vendez du tissu, vous pourrez ainsi écrire un article sur « Comment réaliser une salopette avec ce tissu liberty ? » et si vous vendez du mobilier, un article sur « Comment recréer une ambiance scandinave dans votre salon? ».

L’idée est donc d’expliquer comment utiliser au mieux vos produits, de les mettre en valeur et de rassurer vos prospects encore hésitants en les prenant par la main.

Vous remarquerez d’ailleurs que les articles et objets que vous avez mis en avant dans de tels tutos sont ceux qui se vendront le mieux.

Si vous avez du mal à vendre certaines références, n’hésitez pas leur consacrer un tuto : vos stocks fondront à vue d’œil.

tuto blog ecommerce
My Little Mercerie explique sur son blog comment réaliser des sandales à partir de produits de sa boutique.

2. Les interviews d’experts

Ces interviews permettent de délivrer du contenu de valeur à vos lecteurs et de vous imposer comme une référence dans votre secteur d’activité.

Je suis passionnée de déco et je me régale de chaque nouvel article publié sur The Socialite Family.

Sa fondatrice ne fait pas la promotion de produits qu’elle vend dans sa boutique en ligne mais quand elle interview des professionnels de la décoration qui ont magnifiquement relooké leur maison, j’ai très envie de savoir où acheter les merveilles qui habillent leurs intérieurs.

recommandations-produits-blog
Mobilier d’un bel appartement présenté dans un article du blog The Socialite Family

3. Les photos de clients

Les articles de blog mettant en scène les produits que vous avez déjà vendus comptent parmi mes favoris.

Non seulement vos prospects voient vos produits en situation, mais ils les voient chez des personnes qui leur ressemblent, qui les utilisent quotidiennement.

Les photos ne sont pas des photos de professionnels, elles n’ont pas été prises en studio, donc vos prospects en déduisent qu’elles « ne mentent pas ».

Dans ce type d’articles, non seulement vous rassurez vos prospects en leur montrant que d’autres vous ont déjà fait confiance, mais vous leur prouvez également que vos produits sont aussi beaux en vrai qu’en photo sur votre site.

La mode s’est emparée de cette tendance et l’on trouve même certains sites qui offrent des bons d’achats aux jeunes femmes dont les photos sont publiées.

chicwish-photo-vêtement-porté
Chicwish met des photos de clientes sur ses fiches produits. Vous pouvez faire de même sur le blog de votre boutique en ligne.

4. La référence à une célébrité

Il s’agit des articles intitulés « Le …. selon {nom d’une personne connue} » par exemple. Citez le maître absolu du sujet que vous traitez et vous serez sûr d’attirer l’attention des lecteurs.

Vous vendez des produits de beauté ? Ecrivez un article sur « Les secrets de beauté de Charlize Theron » et citez les produits qu’elle aurait pu utiliser dans votre boutique.

La personne connue n’a pas participé à votre article et pourtant vous pouvez capitaliser sur son nom. Avec un tel titre, votre article se fera plus visible au milieu des flux Twitter de votre audience et interpellera les personnes qui ont un certain intérêt pour le sujet que vous traitez.

Oh my node, boutique de vente de nœuds papillons sur internet l’a bien compris et a ainsi publié une série d’articles sur les célébrités qui portent des nœuds papillon.

promotion-produit-célébrité
Oh My Node mise sur le nom de Steve Jobs pour faire la promotion de ses nœuds papillon.

5. Les réactions à l’actualité.

Vous pensez certainement que vos produits sont intemporels et n’ont que peu de choses en commun avec l’actualité et les grands événements de ce monde.

Eh bien détrompez-vous, vous trouverez toujours une façon de parler de vos produits, en évoquant l’actualité … des stars par exemple.
Si vous vendez des articles de puériculture, faites un article sur la nursery idéale de la princesse Charlotte de Cambridge.

Je suis sûre que vous ne manquerez pas d’imagination et prendrez du plaisir à écrire de tels articles.

Voici donc selon moi les 5 types d’articles qui interpellent et intéressent le plus souvent les lecteurs.
En voyez-vous d’autres?
Lesquels de vos articles ont-ils eu le plus de succès?