Le Cimetière du E-commerce – Retour sur le Passé de vos Sites Préférés

Le commerce en ligne est né en 1994 avec la stabilisation du paiement en ligne sécurisé. Pizza Hut fut l’une des premières entreprises à adopter le e-commerce en proposant la commande de pizza sur leur site web.

Alors que le shopping en ligne se démocratisait, les boutiques traditionnelles ont commencé à proposer leurs produits en ligne et les premiers « pure players » ecommerce ont alors été créés. En 1995, Jeff Bezos lance Amazon.com, qui deviendra le plus grand vendeur en ligne du monde (48 milliards $ de chiffre d’affaires en 2011). Le site de vente aux enchères eBay a également été créé en 1995. Priceminister et Vente-privee.com ont été créés en France respectivement en 2000 et 2001.

Maintenant que nous sommes habitués à parcourir des boutiques en ligne utilisant de beaux diaporamas photo et des solutions e-commerce rapides, il est difficile de se souvenir de ce à quoi ressemblait le e-commerce à ses débuts : des sites simplistes, difficiles d’utilisation et plutôt moches. Pourtant à l’’époque, ils étaient à la pointe de la technologie du web et ont tracé le sillon pour les sites actuels.

Jetons un oeil au passé des sites e-commerce les plus populaires aujourd’’hui !


Ebay

Ebay | 2001 - 2013
Ebay | 2001 – 2013

Amazon

Amazon | 2000 - 2013
Amazon | 2000 – 2013

Cdiscount

Cdiscount | 2000 - 2013
Cdiscount | 2000 – 2013

Mister Good Deal

Mister Good Deal | 2000 - 2013
Mister Good Deal | 2000 – 2013

PriceMinister

PriceMinister | 2001 - 2013
PriceMinister | 2001 – 2013

Fnac

Fnac | 2001 - 2013
Fnac | 2001 – 2013

Apple

Apple | 2001 - 2013
Apple | 2001 – 2013

Dell

Dell | 2000 - 2013
Dell | 2000 – 2013

La Redoute

La Redoute | 2003 - 2013
La Redoute | 2003 – 2013

MonShowRoom

Mon ShowRoom | 2006 - 2013
Mon ShowRoom | 2006 – 2013

Sarenza

Sarenza | 2005 - 2013
Sarenza | 2005 – 2013

Urban Outfitter

Urban Outfitter | 2005 - 2013
Urban Outfitter | 2005 – 2013

Tati

Tati | 2000 - 2013
Tati | 2000 – 2013

Vente Privée

Vente Privée | 2001 - 2013
Vente Privée | 2001 – 2013

Les 3 Suisses

Les 3 Suisses 2000 vs. 2013
Les 3 Suisses | 2000 – 2013

Asos

Asos | 2003 - 2013
Asos | 2003 – 2013

Brandalley

Brandalley | 2005 – 2013

Decathlon

Decathlon | 2001 - 2013
Decathlon | 2001 – 2013

Devred

Devred | 2001 - 2013
Devred | 2001 – 2013

Spartoo

Spartoo | 2006 - 2013
Spartoo | 2006 – 2013

Leroy Merlin

Leroy Merlin | 2000 - 2013
Leroy Merlin | 2000 – 2013

Maty

Maty | 2004 - 2013
Maty | 2004 – 2013

Wanimo

Wanimo | 2005 - 2013
Wanimo | 2005 – 2013

Photobox

Photobox | 2004 - 2013
Photobox | 2004 – 2013

Allopneu

AlloPneu | 2003 - 2013
AlloPneu | 2003 – 2013

Clicboutic

Clicboutic | 2005 - 2013
Clicboutic | 2005 – 2013


5 Pièges à Eviter Quand On Est Entrepreneur

Souvent en arrivant dans une boutique en ville, ou sur un site internet, on remarque tout de suite les choses qui ne vont pas : dans la décoration, la disposition, le choix des couleurs, par exemple. Et naturellement, on se sent capable de faire mieux.

Il est beaucoup plus facile de corriger les autres que de voir nos propres erreurs.

La question que vous devez vous poser est la suivante : êtes-vous capable d’’être aussi critique envers vos propres défauts ? Ce n’’est pas si évident, mais pas de panique, ça se travaille.


Le syndrôme du “Maître de l’’Univers” est l’’un des défauts typiques des entrepreneurs : ils pensent pouvoir tout faire eux-mêmes. Trop perfectionnistes, trop exclusifs dans leur travail, les entrepreneurs ont souvent du mal à déléguer leur tâche. C’’est un frein au bon développement de votre activité.

Cet article vous présente les 5 pièges à éviter si vous êtes atteint de ce syndrôme.


1. Entourez-vous

Lorsqu’’on développe une entreprise, il arrive forcément un moment où l’on est surchargé de travail. On a besoin d’‘aide et pourtant on hésite : faut-il embaucher quelqu’’un ? A-t-on les moyens de payer quelqu’’un ? Cette personne sera-t-elle capable de faire le travail aussi consciencieusement que vous ?

Ne vous posez plus de questions, et faites-vous aider. Soyez clair dès le départ sur le travail à effectuer et soyez sélectif lors du recrutement. Savoir déléguer, c’’est donner toutes ces chances au développement de votre entreprise.


2. Abandonnez le micro-management

Passez-vous votre temps à corriger les erreurs de vos employés ? Soit vous êtes trop pointilleux et il faut apprendre à lâcher du lest, soit vos employés ne travaillent pas suffisamment.

Pour éviter ça, assurez-vous que vous exprimez clairement sur les missions demandées. Si les conseils et la répétition ne suffisent pas, alors recrutez des employés plus performants.


3. Communiquez avec vos employés

Dans votre travail, vous savez parfaitement ce que vous avez à faire. Mais qu’’en est-il de votre équipe ?

Vous devez fixer clairement les objectifs à atteindre : à la semaine, au mois, à l’’année. Vos employés doivent connaître ces objectifs aussi bien que vous. Chacun doit connaître son délai et sa tâche précisément, pour se définir des priorités.

Autrement, vous vous retrouverez avec des tâches effectuées plusieurs fois, par plusieurs personnes, dans des délais aléatoires. Cette organisation est vitale pour travailler efficacement ensemble.


4. Prenez les décisions à plusieurs

Vous seul disposez de la responsabilité de votre entreprise. Les décisions vous reviendront toujours mais il est beaucoup plus constructif de demander plusieurs avis pour les décisions importantes.

Ce logo que vous adorez n’’est peut-être pas du goût de vos clients, ce nouveau produit en lequel vous croyez dur comme fer ne correspond peut-être pas au profil de votre clientèle… Ces décisions doivent reposer sur des études solides et non sur des goûts personnels. Préférez des résultats d’’études.


5. Restez concentré sur votre savoir-faire

La règle est simple: si vous ne savez pas faire, ne faites pas. Si votre entreprise n’’est pas spécialisée dans le service dont vous avez besoin, ne passez pas votre temps et votre argent à essayer de le faire vous-même.

Que ce soit pour la gestion de projet, la comptabilité ou encore la création de site e-commerce, il y a d’’excellentes entreprises qui sauront le faire pour vous et à des coûts bien moins élevés que vous ne le pensez. Demandez autour de vous pour dénicher un bon contact.


Conclusion : Ne faites plus cavalier seul

Vouloir tout faire seul prouve que vous être volontaire et c’’est positif. Du moins au début. Lorsque par la suite vous développez votre entreprise, apprendre à travailler en équipe et à faire confiance à quelqu’’un d’’autre que soi devient vital.

Ce n’’est pas une preuve de faiblesse que de déléguer du travail aux autres, bien au contraire: vous apprendrez à gérer du personnel, vous formerez une équipe et transmettrez votre savoir. Vous vous construirez ainsi un vrai profil de leader.


Dropshipping : Le Moyen Le Plus Facile de Vendre En Ligne

Trouver des Fournisseurs Dropshipping sur Internet

Se lancer dans le commerce sur internet peut faire peur: où vais-je stocker les cartons ? Comment vais-je gérer les livraisons ? Serai-je à la hauteur de ce casse-tête logistique ?

Mais imaginez que toutes ces tâches compliquées soient prises en charge par quelqu’’un d’’autre que vous et que vous puissiez gérer votre site e-commerce d’’où bon vous semble sans vous préoccuper du stockage des produits…

Ça paraît trop beau pour être vrai ? Pourtant ça existe, et ça s’’appelle le Dropshipping.


Le Dropshipping, Qu’’est-que Que C’’est ?

Avec le Dropshipping, vous vendez vos produits sur votre site web comme n’importe quel marchand mais vous déléguez le stockage et la livraison à votre fournisseur.

Tout ce que vous avez à faire, c’’est transférer les adresses des clients à votre fournisseur qui s’’occupera des livraisons à votre place.

De plus, les clients ne sauront jamais que vous livrez via le Dropshipping : en effet, l’’expéditeur indiqué sur le colis est l’’adresse de votre boutique, tout comme pour l’’adresse de retour et de facturation.


Les Avantages du Dropshipping

1. Pas Besoin d’’être Plein aux As

En choisissant le Dropshipping pour lancer votre entreprise de vente en ligne, vous n’’aurez pas besoin de débourser des sommes astronomiques. Le stock ne quitte pas l’’entrepôt du fournisseur jusqu’’à l’’expédition. Vous pouvez ainsi proposer des centaines de produits différents sur votre site sans vous ruiner dans l’’achat du stock.


2. Du Temps Pour Vous Occuper du Reste

Créer son entreprise, c’’est déjà beaucoup de travail et d’’investissement personnel. C’’est un luxe de pouvoir se débarasser des soucis de logistique. Vous avez alors plus de temps pour vous perfectionner dans le marketing et le service client.


3. Aucune Contrainte Géographique

Avec le Dropshipping, vous êtes libre de diriger votre affaire d’’où bon vous semble… Chili ? Alaska ? Australie ? Canada ? Du moment que vous avez une bonne connexion internet, tout est permis.


4. Un Système qui a Fait Ses Preuves

Vous n’êtes pas convaincu ? Le Dropshipping est un système fiable, qui a fait ses preuves. Certaines grandes pointures du e-commerce ont démarré avec le Dropshipping, comme Zappos par exemple. Le Dropshipping va vous permettre de proposer plus de produits à vos clients, à moindre risque et sans subir les tracas de la logistique.


Comment Trouver des Fournisseurs qui Pratiquent le Dropshipping

Les fournisseurs demandent souvent des justificatifs légaux : une attestation de création d’’entreprise ou votre numéro de SIRET, par exemple. Assurez-vous d’’être bien en règle au niveau administratif avant de commencer à démarcher des fournisseurs.

Maintenant que vous êtes dans les starting-blocks. Démarrons !

1. Demandez Conseil aux Fabricants

Vous savez où sont fabriqués les produits que vous voulez vendre ? Contactez directement les fabricants pour connaître le nom de leurs distributeurs. Les fabricants ont l’’habitude de travailler avec vos futurs fournisseurs et ils sauront vous aiguiller.


2. Trouvez Vos Fournisseurs en Dropshipping sur Google

Une Recherche Google Approfondie
Lors de votre recherche de fournisseurs sur Google, allez plus loin que les premières pages de résultats : les grossistes ne sont pas les rois du référencement et du marketing. Un bon fournisseur peut très bien se cacher à la dixième page des résultats Google. Alors fouillez bien.

L’Habit Ne Fait Pas le Moine
Les dropshippers ne sont pas non plus des spécialistes du webdesign. Leurs sites internet sont parfois vieillots et simplistes. Un bon webdesign est un signe de qualité, c’’est clair. Mais n’’évincez pas pour autant les sites un peu désuets, ils peuvent cacher votre futur partenaire.

Déclinez les Mots-Clés
Pensez à entrer des mots-clés différents et variés pour votre recherche Google. Ne limitez pas la recherche à « fournisseur dropshipping ». Essayez aussi des mots dérivés comme « grossiste drop shipping », « distributeur vente directe», « vente en gros », etc… Si vous vous en sentez capables, les recherches en anglais sont aussi un bon moyen de multiplier les résultats pertinents.


3. Les Listings Payants

Certains sites vous proposeront de vous vendre des listes entières de Dropshippers avec nom, adresse et numéro de téléphone. Méfiez-vous ! Ces listes sont souvent incomplètes, obsolètes et parfois même inventées de toutes pièces.

Si vous êtes disposé à payer, je vous conseille le site worldwidebrands.com qui met en relation vendeurs et Dropshippers.


Comment Trouver Les Bons Fournisseurs en Dropshipping

Trouver un fournisseur, c’’est une chose. Trouver un bon fournisseur, c’’est une autre paire de manches. Vous n’’avez pas fait tout ce chemin pour perdre votre crédibilité à cause d’’un charlatan. Il vous faut quelqu’’un de fiable, sur qui vous pourrez compter.

Pour différencier un escroc d’’un vrai professionnel, il y a quelques trucs à savoir :

1. Un Fournisseur Moderne

Un bon fournisseur investit dans la technologie. Il peut recevoir des commandes par e-mail et accepte les paiements par carte bancaire. Si un fournisseur vous demande de passer commande par téléphone ou de le régler par chèque, faites demi-tour !


2. Un Champion du Service Commercial

Un bon fournisseur en Dropshipping aura toujours un représentant de commerce ultra performant. Votre interlocuteur doit savoir répondre à toutes vos questions. Si vous sentez que vous avez affaire à un amateur, continuez vos recherches.


3. Un Emplacement Stratégique

Dans l’’idéal, votre fournisseur est situé de façon stratégique, c’est-à-dire près des métropoles ou des zones industrielles. Cela leur permet de gagner du temps sur les expéditions.


4. Des Prix Abordables

Un bon fournisseur, avec une activité rentable, est rarement dans la fourchette haute des prix. Comme vous, c’’est un commerçant et il doit être compétitif. Prenez soin de comparer leurs prix et évitez les fournisseurs trop gourmands.


5. Travaillez avec Plusieurs Fournisseurs

Enfin, et c’’est important : travaillez avec plusieurs fournisseurs. En mettant plusieurs fournisseurs en concurrence, vous obtiendrez de meilleurs prix et ça vous évitera de vous retrouver le bec dans l’eau si l’un d’entre eux est en rupture de stock.

Vous serez plus serein et vous aurez toujours une solution de secours en cas de problème. Il n’’y a que du positif à signer chez plusieurs fournisseurs.

6. Interrogez les Clients du Fournisseur

Si vous avez une préférence pour un fournisseur, demandez-lui ses références. Vous pourrez ainsi contacter quelques uns de ses clients et déterminer si ce fournisseur est fiable et apprécié de ses partenaires.


7. Faites un Premier Essai

La dernière étape consiste à passer commande auprès des fournisseurs que vous aurez retenu. C’est le meilleur moyen de les évaluer sur les points les plus importants pour la suite de votre partenariat : respect des délais, qualités des produits, qualité du packaging, temps de livraison, etc.

Le Dropshipping est bien le moyen le plus facile de se lancer dans la vente en ligne. Mais comme tout business model, vous devez anticiper ses faiblesses.


Contourner les Difficultés du Dropshipping

Avec un peu de bon sens et pas mal d’organisation, vous pouvez surmonter les obstacles suivants.

1. Une Forte Compétition, de Faibles Marges

Vendre en Dropshipping implique souvent de vendre des produits qui font l’objet d’une forte concurrence : chaussures, vêtements, parfums… Cela entraîne les prix à la baisse et les bénéfices se réduisent comme peau de chagrin. Dans ces conditions, comment maintenir la tête hors de l’eau ?

La solution : offrir plus de valeur que vos concurrents.

Votre valeur ajoutée doit être l’’univers que vous créez autour de vos produits et le style de vie qu’’ils évoquent.

Pour apprendre à trouver une niche rentable, consultez cet article sur le choix du bon produit à vendre.


2. Apprenez à Anticiper les Ruptures de Stock

On sait déjà que le risque de rupture de stock augmente si vous ne travaillez qu’avec un seul fournisseur. Certains fournisseurs possèdent un système moderne de mise à jour des stocks en temps réel pour vérifier la disponibilité d’un produit. Renseignez-vous !

Enfin, si par malchance un client vous achète un produit épuisé, n’’annulez pas la commande pour autant. Offrez à votre client la version haut de gamme de ce produit, sans qu’’il n’ait à payer la différence. Bien sûr, vous ne ferez aucun profit sur cette vente mais vous ferez un client heureux et ça vaut largement quelques euros perdus.


3. Comment Vendre un Produit que l’’On Ne Connait Pas ?

Grâce au sites de votre fournisseur et de vos concurrents, vous pouvez devenir expert d’’un produit sans même ne l’avoir jamais eu entre les mains. Lorsque vous aurez besoin de répondre à une question spécifique sur un produit, passez un coup de fil à votre fournisseur, il saura vous répondre.

Deuxième technique : les sites de vos concurrents et les commentaires de leurs clients. C’’est souvent très instructif.

Dernière option : payez-vous le produit phare de votre site. Testez-le au maximum et apprenez ses caractéristiques sur le bout des doigts. Lorsque vous le connaîtrez par coeur, vous pourrez toujours le revendre en ligne pour récupérer une partie de votre investissement.


4. Diminuez le Nombre d’’Intermédiaires

Même le meilleur des Dropshippers peut parfois commettre des erreurs (ne parlons même pas des mauvais). En général, ils n’auront aucun problème à vous compenser financièrement s’ils ont fait une erreur. Si jamais ils refusent de respecter leurs engagements, vous devrez être prêt à en assumer la responsabilité auprès de votre client, quel qu’’en soit le prix.

Cela vous paraît injuste ? Votre crédibilité auprès des clients compte plus que tout le reste.

En rejetant la faute sur votre fournisseur, vous serez perçu comme un amateur. De la même manière, si vous refusez à un client de remplacer un produit défectueux, c’’est votre réputation qui en pâtira, pas celle de votre fournisseur.

Vos clients n’entendront jamais parler de votre fournisseur. Pour eux, vous êtes l’’acteur principal de la vente. C’est probablement le plus gros inconvénient du Dropshipping. En intégrant ce risque dès maintenant – et en donnant toujours la priorité à vos clients – vous serez en mesure de vous d’écarter ce problème.


Le Dropshipping : Eldorado du E-Commerce ?

Le Dropshipping ne se suffit pas à lui-même.

Comme pour tout projet commercial, il faut investir sur le long terme : créer un site internet qui marque les esprits, assurer un super service client, bâtir une stratégie marketing efficace…

La vente en ligne n’’est pas un jeu d’’enfant mais le Dropshipping reste le meilleur moyen de débuter dans le e-commerce. Vous profitez du savoir-faire, des capacités de stockage et de l’’expérience d’’une entreprise solide. Bref, vous économisez du temps, de l’’énergie, et de l’espace !

Ajoutez-y une bonne organisation et ces avantages seront les piliers de la réussite de votre entreprise.


banniere-essai-clicboutic.162020


20 Livres Indispensables pour les Entrepreneurs


La lecture fait partie intégrante de l’activité d’un entrepreneur. Des pionniers ont affronté les mêmes obstacles et se sont posés les mêmes questions que vous, avant vous. Leurs livres sont une somme d’expériences et de conseils pratiques bien utiles lorsqu’on démarre son entreprise ou qu’on veut s’améliorer en cours de route, sans tout reprendre à zéro.

La liste qui suit regroupe mes livres préférés pour affûter ses compétences. Ils couvrent un large éventail de sujets mais vous verrez que chaque livre contribuera différemment à vous forger une solide culture entrepreneuriale.

Les plus perspicaces d’entre vous remarqueront qu’il n’y a que 17 livres. De cette manière, nous pourrons ajouter 3 livres que vous nous recommanderez dans les commentaires à la fin de cet article.


la semaine de 4 heures

La semaine de 4 heures, Timothy Ferriss

Vous voulez travailler moins tout en améliorant votre mode de vie ? Ce livre vous apprend à gagner de l’’argent sans vous tuer au travail. Tim Ferriss, riche de ses expériences de serial entrepreneur, offre un guide étape-par-étape pour un changement radical de mode de vie.


réalité de l'entreprenariat

Réalité de l’’entrepreneuriat, Guy Kawasaki

Comment construire une équipe ? Comment vendre ? Comment communiquer ? Comment faire marcher ses réseaux d’influence ? Ce guide vous donne des conseils concrets pour dépasser, devancer et distancer vos concurrents.


Le business sera humaniste ou ne sera pas

Le business sera humaniste ou ne sera pas, Richard Branson

Richard Branson, fondateur de Virgin, a créé sa première entreprise à 16 ans. Pour lui, le modèle d’’entreprise traditionnelle doit être dissout : à l’’heure où la planète se bat contre le réchauffement climatique et la pauvreté globale, il aide à penser un nouveau modèle commercial, toujours aussi rentable, mais plus responsable.


Manuel du créateur d'entreprise

Manuel du créateur d’entreprise, Steve Blank & Bob Dorf

Ce livre vous aide à réviser les bonnes pratiques pour bâtir une entreprise florissante : les principes essentiels pour développer une start-up dont les produits correspondent aux attentes de ses prospects, les différents « businness-model » et tout ce qu’’il faut savoir sur la création d’’entreprise.


Rework, réussir autrement

Rework, réussir autrement, Jason Fried & David Hansson

Ce recueil de petits paragraphes courts et saillants présente dans un langage franc et direct des idées à contre-courant. Comme le fait que les réunions ou la planification du travail sont le plus souvent inutiles. Ou encore que les entreprises récompensent les gros travailleurs au détriment des travailleurs efficaces.


Ces idées qui collent

Ces idées qui collent, Chip Heath & Dan Heath

Qu’est-ce qui différencie les idées qui survivent des années de celles qui meurent avant d’avoir eu une chance de convaincre ? Vous apprendrez ici comment créer et transmettre votre message en suivant 6 éléments fondamentaux : simplicité, inattendu, concret, crédible, émotion, histoire.


Lean Start-up : adoptez l’innovation continue

Lean Start-up : adoptez l’’innovation continue, Eric Ries

Eric Ries a mis au point une méthode, « l’’innovation continue », qui change radicalement la donne pour tous ceux qui souhaitent créer une entreprise ou développer un nouveau projet. Ce livre apprend aux entrepreneurs à mieux gérer l’’énergie et les ressources d’’une entreprise pour l’’emmener aussi loin que possible.


S'organiser pour réussir

S’organiser pour réussir, David Allen

Best-seller en 2002, les principes présentés dans ce livre sont toujours d’’actualité en 2013. Pour Allen, notre productivité est proportionnelle à notre capacité de nous reposer. Ce livre lève le voile sur l’’art de la productivité sans stress.


Comment se faire des amis

Comment se faire des amis, Dale Carnegie

Publié en 1936, ce classique s’’est vendu à plus de 15 millions d’’exemplaires dans le monde. Tiré d’un cours qu’il a donné pendant des années, le livre de Carnegie vous apprendra à influencer et rallier vos interlocuteurs à votre point de vue sans agacer ou blesser personne. Indispensable !


Poke the box

Poke the box : A vous de jouer ! Seth Godin

Le Gourou du marketing, Seth Godin, publie un manifeste, un appel à l’’action sur la prise d’’initiative professionnelle et personnelle. Ce livre donne un bon coup de pied aux fesses et avec lui, vous déplacerez des montagnes !


De la performance à l’’excellence

De la performance à l’’excellence, Jim Collins

Il y a 11 ans, Collins se posait une question: « Comment une entreprise qui marche peut-elle devenir un leader ? ». En d’autres termes, comment faire passer votre PME au niveau supérieur ? En ayant étudié onze entreprises différentes pendant cinq ans, les réponses sont étonnantes.


Le point de bascule

Le point de bascule : comment faire une grande différence avec de très petites choses, Malcolm Gladwell

Le point de bascule est ce moment magique où un concept, une idée, deviennent viral et contaminent un grand nombre de personnes. Gladwell explore ce phénomène social à travers des exemples remarquables et fascinants.


l'éveil de votre puissance intérieure

L’éveil de votre puissance intérieure, Anthony Robbins

Orateur de talent, connu pour sa capacité à motiver les foules, Anthony Robbins révèle ses stratégies et ses techniques les plus efficaces pour maîtriser ses émotions, son corps, ses relations, ses finances et sa vie de manière générale.


Confrontations Cruciales

Confrontations Cruciales, Patterson, Grenny, McMillan & Switzler

En temps qu’’entrepreneur, il faut sans cesse s’impliquer dans des conversations décisives d’’une entreprise. Comment gérer ces échanges verbaux, comment maîtriser ses émotions, comment être efficace et dire ce que l’’on pense sans heurter ses collègues ou ses employés… Ce livre apprend à gérer ces échanges le plus efficacement possible.


Libérez le linchpin qui est en vous

Etes-vous indispensable ? Libérez le linchpin qui est en vous, Seth Godin

Avant, deux équipes cohabitaient dans un même environnement de travail : les dirigeants et les salariés. Il existe maintenant une troisième composante, les Linchpins (les « piliers » en français) d’après Godin. Ces personnes sans qui rien n’’est possible. Ces personnes intermédiaires savent gérer la communication entre les membres d’une équipe, identifier les problèmes, les résoudre intelligemment et se rendre indispensables. Où vous situez-vous ?


L’économie en une leçon

L’’économie en une leçon, Henry Hazlitt

Tout entrepreneur devrait avoir des connaissances rudimentaires en économie. Cet ouvrage est le moyen le plus court et le plus sûr de mettre à jour ses connaissances, car on ne peut prétendre faire du commerce sans connaître les bases de l’’économie.


L’entreprise du bonheur

L’entreprise du bonheur, Tony Hsieh

Le PDG visionnaire du site e-commerce Zappos explique comment l’obsession de la culture d’’entreprise et du service client l’ont mené à la réussité commerciale. Pour Tony, une entreprise ne peut atteindre son niveau de productivité maximale qu’’en s’assurant du bonheur de ses employés et de ses clients.


Comment Trouver le Bon Produit à Vendre en Ligne


Tout le monde a déjà entendu cette phrase « tu devrais suivre ta passion » de la part d’’un ami ou d’’un oncle. Je vais être honnête avec vous, c’’est un très mauvais conseil !

C’’est encore plus vrai pour la vente en ligne : ce n’’est pas parce que vous collectionnez les figurines Star Wars depuis toujours qu’’il y ’a une entreprise à bâtir autour de votre passion – désolé jeune Padawan. Vous allez devoir être méthodique et choisir un marché de niche porteur : si votre but est de créer une entreprise florissante, ce sera la clé de votre succès.

Dans cet article, je vais partager 6 stratégies pour vous aider à choisir un marché ou un produit à vendre pour votre future entreprise. Vous allez aussi apprendre à utiliser des outils très puissant pour déterminer le niveau de demande et de compétitivité dans votre secteur.


6 stratégies pour vous aider à trouver le bon produit à vendre

Tous les produits ne se valent pas dans la vente en ligne. Voici 6 méthodes pour trouver le bon produit à vendre.

1. Vendre des accessoires

Accessoires femme
Les Accessoires pour femme

Contrairement à ce que vous pourriez croire, un marchand ne se fait que très peu de marge (5 à 10%) sur les produits les plus chers comme les ordinateurs portables ou les téléviseurs : c’’est sur les accessoires qu’’ils gagnent le plus.

Ces accessoires sont vendus 100 à 1000% de plus que leur coût de fabrication et les clients sont beaucoup moins pointilleux sur leur prix . Les gens sont capables de passer des semaines à comparer les prix de dizaines de sites avant d’’acheter un écran plat alors qu’’ils ne réfléchiront pas une seconde avant de dépenser 25 euros pour un câble HDMI.

En choisissant des produits avec beaucoup d’’accessoires, vous bénéficiez de marges plus grandes et vos clients seront moins sensibles à vos prix.


2. Cibler des hobbies spécifiques

Les vrais passionnés sont prêts à dépenser des sommes astronomiques pour pratiquer leur activité. Les fous de VTT peuvent dépenser des centaines d’’euros supplémentaires pour faire perdre quelques centaines de grammes à leur vélo. Les pêcheurs achètent également beaucoup d’’équipement très spécialisé.

Essayez de trouver la solution aux problèmes liés à la pratique d’’une activité que vous connaissez bien et vous serez en mesure d’’attirer une clientèle de passionnés aux attentes facilement identifiables.


3. Les produits entre 100 et 200 euros

Les produits dont le coût oscille entre 100 et 200 euros sont l’’eldorado du e-commerce. Pourquoi ? Parce que la somme est suffisamment importante pour générer de vrais revenus sur chaque commande, mais juste en dessous du prix à partir duquel vos clients exigent un service client personnalisé avant d’’acheter sur votre boutique (à condition que l’’information soit suffisamment complète sur le site).

A mesure que votre entreprise se développera, ce sera plus facile et plus économique de gérer vos commandes en ligne plutôt que par téléphone. Les boutiques dont les produits valent plus de 500 euros font rarement l’’impasse sur une ou plusieurs conversations téléphoniques avec leurs prospects avant de les convaincre de saisir leur numéro de carte bleue.


4. Les articles introuvables à proximité du domicile

Lorsque vous avez besoin de matériel de jardinage, votre premier réflexe sera d’’aller au magasin de bricolage le plus proche de chez vous. En revanche, si vous cherchez de l’’équipement de vidéosurveillance ou du matériel de magie, vous allez où ? Probablement sur internet. Sélectionner des produits difficiles à acheter à proximité de son domicile vous garantira une place de choix face sur ce marché.

Un petit conseil cependant, assurez-vous que la demande pour ce produit est suffisante. Autrement, vous prenez le risque d’’arriver sur un marché minuscule où il n’y a déjà plus de place pour vous.


5. Les produits qui survivent aux tendances

Si vous songez à vendre un produit actuellement très à la mode, commencez par lire l’’interview de Florian qui a écoulé plusieurs milliers de bracelets shambala en quelques mois. Pour ceux qui veulent s’’investir dans le e-commerce à long terme, passez votre chemin. La mode change constamment et vous perdrez un temps fou à créer des ressources qui deviendront rapidement obsolètes. En vendant des produits qui résistent à la mode, l’’énergie que vous consacrez à construire un site e-commerce bien achalandé survivra au temps.


6. Les consommables et les produits jetables

les_consommables_jetables
Les Biens Consommables

Une clientèle fidèle est essentielle à toutes les entreprises : il est beaucoup plus facile de vendre à des clients qui vous font déjà confiance que de systématiquement devoir acquérir de nouveaux clients.
Si vos produits doivent être régulièrement renouvelés, et en comptant sur votre capacité à satisfaire vos clients, vous pourrez bâtir une entreprise prospère avec des revenus récurrents.

Trouver le bon produit ne représente qu’’une petite partie du travail préliminaire à la création d’’une boutique internet. Même si votre produit remplit tous les critères ci-dessus, ça ne vous sera pas très utile face à une demande trop faible ou à une compétition trop écrasante. Pour prendre une décision avisée, vous avez maintenant besoin d’’étudier vos futurs concurrents, le niveau de demande et les fournisseurs.

 


Y’a-t-il une demande suffisante pour vos produits ?

Le générateur de mots-clés Google Keyword Tools reste le meilleur moyen de mesurer le niveau de demande d’’un produit sur internet. Il va vous fournir des données chiffrées sur le volume de recherches pour un terme spécifique.

En quelques mots, assurez-vous de :

  • Consulter les résultats locaux plutôt qu’internationaux.
  • Employer les phrases ou termes exacts : ce sont eux qui offrent les résultats les plus précis.
  • Chercher les mots-clés ayant des variations importantes sur des expressions de « longue traîne ».

Prenons un exemple !

Si vous vendiez des lunettes de soleil, les termes « lunettes de soleil de vue » et « lunettes de soleil Ray Ban pas chères » seraient des variations d’’expressions de longue traîne. Ce concept est important car vos mots-clés principaux (ici « lunettes de soleil ») ne représenteront qu’’une faible partie de votre trafic total. Même en obtenant la première place dans les résultats Google sur cette expression, vous serez chanceux si vous obtenez ne serait-ce que 30% du trafic pour ces termes-là.

En réalité, la plupart des sites de e-commerce obtiennent 80 à 90% de leur trafic sur des expressions de longue traîne liées aux mots-clés principaux. En général, je m’assure que le mot clé principal (qui correspond grosso modo à mon marché de niche) renvoie au moins 3000 recherches mensuelles pour les zones ciblées (la France) et, dans l’’idéal, une douzaine de variations de longue traîne. Sans un volume suffisant de recherches, il est inutile de perdre son temps à évaluer un marché sur d’’autres critères.


Est-ce que vous faites le poids face à vos concurrents ?

La demande d’’un produit doit être mise en relation avec le niveau de concurrence qui vous attend sur ce marché. Des mots-clés comme « netbook » ou « vêtements bébé » représentent un volume de recherche important MAIS il y a déjà beaucoup d’’entreprises expérimentées sur ce secteur et il vous sera difficile d’ouvrir une boutique en ligne sur ces marchés.

Afin d’’évaluer avec précision la pression concurrentielle, je vous recommande de mesurer les 3 critères suivants pour le top 10 des entreprises sur votre marché de niche.

Le nombre de liens pointant vers le site : Utilisez Open Site Explorer pour connaître le nombre de sites contenant des liens pointant vers le site de votre concurrent. Les meilleurs sites du secteur possèderont plusieurs centaines de liens pointant vers leur site. Mais ne vous laissez pas impressioner pour autant. En revanche, si tous vos concurrents possèdent plus de 1000 liens, il sera peut-être plus sage de reconsidérer votre capacité à réussir dans ce projet et à tenir la route face aux concurrents.

Le Pagerank : Tous les liens ne sont pas égaux. La mesure du Pagerank prend en compte la qualité de ces liens. Il représente aussi l’’influence qu’’un site peut avoir. On peut utiliser des modules pour mesurer le pagerank : Pagerank Status pour Google Chrome et Search Status pour Mozilla Firefox.

Un pagerank de 3 ou 4 est un résultat de assez standard pour un site web et cela représente un score de base pour la plupart des entreprises. Dépasser des sites qui obtiennent un score de 5 ou plus demandera plus d’’investissement et de travail au niveau du référencement naturel, ainsi qu’’au niveau de la qualité des liens externes pointant vers votre site.

Qualité du site : Cette unité de mesure est la plus importante des 3. Surfez sur le site de vos concurrents et posez-vous une seule question :

« Pourquoi ai-je envie d’’acheter chez lui et pas ailleurs ? ».

Si la majorité des sites de vos concurrents ont une interface graphique peu attractive, vous avez toutes les chances de vous démarquer. Par contre, si le secteur grouille de sites internet plus professionnels et plus beaux les uns que les autres, il vous sera plus difficile de tirer votre épingle du jeu. Les outils dont je viens de vous parler seront alors d’’autant plus pertinents pour jauger la concurrence.


Trouver des fournisseurs pour votre boutique en ligne

Travailler avec des fournisseurs compétents et sérieux est un élément crucial lorsqu’on décide de créer un site de vente. Bien que ce soit la dernière étape de sélection de votre produit, c’’est une étape clé à ne pas négliger. Votre choix est encore plus stratégique si vous choisissez de faire du drop-shipping. Vous aurez alors besoin de pouvoir compter sur vos fournisseurs pour qu’’ils puissent stocker et expédier les colis à votre place.

Choisir un fournisseur dans lequel vous n’’avez pas 100% confiance, c’’est s’’exposer à des livraisons bâclées pour vos clients, des commandes de produits en rupture de stock etc.

C’’est un cercle vicieux et un casse-tête sans fin.

Je recommande donc à tout site e commerce d’’avoir au moins deux fournisseurs. Pourquoi ?

  • Pour ne pas dépendre d’’un seul fournisseur
  • Pour plus de stock et moins de produits épuisés
  • Pour obtenir de meilleurs prix lorsque ces deux fournisseurs se battent pour gagner votre signature sur un contrat

Ce n’est pas tout. La passion EST essentielle !

J’’ai peut-être parlé un peu vite…

Suivre sa passion n’est pas forcément une mauvaise idée. Vendre un produit en lequel on croit passionément est un facteur crucial pour réussir. Je veux simplement vous éviter de reproduire la même erreur que des milliers de marchands qui font passer leur passion avant une stratégie de vente efficace.

Si je vous ai permis de vérifier que vos figurines Star Wars représentaient un marché rentable, avec suffisamment de demande et une concurrence modérée, alors j’aurais rempli ma mission.

Une dernière chose, si comme moi vous êtes un vendeur dans l’âme, que vous vendiez des couches pour bébés ou des prothèses dentaires : si vous avez monté une entreprise qui marche, dans un secteur de niche, je vous assure que la passion viendra toute seule.


Pourquoi la récession est le moment parfait pour créer son entreprise

Il y a quelques semaines, je vous expliquais comment travailler chez soi efficacement.
Dans cet article, vous trouverez 7 façons de réduire vos frais sans compromettre la qualité de votre travail ou votre niveau de vie.

1. Utilisez moins de papier

Vous n’avez pas à renoncer à votre bloc-notes préféré. Simplement, réfléchissez-y à deux fois avant de cliquer sur « Imprimer ».

D’après Xerox, sur 5 feuilles sortant d’une imprimante, 2 sont jetées dans les 24 heures qui suivent leur impression. Non seulement les entreprises qui s’organisent sans papier réduisent leurs coûts mais elles réduisent aussi leur impact sur l’environnement.


2. Virtualisez vos bureaux.

Vous avez des employés ? Laissez les travailler de chez eux afin de diminuer la surface nécessaire pour vos bureaux « en dur ». Bien sûr, toutes les activités ne le permettent pas, mais lorsque c’est possible, cela permet d’économiser énormément d’argent.


3. Gérez votre temps

Le temps, c’est de l’argent. Essayez de mettre en place des processus qui vous feront gagner du temps, vous pourrez en consacrer davantage à ce qui fait vraiment avancer votre entreprise.

Le matin, divisez votre travail en tâches facilement réalisables et ne faites pas trop de choses à la fois. Si vous vérifiez vos e-mails plus de 10 fois par jour, vous perdez votre temps.


4. Demandez des réductions

Vous seriez surpris de connaitre le nombre d’enseignes qui proposent des réductions pour les petites entreprises. Les meilleures affaires se font surtout sur les produits les plus chers comme les ordinateurs, les écrans, les chaises et les bureaux. Passez quelques minutes à négocier et vous pourrez économiser des centaines d’euros.


5. Passez au vert

Investissez dans un équipement économe en énergie. Préférez les fournitures avec un label d’économie d’énergie A ou B. Ces équipement peuvent coûter un peu plus cher à l’achat, mais ils vous feront beaucoup économiser sur le long terme et sont meilleurs pour l’environnement.


6. Pensez Tupperware

Arrêtez de manger dehors tous les jours. Apportez un repas au bureau – ou si vous travaillez à la maison, diminuez les repas à emporter. Si vous êtes accroc au cappuccino (comme moi), vous pourrez économiser près de 500€ par an en passant au bon vieux café.


7. Respectez votre budget

Un des facteurs les plus importants pour réussir à gérer une entreprise est de créer un budget – et de le respecter. Si vous n’avez pas encore de budget, ça doit être votre priorité numéro un. Si vous avez un budget mais que vous le dépassez sans arrêt, quel est l’intérêt d’en avoir un ?


J’espère vous avoir convaincu que mettre en place des stratégies de réduction des coûts n’est pas synonyme de radinerie mais d’intelligence. Et de réussite financière pour votre entreprise !

Pourquoi vous devriez garder vos objectifs secrets

Vous avez un nouveau projet ? Ne le dites à personne.

En vous engageant publiquement sur vos objectifs vous réduisez votre motivation

Avez-vous déjà cherché des astuces pour atteindre plus facilement vos objectifs ? Si c’est le cas, vous avez probablement remarqué que la même règle revenait encore et toujours : s’engager publiquement sur nos objectifs augmenterait notre volonté de les réaliser.

En théorie, quand vous dites à vos amis que vous avez l’intention d’arrêter de fumer ou de perdre des kilos, vous vous sentez obligé de rendre des comptes.

En général, la plupart des gens aiment être cohérents avec eux-même; ça contribue à une meilleure estime de soi. Du coup, en renonçant à un objectif sur lequel vous vous êtes engagé publiquement, vous endommageriez cette estime de soi.

Toutes ces choses sont vraies en théorie, mais est-ce que ça marche dans la vraie vie ?


La motivation : comment ça marche ?

Malheureusement, notre esprit peut parfois saboter les efforts les plus admirables que nous faisons pour nous contrôler. Une récente étude dirigée par le docteur en psychologie sociale P. Gollwitzer suggère que le fait de rendre nos objectifs publics peut précisément avoir l’effet opposé.

Trois expériences ont permis de tester le lien entre le fait d’annoncer publiquement ses objectifs et l’effort que nous leur consacrons. L’équipe qui a mené l’étude a ainsi découvert qu’à chaque fois que les participants avaient partagé leur objectif avec une autre personne, leur degré d’implication (et donc la probabilité d’atteindre ce but) avait été réduit.

Après avoir partagé leur objectif, les cobayes réduisaient leurs efforts pour étudier, trouver un travail ou essayer de faire progresser leur carrière.


L’illusion du progrès

Alors, quel est le problème ?

Comment expliquer le fait qu’en s’engageant publiquement à réaliser un objectif on réduit nos efforts pour atteindre cet objectif ?

Eh bien, il est probable que le simple fait de partager notre objectif avec d’autres nous donne l’impression d’avoir franchi la première étape pour l’atteindre.

Dans une autre étude, Gollwitzer et son équipe ont d’ailleurs trouvé des preuves de ce mécanisme psychologique. Quand on leur posait la question, les participants qui avaient rendu leur objectif public avaient plus souvent l’impression d’avoir fait des progrès dans la réalisation de leur objectif par rapport à ceux qui n’avaient rien révélé à leur entourage.

Au fond, s’engager publiquement à réaliser un objectif a un effet similaire au fait de fantasmer sur sa réalisation. Ces deux phénomènes psychologiques nous donnent l’impression d’avoir déjà avancé alors qu’en réalité, nous n’avons fait que reculer.


Alors la prochaine fois que vous souhaitez entreprendre un nouveau projet et que vous êtes réellement déterminé à le réaliser, gardez-le secret. Il sera toujours temps de le partager avec votre entourage lorsque vous aurez validé les premières étapes vers la réalisation de votre idée.

Pourquoi la peur fait vendre et comment l’utiliser

Avez-vous déjà remarqué de quelle manière tout le monde se retourne au son d’une sirène de pompiers ? Il se passe la même chose lorsqu’un accident de voitures se produit : tout le monde ralentit au niveau des accidentés pour regarder la scène.

A chaque fois qu’un évènement épouvantable a lieu notre curiosité est incapable d’y résister. Cet aspect primitif, inhérent à la nature humaine, est fréquemment utilisé par les professionnels du marketing pour attirer l’attention de clients potentiels.

Il suffit de regarder les infos pour s’en rendre compte.

C’est comme si le journal de 20h inventait tous les soirs un nouveau produit potentiellement mortel, une nouvelle inondation sur le point de se déchaîner ou une nouvelle flambée de violences.

Pourquoi ?

Parce que la peur fait vendre.

En promettant de révéler des informations sur les derniers produits retirés du marché ou sur l’’insécurité sanitaire, les rédactions attirent davantage de téléspectateurs. C’est bien simple, tout le monde veut savoir quelle est la nouvelle menace dont il faut avoir peur.

Plus la peur augmente, plus le nombre de téléspectateurs augmente et plus le nombre de téléspectateurs augmente, plus les recettes de publicités augmentent. L’’équation n’est pas plus compliquée.

Beaucoup de gens détestent ces phénomènes médiatiques qui jouent sur la peur – moi le premier – mais personne ne peut nier leur efficacité. Ce n’est pas pour rien que les meilleurs spécialistes en marketing cherchent systématiquement à utiliser la peur pour vendre leurs produits.

Voici pourquoi :


La peur influence chacune de nos décisions d’’achat


Le produit que vous vendez a en fait peu d’importance. Chaque décision d’’achat prise par un client l’’a été, au moins en partie, grâce à la peur.

C’’est plus évident pour certains produits que pour d’autres. Par exemple, on achète une alarmes antivol parce qu’’on craint de se faire cambrioler. De la même manière, on choisira une voiture qui inclut des airbags et ayant reçu de bonnes évaluations de sécurité par peur d’’être blessé ou tué dans un accident de voiture. La boutique de détecteurs de fumée Incendom l’a bien compris en affichant à ses visiteurs un lien vers les incendies mortels les plus récents sur sa page d’accueil !

Mais est-ce que cette loi se vérifie également lorsqu’on achète un produit plus neutre… par exemple, un jouet pour enfant ?


Imaginons un scénario classique

Nous sommes trois semaines avant Noël et votre enfant de dix ans vous confie sa lettre au père Noël. Tout en haut de la liste figure une Nintendo Wii. C’’est ce qu’il aimerait plus que tout au monde et il supplie Papa Noël de lui en apporter une.

Au début, vous n’’êtes pas tellement emballé par l’’idée. Vous pensiez plutôt lui offrir sa première collection d’’encyclopédies ou un ordinateur portable ou des leçons de karaté – bref, un truc qui lui sera utile.

Puis vous imaginez le matin de Noël. Son visage illuminé par la joie, il dévale les escaliers et se précipite vers le paquet volumineux qui ressemble à une Nintendo Wii. Il arrache le papier cadeau les yeux brillant d’’excitation, et découvre… une collection d’’encyclopédies flambant neuve.

L’’excitation se transforme alors en amertume et ses yeux se remplissent de larmes… Il refusera de sortir de sa chambre pendant le reste de la journée et le soir il vous demande si le Père Noël existe vraiment. Vous êtes obligé de lui avouer que non, et sa déception se transforme en colère lorsqu’’il réalise qu’en fait c’est vous qui l’avez laissé tomber. Le soir, en le bordant, vous vous rendez compte que rien ne sera plus jamais comme avant et vous vous haïssez de ne pas avoir acheté cette foutue Nintendo Wii.

Ce n’est peut-être que mon imagination qui s’emballe mais je parie que cela vous effraie suffisamment pour que vous vous soyez déjà retrouvé la veille de Noël à foncer au centre commercial pour faire la queue derrière 500 autres parents qui veulent acheter une Wii – comme vous.

La vérité c’est qu’on peut vendre n’’importe quoi en s’aidant de la peur. Il suffit juste de savoir comment l’’utiliser.


Une question simple mais efficace

Pour savoir quel type de peur va motiver un achat (et c’est valable pour n’importe quel produit), commencez par vous interroger sur les raisons qui motivent vos clients à acheter vos produits. Une fois que vous avez résolu ce problème, posez-vous cette question simple mais terriblement efficace :

Quelle est la pire chose qui pourrait arriver au client ?

Par exemple, lorsqu’’une femme achète des vêtements de créateur, elle veut être belle, elle veut de la qualité et elle veut probablement impressionner son entourage. A priori, ce n’est pas grave si finalement elle n’achète rien, n’’est-ce pas ? A priori.

Maintenant, demandez-vous quelle est la pire chose qui pourrait lui arriver en relation avec cette robe ?

D’abord, elle pourrait très bien ne pas être promue parce que son patron pense qu’’elle n’a’ pas la l’allure qu’on doit attendre d’’un leader. Ou peut-être rencontrera-t-elle demain l’’amour de sa vie, habillée d’un simple jean et d’un sweat, et qu’il l’ignorera à cause d’une fille plus jolie portant des vêtements de créateur. Ou alors ce sont ses amies qui vont se mettre à la dénigrer derrière son dos en se demandant pourquoi elle n’est pas capable d’acheter des vêtements plus élégants; chose qu’’elle pourrait entendre et qui pour certaines personnes serait humiliant.

Bref, que des motivations très puissantes, basées sur la peur.

Maintenant, répondez-moi franchement : votre cliente a-t-elle acheté parce qu’elle avait envie d’être belle ou parce qu’elle craignait de se retrouver isolée au boulot, ignorée par l’amour de sa vie et méprisée par ses amis ?

Ouai. C’est bien ce que je pensais…


Les gens achètent du réconfort

Les clients ont besoin de réconfort
Peu importe l’acheteur et l’objet de son achat : cette personne cherche à se rassurer, elle veut avoir la certitude que son achat effacera ses craintes.

Si je paye pour un programme de sauvegarde automatique pour mon ordinateur, j’ai besoin qu’on m’explique que je n’aurais plus à m’’inquiéter de perdre des fichiers. Lorsque j’achète le dernier livre « dont tout le monde parle » (c’est en tout cas ce que la première de couverture laisse entendre…), je veux être sûr de ne pas être exclu de la conversation au prochain diner auquel je serai invité. Si je décide d’acheter un nouveau portable, je souscrirai probablement à une assurance anti-vol et casse afin de ne pas me retrouver sans portable pendant plusieurs jours – même si je changerai probablement de portable sans avoir pu utiliser mon assurance.

Nous cherchons tous du réconfort. Lorsque vous peaufinerez votre message marketing, interrogez-vous sur les craintes de vos clients et répondez-y en leur montrant comment votre produit peut résoudre leurs problèmes. Réconfortez-les en leur donnant l’assurance qu’’ils n’’ont plus à s’en faire avec votre produit.


Est-ce que je ne risque pas de franchir une ligne jaune ?

Bien sûr.

Il suffit de regarder la campagne présidentielle qui vient de s’achever pour constater que les hommes et femmes politiques dépassent régulièrement les bornes et que c’est efficace. Les politiciens ont compris depuis longtemps que faire peur aux électeurs est une façon quasi certaine d’’obtenir des votes. Celui qui dépeint la situation la plus horrifiante n’est néanmoins pas assuré de gagner et il finit généralement par se faire détester.

Alors, comment éviter de passer du côté obscur ?

Je ne connais qu’’une seule méthode :


Dire la vérité

Si vous dites la vérité à vos clients et que celle-ci fait peur, c’est tout bon. Vous n’’en serez que plus respecté.

Prenons l’exemple d’une vieille campagnes de pub internationale de FedEx. Avec des slogans tels que « Relax, c’’est FedEx », ils jouaient sur la peur des vendeurs professionnels que leurs colis n’’arrivent pas à l’’heure ou pas du tout.

Cela a marché parce que c’’était vrai : les expéditions retardées ou perdues étaient et sont toujours un vrai problème. Les délais d’expédition se sont certes beaucoup réduits depuis la première campagne de Fedex il y a 30 ans, mais il y a parfois des moments où vous voulez être absolument certain que votre colis arrivera en temps et en heure. Et dans ces cas-là, ça vaut le coup de payer FedEx.

La leçon ?

Soyez honnête.

Ce n’est pas la peine d’inventer ou de déformer la vérité dans le seul but d’effrayer vos clients. Un marketing basé sur la peur est nettement plus efficace lorsqu’’il est réaliste et crédible. Trouvez une menace qui fait véritablement peur à vos clients, et utilisez-la ensuite pour les inciter à agir. La frontière est mince mais ce sont les règles du jeu auquel nous participons. Vous ne voudriez pas basculer du côté obscur de la force, n’’est-ce pas ?

Sept conseils pour des pages produit spectaculaires

Le succès d’’un site de e-commerce repose en grande partie sur la qualité de ses pages produit. Elles peuvent convaincre un visiteur de devenir votre client, ou au contraire, le faire fuir. Rien de bien nouveau jusque-là. Il est évident qu’’une page de produit réussie est la clé d’’un site de e-commerce qui marche. Alors pourquoi sont-elles si souvent mauvaises ?

Chaque visiteur qui parvient sur l’une de vos pages produit est l’’agrégation de tous vos efforts et de tout l’’argent dépensé pour l’’attirer là. Ce n’’est certainement pas le moment de gaspiller ce dur labeur. En capitalisant sur l’’ergonomie et le design de votre boutique en ligne, vous pouvez offrir au visiteur l’’expérience qu’il recherche pour devenir votre client.

Du coup, vous vous demandez sûrement quelles sont les caractéristiques d’’une bonne page produit. C’’est simple : il faut fournir les informations sur le produit et mettre en avant vos garanties pour motiver votre visiteur à acheter sans avoir à le regretter.

Pour vous aider à démarrer, voici sept conseils, illustrés par des exemples de sites e-commerce, que vous pouvez mettre en oeuvre dès maintenant pour enrichir l’’expérience utilisateur de vos pages produit. Un mot d’’avertissement cependant : ce qui marche pour ces sites pourrait ne pas marcher pour le vôtre. A vous de faire des tests pour déterminer ce qui est le plus efficace pour votre boutique en ligne.


Premier conseil : Coupez court aux bavardages

Le mieux est l’’ennemi du bien. En voulant améliorer les pages de leur boutique, beaucoup d’entrepreneurs les encombrent d’’éléments inutiles, de textes trop denses et de fonctionnalités futiles. A vous de mener le combat pour la simplicité ! Bien sûr, il est généralement pertinent de faire apparaitre les recommandations, les commentaires client et d’’autres fonctionnalités similaires, mais celles-ci ne doivent pas empiéter sur les call-to-action qui vous permettront de clore une vente.

Critique : Les pages du site Abercrombie & Fitch sont minimalistes et procurent une expérience agréable. Seuls les éléments de navigation essentiels (tels que la barre de recherche, le menu principal et les variantes de couleur du produit) sont visibles. Même leur thème est simple et optimisé pour faciliter la navigation.


Deuxième conseil : Des call-to-action clairs

Lorsque votre visiteur s’’apprête à acheter votre produit, il faut lui éviter toute confusion qui pourrait compromettre sa commande. Il est impératif que les boutons « Ajouter au panier » et « Procéder au paiement » soient clairs et immédiatement visibles. Vos calls-to-action – la formulation précise de l’’action attendue de l’’utilisateur – doivent impérativement être des boutons. Les acheteurs en ligne ont été conditionnés à chercher un bouton – des liens texte ou d’’autres types de mises en page non-conventionnelles ne feront qu’’engendrer de la confusion au pire moment possible pour votre processus de commande.

Critique : Zappos est un bon exemple : l’’utilisation de l’’orange vif permet de distinguer clairement le boutons de commande, le panier d’achat et la fonction de recherche du reste des informations de la page.


Troisième conseil : Pensez vitesse

Les pages produit doivent être réactives et leur chargement rapide. Les pages lentes au chargement sont susceptibles de réduire la confiance et de provoquer l’’impatience du visiteur, ce qui freine considérablement la conversion. Finissez-en avec les pages rendues trop lentes par les fichiers image de votre feuille de style CSS, optez pour des pages au design simple qui se chargent rapidement !

Critique : La marque de tennis écolo Veja est un exemple de site e-commerce qui prend la vitesse de chargement des pages produit très au sérieux. Les pages de la boutique se chargent très rapidement grâce à un usage limité des styles CSS.


Quatrième conseil : Des photos produit de qualité

Les photos de produits, en particulier si vous vendez des objets, sont essentielles pour susciter de la confiance et donner à l’’utilisateur une meilleure idée de ce qu’’il achète. La photo principale du produit est primordiale, mais il ne faut pas oublier de prévoir d’’autres clichés, présentant des points de vue différents, et de les mettre en évidence.

Critique : La combinaison de photos en gros plan et portées font d’Archiduchesse un exemple parfait de l’’utilisation d’’images produit de qualité poussant à l’achat impulsif.


Cinquième conseil : Des informations courtes et convaincantes

Vous ne vendrez rien sans donner un minimum d’informations sur votre produit. Le texte que vous mettrez en ligne doit aider efficacement votre client potentiel à se décider. Les informations essentielles à travailler et à mettre en valeur sont le prix, les options de livraison, la disponibilité, les tailles et les couleurs et vos échelles de mesure. Assurez-vous de bien mettre ces éléments en avant. Encore une fois, restez clair et concis. N’hésitez pas à organiser vos informations sous forme de liste pour aider vos visiteurs à lire et à traiter les informations rapidement.

Critique : En deux mots, faites comme Ikea. Leur typographie est agréable, et ils sont concis dans la description du produit et ses caractéristiques. Leur site offre également la possibilité d’’en «savoir plus» pour les utilisateurs qui veulent s’’immerger dans le produit.


Sixième conseil : Construisez une relation de confiance

Réduisez l’’anxiété et établissez une relation de confiance avec votre client en communiquant sur la qualité de votre produit, sur vos politiques de retours et sur vos engagements de service client. Votre visiteur sera alors à l’’aise lorsqu’’il achètera vos produits. Faites apparaitre des critiques des produits et des témoignages d’’autres clients ayant acheté le produit, et faites remonter les critiques les plus pertinentes. L’’ajout de références sociales à l’’expérience utilisateur permet à vos visiteurs de savoir qu’’ils ne sont pas les seuls à vous faire confiance.

Critique : Hotels.com permet l’’affichage d’’une fenêtre pop-up qui indique combien de fois un hôtel a reçu de réservations durant les dernières 24 heures. Cela crée une relation de confiance : d’’autres personnes sont véritablement en train de faire une réservation dans cet hôtel. C’’est également intéressant parce que ça génère un sentiment d’’urgence – du type : « Il n’’y a pas une infinité de chambres disponibles, agissez maintenant ».


Septième conseil : Proposez des options

La pire chose qui puisse vous arriver est de perdre un client parce qu’il manquait des options à votre produit – « J’’ai failli acheter mais… ». Que se passe-t-il lorsqu’un prospect est prêt à acheter votre cadre photo numérique s’’il avait été équipé d’’une batterie rechargeable, ou s’’il avait disposé de 16 gigas de mémoire au lieu de 8. En proposant des accessoires ou des produits complémentaires facilement identifiables, vous permettez à vos visiteurs de compléter leur achat sur un seul et même site.

Critique : Musikia.fr offre un maximum d’options à ses clients lorsqu’’ils consultent la page produit d’un instrument de musique. On y voit à la fois les accessoires liés à l’’instrument et les produits complémentaires.


En résumé

Les pages de présentation de vos produits peuvent faire ou défaire votre site. A vous de créer un site ergonomique procurant une expérience telle que vos visiteurs voudront devenir vos clients. En testant et en mettant en œœuvre ces conseils, vous devriez être en mesure de cibler les meilleurs boosters de conversion pour vos pages produit.

Google Adwords : un guide de démarrage

Vous avez lancé votre boutique en ligne avec Clicboutic et vous cherchez maintenant à générer du trafic et à augmenter vos ventes ? L’un des meilleurs moyens d’attirer des visiteurs qualifiés sur votre site est d’utiliser Google AdWords.

AdWords permet à votre site d’apparaître dans Google lorsque des internautes recherchent vos produits.

Google adwords


Clicboutic s’est associé avec Google pour offrir à toutes ses nouvelles boutiques 50 € à 75 € de crédits Google AdWords en fonction de votre abonnement. Concrètement, vous pouvez essayer AdWords sans risque et tester son impact sur vos ventes. Voici comment démarrer avec AdWords :

  1. Connectez-vous à Clicboutic et allez dans la section Marketing de votre administration où vous trouverez votre bon pour Adwords. Copiez le code du coupon.
  2. Cliquez sur le lien AdWords pour vous inscrire et confirmer votre adresse email.
  3. Une fois votre adresse e-mail confirmée, créez votre première campagne. Voici quelques conseils :
    – Commencez par un petit budget, comme 10-20€ par jour.
    – Concentrez-vous sur un ou deux produits ou catégories de votre boutique.
    – Laissez les options avancées de côté pour votre première campagne.
  4. Après avoir créé votre campagne publicitaire, vous devrez enregistrer une annonce et des mots clés. Voici ce qui fonctionne le mieux :
    – Créez des annonces textuelles. Ce sont les plus faciles à configurer et à tester.
    – Utilisez des termes d’action dans le texte de votre annonce. C’est à dire des mots qui incitent les gens à cliquer, comme « 50% de réduction! Laissez-vous tenter! »
    – Assurez-vous que l’URL de destination renvoie vers le produit ou la catégorie dont vous faites la promotion dans votre annonce. Vous augmentez ainsi vos chances de convertir la visite en vente.
    – Renseignez des tonnes de mots clés. Choisissez des mots et des expressions que vos clients utilisent lors de leurs recherches en ligne. Si vous vendez des robots ménagers, tapez « Robot Ménager », « Robot Multifonctions » « Acheter Robot Ménager » « Robot Ménager pas cher » et ainsi de suite.
  5. Entrez vos informations de facturation. N’oubliez pas de coller le code de promotion que Clicboutic vous a fourni pour obtenir 75€ de crédits et tester AdWords gratuitement.

Après environ une heure, vos annonces apparaîtront dans Google. Vérifiez combien de clics vous obtenez et si ces clics ont débouché sur des ventes. Pendant les jours qui suivent, vous devriez communiquer autour de plus de produits, tester différentes annonces, et commencer à explorer les fonctions plus avancées d’AdWords.

Apprenez de ce que vos concurrents et d’autres boutiques en ligne font également. D’après notre expérience, tester et améliorer progressivement ses annonces est la meilleure approche pour apprendre à maîtriser Google AdWords.