Modifiez vos factures et obtenez 20% de trafic qualifié supplémentaire

Voici une méthode simple et efficace pour attirer jusqu’à quatre fois plus de visiteurs sur votre boutique en ligne. C’est complètement gratuit et vous demandera seulement quelques heures. Vous n’aurez besoin que de Google, d’un téléphone et d’un peu d’intuition. Si vous utilisez notre solution e-commerce, Clicboutic, ce sera encore plus facile.

Idée pour avoir du trafic


Il vous suffit de suivre ces 3 étapes pour appliquer notre méthode :

  1. Prenez un stylo et faites la liste de quatre produits complémentaires aux votres pouvant être achetés en ligne. Par exemple, si vous vendez des iPod, vous pouvez noter : enceintes, casques sans fil, brassards sports, coques iPod personnalisées.
  2. Allez ensuite sur Google et essayez de trouver d’autres sites e-commerce où il est possible d’acheter ces produits tout en vous assurant qu’ils ne vendent pas aussi les mêmes articles que votre boutique.
  3. Créez maintenant un tableur avec les en-têtes suivants : Produit, Nom du site Web. Vous n’avez plus qu’à entrer les coordonnées des sites que vous avez listé dans l’étape 2 ainsi que les produits qu’ils commercialisent.Par exemple :Produit , Site Web
    Enceintes : http://enceintes1.com
    Enceintes : http://enceintes2.com
    Brassards sports : http://brassards1.com
    etc.
  4. Retournez sur tous les sites de votre liste et envoyez leur le message suivant par e-mail ou depuis leur formulaire de contact :Bonjour, Je suis [votre nom] de l’entreprise [nom de votre entreprise]. Nous commercialisons [vos produits] sur notre site de vente en ligne [adresse de votre site] et aimerions discuter de l’opportunité de créer un partenariat qui serait avantageux pour nos deux entreprises. Auriez-vous l’obligeance de me transmettre les coordonnées de votre responsable marketing ? En vous remerciant,
    Cordialement,
    [Votre nom]
    [Votre numéro de téléphone]
    [Lien vers votre site Web]
  5. Lorsqu’ils vous répondront, ajoutez les coordonnées de votre interlocuteur sur la ligne du site web correspondant de votre tableur. Le but de cette opération est d’obtenir au minimum un contact pour chacun des produits complémentaires que vous avez identifié. Si, au bout de quelques jours, vous n’avez obtenu aucune réponse de la part d’un site, trouvez-en un autre qui propose le même produit et renouvelez l’étape 4.
  6. Une fois votre liste complète, appelez chaque entreprise et expliquez-leur que vous aimeriez recommander leur site en bas des factures que reçoivent vos clients. Demandez-leur s’ils seraient prêts à faire de même sur leur site.

Il s’agit d’une forme relativement simple mais TRES efficace de promotion croisée qui peut augmenter considérablement le trafic de votre site e-commerce.

Le raisonnement est simple : en contactant quatre entreprises qui vendent des produits complémentaires aux votres, cela fait un réseau de cinq entreprises qui commercialisant des produits similaires.

A la fin de chaque e-mail de confirmation de commande, chacun ajouterait quelque chose comme :

Nous vous remercions pour votre achat. Si vous cherchez des accessoires pour compléter votre commande, nous vous recommandons :

  • http://www.enceintes1.com pour des enceintes iPod au design léché pour tous les budgets
  • http://www.casques-sans-fil1.com pour un casque sans fil au son haute définition spécialement conçu pour votre iPod
  • http://www.coquesiPod1.com propose le plus grand choix de coques originales pour protéger et habiller votre iPod
  • http://brassards1.com pour profiter de vos musiques préférées tout en faisant du sport

Bien sûr, votre propre site web n’a rien à faire dans cette liste.

Voilà, c’est pas plus sorcier que ça. Cette stratégie ne demandera pas plus d’une vingtaine de minutes sur Google et quelques heures au téléphone mais l’augmentation du nombre de visiteurs qualifiés et gratuits sur votre boutique en ligne sera énorme.

Assurez-vous simplement de sélectionner des sites complémentaires dont le nombre de visiteurs est correct. Pour avoir une idée du trafic d’un site web, utilisez Alexa.com.


PS : Clicboutic vous permet de modifier l’e-mail de confirmation de commande en cliquant sur « Préférences » en haut à droite de votre administration. Cliquez ensuite sur « E-mails » puis sélectionnez l’e-mail « Commande – Paiement accepté » pour éditer son contenu.

Comment créer une page Facebook et ajouter le widget à votre boutique Clicboutic

Nous avons récemment lancé la page Facebook de Clicboutic (nous serions d’ailleurs ravis que vous deveniez fan pour rester au courant de nos nouveautés).

Et pour être honnête avec vous, ça n’a pas été une promenade de santé. Facebook a désormais tellement de boutons, d’onglets et d’applications qu’il nous a fallu un certain temps pour tout comprendre. Maintenant que nous avons réussi, je veux vous expliquer comment créer une page Facebook.

Facebook est le plus gros réseau social du monde avec 900 millions d’utilisateurs dont 20 millions de Français. C’est donc un excellent moyen de communiquer avec vos clients et ce guide vous expliquera pas-à-pas comment créer une page Facebook et ajouter le widget à votre boutique Clicboutic.

Créer une page Facebook

Il existe deux types de comptes sur Facebook : les profils qui sont des comptes personnels et les pages qui sont des comptes spécifiques aux entreprises. Nous allons donc créer une page pour votre boutique. Pas d’inquiétude, c’est totalement gratuit !

  1. Rendez-vous sur Facebook et cliquez sur « Créer une page » en bas à droite du formulaire d’inscription ou cliquez directement sur ce lien.
  2. Si vous vendez en ligne, sélectionnez “Lieu ou commerce local” ou “Marque ou produit” puis sélectionnez le type de produit ou de service qui décrit le mieux votre activité. Renseignez le nom de votre entreprise et cliquez sur le bouton “Démarrer” la création de la page.
  3. Un profil Facebook est obligatoire pour créer une page. Facebook devrait donc vous proposer de vous connecter avec votre compte personnel, ou, si vous n’êtes pas encore inscrit(e) de créer votre compte.
  4. Ça y est, votre page est prête !


Ajouter un logo

Afin de pimenter votre page, nous allons ajouter votre “photo de profil” en cliquant sur “Télécharger à partir de l’ordinateur”. Pour un affichage optimal, votre logo doit mesurer 161 pixels de largeur par 160 pixels de hauteur.


Ajouter une description

La prochaine étape consiste à décrire votre boutique. Il faut que la description soit claire et concise pour être lue facilement et rapidement. Et n’oubliez surtout pas de mettre le lien de votre boutique !


Choisir une adresse web pour votre page Facebook

Pour faciliter l’accès à votre page, vous pouvez créer une adresse web spéciale. Par exemple, http://www.facebook.com/clicboutic. Je vous conseille de faire pareil que nous et de simplement mettre le nom de votre boutique !


Ajouter une image de couverture

Votre page est presque terminée ! Il vous reste à ajouter une couverture pour rendre votre page plus attrayante. La couverture est une image plus qui mesure 849 pixels de largeur pour 313 pixels de hauteur que vos visiteurs remarqueront immédiatement lorsqu’ils visiteront votre page.

  • Vous pouvez utiliser cette image pour mettre en avant vos produits comme Herbal Essences.
  • Une photo qui présente les personnes qui utilisent votre produit à la manière de Dove ou Le Coq Sportif
  • Une photo qui fera saliver vos clients comme la boulangerie new-yorkaise Magnolia Bakery
  • Une photo qui raconte l’histoire de votre marque comme Ford ou HP

Ajouter le widget Facebook à votre boutique Clicboutic

OK, maintenant que notre page Facebook est configurée, nous allons créer un widget qui affichera nos fans et les publications les plus récentes de notre page Facebook sur notre boutique Clicboutic. Le widget est un moyen très efficace (et gratuit) d’amener plus de fans sur votre page facebook. Pour créer ce widget, cliquez ici en choisissant quelles options faire apparaitre sur votre widget. Je vous recommande de cocher « Show faces » et « Show stream ». Cliquez ensuite sur le bouton « Get code » puis « Iframe » pour afficher le code Javascript à copier sur votre boutique.

Il faut maintenant se pencher sur la fonction d’ajout de bloc de Clicboutic.


Créer un bloc pour ajouter le widget Facebook à votre boutique

Vous devez être connecté à votre administration Clicboutic pour finaliser l’ajout du widget Facebook. Cliquez d’abord sur le menu « Design & Pages » puis ensuite sur « Ajout de bloc » d’ajouter le widget à une colonne, au header ou au footer de votre site.

Si vous n’avez jamais créé de bloc, vous pouvez jeter un oeil à cette fiche de documentation ou à ce tutoriel vidéo.


Maintenant que vous avez chargé la page d’ajout de bloc, cliquez simplement sur l’icône ci-dessous :

Une fenêtre modale ressemblant à ça devrait s’ouvrir (l’apparence a légèrement évoluée). Sélectionnez Facebook et collez le code Javascript du widget puis cliquez sur « Enregistrer ».

Enregistrez le bloc à l’emplacement de votre choix et rafraichissez votre site pour voir de quoi ça a l’air.


Si votre bloc est trop large et empiète sur le contenu de votre colonne centrale, il va falloir modifier le code Javascript du widget. J’ai mis en gras l’attribut « width » que vous devez éditer :

<iframe src= »//www.facebook.com/plugins/likebox.php?href=http%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fclicboutic&width=292&height=590&
colorscheme=light&show_faces=true&border_color&stream=false&
header=true&appId=174876052573672″ scrolling= »no » frameborder= »0″
style= »border:none; overflow:hidden; width:292px; height:590px; » allowTransparency= »true »></iframe>

Si vous utilisez le thème par défaut, changez cette valeur à 200 :

<iframe src= »//www.facebook.com/plugins/likebox.php?href=http%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fclicboutic&width=200&height=590&
colorscheme=light&show_faces=true&border_color&stream=false&
header=true&appId=174876052573672″ scrolling= »no » frameborder= »0″
style= »border:none; overflow:hidden; width:292px; height:590px; » allowTransparency= »true »></iframe>


Cliquez maintenant sur le bouton « Enregistrer », rechargez la page d’accueil de votre boutique et vous devriez obtenir un résultat semblable à ça :


Dans cet exemple, j’ai décidé de ne pas inclure le flux de publications, seulement les fans, et j’ai utilisé notre propre widget. Si vous souhaitez modifier le positionnement de votre bloc Facebook (le faire remonter au-dessus du bloc newsletter par exemple), je vous recommande ce tutoriel qui vous l’expliquera étape par étape.

J’espère que cet article vous sera utile. N’hésitez pas à partager dans les commentaires le lien de votre boutique en ligne lorsque vous aurez ajouté le widget.

Enfin comprendre le jargon du marketing

Nous avons décidé de regrouper le jargon des professionnels du web-marketing  et de les traduire dans un lexique qui pourra ensuite vous être utile pour approfondir le sujet !

A/B Testing : Faire de l’A/B testing, c’est comparer une page web avec une version alternative de la même page.
Par exemple, un marchand peut comparer la version actuelle de sa page d’accueil avec une seconde version de la page d’accueil présentant une nouvelle accroche commerciale ou un bouton d’ajout au panier plus gros. Il peut ainsi comparer les résultats enregistrées entre les deux versions pour s’assurer que la nouvelle accroche ou le bouton plus gros convainquent davantage de prospects.

Taux de rebond : Il s’agit du pourcentage (%) de visiteurs d’un site qui quittent votre page d’accueil par rapport à ceux qui poursuivent leur navigation sur d’autres pages de votre site. Il peut être mesuré par des outils comme Google Analytics. Il augmente ? Qu’avez-vous changé récemment sur votre site qui rebute soudain les visiteurs ?

Conversion : Quand un visiteur de votre site internet réalise l’action souhaitée (par exemple, un achat), on parle de conversion (ou de transformation). Le taux de conversion d’un marchand sera le rapport entre ses visites et ses ventes. Si ce taux baisse, c’est qu’il y a un problème avec votre offre ou le design de votre site. Par exemple, votre taux de conversion devrait augmenter mécaniquement si vous baissez vos prix.

CPA : « Coût par acquisition ». Si vous mettez en place des campagnes marketing (publicité, promotions, frais de livraison offerts …), veillez à ce que votre coût d’acquisition soit stable. Le CPA est le rapport entre votre investissement publicitaire et le nombre de conversions obtenues. Par exemple, si vous avez dépsensé 100 € de budget marketing et généré 50 ventes par ce biais, votre CPA est de 2€. Il vous coûte 2€ en moyenne pour obtenir un nouveau client sur votre boutique en ligne.

CPC : « Coût par clic ». Comme pour le CPA, le CPC permet de suivre l’efficacité de vos campagnes. Mais le CPC concerne plus spécifiquement les opérations de marketing en ligne. Par exemple, si vous avez dépensé 10€ de publicité sur Google et que cela vous a apporté 200 visites (« clics »), votre CPC est de 200/10 = 0,05€. Vous avez payé en moyenne chaque visiteur 0,05€. Les marchands les plus aguerris perfectionnent régulièrement les campagnes de liens sponsorisés pour optimiser ce coût.

CPM : « Coût pour mille (impressions) ». Si vous faites de la publicité en ligne rémunérée à l’affichage, on parle de coût pour 1000 impressions. Cette notion est notamment utilisée lors de campagnes publicitaires où vous affichez une bannière pour laquelle vous ne payez votre régie publicitaire que lorsque celle-ci est vue par l’internaute. Vous payerez donc X€ pour 1000 affichages. Ce coût varie notamment en fonction de la qualité des emplacements proposés par votre partenaire ou la régie.

Call to action : Ce terme est très utilisé dans les ouvrages traitant du webmarketing ou de la construction de sites efficaces. Un « Call to action », c’est inciter vos visiteurs à effectuer une action sur votre page. Il s’agit de marteler un message, une incitation à l’internaute sur votre site à l’endroit voulu et selon le résultat souhaité. Par exemple, on parle de « call to action » quand vous mettez en place un bouton « Payez votre commande » bien en évidence ou en gros pour être sûr que votre client ne passe pas à côté. C’est presqu’un ordre donné au visiteur (il faut savoir ce que l’on veut !). Ebay incitera à « lancer une enchère » avec des boutons bien placés, Betclic utilise « Pariez en direct » pour des matchs et Assurland à « Comparer les assureurs maintenant ». Travaillez le « call to action » de votre site. Que voulez-vous que fassent vos visiteurs ? Trouvent-ils facilement le ou les bouton(s) d’action ?

Impressions : On parle d’impressions pour désigner le nombre de fois qu’un internaute voit une publicité, une page ou un message spécifique. Voir CPM.

Keywords (mots clés) : On parle de mots clés pour un mot ou une expression tapés dans les moteurs de recherche (ex: Google). Vous devez identifier quels sont les mots clés sur lesquels il est intéressant de positionner votre site (les mots clés les plus recherchés par les personnes qui s’intéressent à vos produits).

Landing page : La page d’atterrissage est la ou les pages de votre site sur lesquelles arrivent vos clients depuis une source donnée. Par exemple, vous pouvez mettre en place une campagne de publicité Google Adwords et choisir selon les mots clés s’il vaut mieux qu’ils « atterrissent » sur votre page d’accueil, sur une page de produit spécifique ou toute page qui aura été pensée pour optimiser la transformation (voir « conversion »).

Organic : Le trafic « organic », qu’on pourrait traduire par « naturel », c’est la part de vos visiteurs qui sont arrivés sur votre site via un moteur de recherche (ex : Google), après avoir cliqué sur les résultats naturels (c’est à dire les liens dans les résultats de recherche qui ne sont pas sponsorisés). Si vous êtes bien référencé (bien classé dans les résultats Google, sans payer pour être dans le classement), votre trafic « organic » peut être important. Le meilleur ! Ces visiteurs sont gratuits. (Voir « Référencement »).

PPC : « Pay per click ». On pourrait traduire ce concept par « système de rémunération au clic ». On parle de PPC pour désigner tout système de publicité pour lequel le marchand (l’annonceur) paie une agence, un site ou un moteur de recherche pour obtenir des visiteurs en payant pour chacun de leur clic. Voir « CPC ».

Référencement : Sur internet, faire un lien entre une page A et une page B, c’est y faire référence. C’est à dire référencer la ressource B depuis la page A. Par conséquent, le fait de voir un site inscrit dans les moteurs de recherche est maintenant appelé « référencement ». On optimise principalement son référencement en faisant connaitre son site sur les annuaires et moteurs de recherche et en tentant d’améliorer son site et ses contenus pour obtenir de meilleurs positions (et donc une meilleure visibilité).

ROI : « Return on investment » = retour sur investissement. Surveillez votre ROI ! C’est le rapport entre le budget publicitaire investi dans des campagnes de promotion et le chiffre d’affires généré par cet investissement. Vous avez mis en place des campagnes au CPC et au CPM, payé un graphiste pour de nouvelles bannières ainsi qu’une publicité dans le journal local pour promouvoir votre site ? Combien de chiffre d’affaires tout cela a-t-il généré ? Autrement dit, le ROI c’est « combien cela me rapporte par rapport à ce que j’ai dépensé sur une période donnée? »

SEO : « Search engine optimization ». Ce concept regroupe toutes les pratiques et les actions à mettre en place pour avoir un maximum de liens qui renvoient vers votre propre site. Plus vous avez de liens qui dirigent vers votre site, plus vous êtes « populaire » pour un moteur de recherche, et plus votre classement dans les résultats de recherche va progresser (sur Google, Yahoo, Bing etc.). Le SEO, ce n’est pas simple, c’est toute une science qui s’apprend pas à pas. Ce lexique devrait vous aider à découvrir le SEO et à vous lancer.

Vous voyez des termes que vous estimez importants et qui ne figurent pas dans la liste ? N’hésitez pas à en suggérer d’autres dans les commentaires.

3 trucs pour booster votre référencement

Augmentez votre position dans Google.

Obtenir de meilleures positions dans les moteurs de recherche augmentera les visites de votre boutique en ligne et ses résultats !

Votre référencement (la position de votre site e-commerce dans les résultats de recherche) repose sur plusieurs bases, et en particulier :

– Une base technique solide de la structure des pages
C’est le cas avec Clicboutic. Il est par exemple très simple d’optimiser vos balises META pour une bonne indexation sur les moteurs de recherche .

– Un contenu béton et souvent actualisé
Pensez à souvent mettre à jour vos produits, votre page d’accueil et vos pages de contenus. Une boutique en ligne qui ne changerait rien sur ses pages pendant plusieurs mois, Google le voit.. et n’aime pas trop ça !

– Une popularité à toute épreuve
Plus vous obtenez de liens pointant vers votre boutique de la part d’autres sites, plus votre « popularité » augmente. Sites amis, annuaires, forums, échange de liens avec des sites partenaires, blogs … les sites qui parlent de vous et renvoient vers votre boutique contribuent à améliorer votre référencement (on parle aussi du “Page Rank” de Google, pris en compte par le moteur pour attribuer les positions dans ses résultats).

Maintenant que les bases d’un bon référencement sont rappelées, voilà 3 trucs faciles à mettre en place – à condition de se libérer un peu de temps – qui vous permettront d’améliorer votre position dans Google.

1. Publiez des contenus utiles à vos clients

Les moteurs de recherche analysent la qualité et la quantité de vos pages pour déterminer si votre site est digne de figurer en bonne place parmi les résultats de recherche des internautes. Bien sûr vous avez travaillé avec soin vos pages produits, ajouté des descriptions pertinentes et complètes pour vos visiteurs. Mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Créez des pages de contenus supplémentaires présentant votre offre, vos produits, votre actualité !

Les marchands mettant en avant des produits créatifs, design ou de mode ont intérêt à présenter leur philosophie, à présenter les créateurs ou à décrypter les dernières tendances que l’on peut retrouver sur la boutique.
Ex : sur sa très jolie boutique, le site La Fabric présente sur son menu des liens vers des actualités sur la décoration (son domaine). Il peut aussi être intéressant de publier des photos de clients satisfaits, la liste des points de vente, des actualités sur votre secteur d’activité, les témoignages ou parutions dans la presse que vous obtenez… Autant de contenus intéressants pour les visiteurs, et susceptibles de contribuer à un bon référencement.

Vous êtes vendeur sur un marché de niche ou d’un produit qui sort du commun ? Pourquoi ne pas devenir la référence de votre secteur sur le web en donnant plus d’informations sur vos produits et leurs atouts à vos clients ? Créer une page “Qui sommes-nous ?”, “Comment utiliser nos produits?” ou “L’histoire de notre dernière invention” est simple et vous pouvez y répéter quelques-uns des mots clés ou expressions sur lesquels vous aimeriez ressortir sur Google.

Vous vendez un produit technique ? Vous devriez créer des fiches de conseils pratiques pour utiliser vos produits ! Par exemple, la boutique Comptoir Saint Jacques présente de façon détaillée ses peintures et matériaux sur des pages de contenus spécifiques très travaillées.

2. Relayez vos contenus sur les réseaux sociaux

N’hésitez pas à consulter notre guide du Marketing sur Facebook en téléchargement gratuit. Vous y apprendrez notamment à vendre et à promouvoir vos produits

Facebook est aussi un excellent lieu de publication de contenus utiles à vos clients et prospects. Vous êtes ainsi assuré que les internautes qui s’intéressent aux produits et services de votre boutique en ligne seront informés à temps . Mettez à jour fréquemment votre page Facebook ou Twitter avec des liens vers votre site e-commerce.

ex : la boutique Sauver le Monde des Hommes anime régulièrement sa page Facebook pour présenter ses futurs modèles en avant-première à ses fans. La marque y communique également sur son processus de création et sur son aventure entrepreneuriale.

3. Faites vous connaitre sur les forums et les annuaires

Il existe certainement des forums, des annuaires ou des sites spécialisés qui parlent de vos produits ou de votre univers sur Internet.

Pourquoi ne pas faire une petite veille stratégique pour voir ce qu’il s’y passe ? C’est d’abord un bon moyen de vous tenir informé ou d’ajouter des contributions intéressantes sur les forums. Un lien vers votre boutique sur un forum très consulté améliorera votre référencement (en signature, ou mieux, dans le corps de votre message).

Faites une liste des 10 sites et forums les plus importants par rapport à votre activité. Essayez de vous astreindre à les visiter une fois par mois et y publier de façon pertinente.

Conclusion :
Vous pouvez dès à présent utiliser trois leviers gratuits pour faire progresser votre référencement :

> Plus de contenus sur votre boutique, actualisés
> Une actualisation régulière de la page Facebook de votre boutique
> Plus de liens vers votre boutique

Enfin, n’oubliez pas que vous pouvez aussi référencer gratuitement vos produits sur le guide d’achat Google Shopping.

Faites nous part de vos expériences et de vos résultats sur nos forums et échangez avec d’autres marchands !

Comment Vendre sur Facebook ?

Facebook est énorme.

C’est le plus grand réseau social au monde avec plus de 500 millions d’utilisateurs actifs dont la moitié s’y connecte tous les jours. Ils consacrent 700 milliards de minutes par mois à facebook. 30 milliards de contenus sont échangés tous les mois, dont des liens, des articles, des posts de blog et des albums photo.

Avec des chiffres aussi impressionnants, facebook devient un allié précieux pour promouvoir votre marque et vos produits. Mais comment pouvez-vous l’utiliser ?

Si vous n’êtes pas un utilisateur actif, facebook peut être déroutant. Retrouver vos copains de classe est plutôt facile, mais il vous faut maintenant dépasser ces échanges de messages pour obtenir des résultats rentables. Et bien… c’est plus simple que vous ne le pensez.

Ce guide vous permettra de comprendre les principes élémentaires de facebook et les techniques à mettre en oeuvre pour augmenter vos ventes. Il s’adresse au débutant qui veut apprendre le marketing sur facebook. Le e-commerce est également abordé.

Qui utilise facebook ?

Débarrassons-nous tout de suite d’une idée fausse qui a la vie dure : facebook n’est plus réservé aux lycéens et aux étudiants. Même si facebook est né dans les universités, le réseau social est maintenant constitué de millions de membres répartis sur l’ensemble de l’éventail démographique.

Le plus gros segment d’utilisateurs de facebook appartient à la tranche d’âge des 35-54 ans, et le groupe des plus de 55 ans est le segment qui se développe le plus vite. Quel que soit l’âge de vos cibles, facebook vous permettra de les atteindre.

Comment vendre sur facebook ?

Facebook intègre trois outils que tout le monde peut utiliser. Chacune de ces options sert un but précis mais elles peuvent être combinées pour un plus grand impact.

1 – Les pages facebook

Les pages facebook sont identiques aux profils, mais sont utilisées par des entreprises, des organisations et des personnalités publiques. Si les profils requièrent une relation mutuelle entre amis, les pages peuvent être «aimées» par n’importe qui sans que le créateur de la page soit obligé d’accepter le fan. Elles n’ont pas non plus les mêmes restrictions en nombre d’amis/fans autorisés, contrairement aux profils (qui sont limités à 5000 amis).
Avantages : Elles sont gratuites et faciles à créer.
Inconvénients : Développer une base de “fans” peut être difficile.

2 – Les publicités ciblées

Facebook offre une impressionnante plateforme de promotion ciblée. Vous pouvez créer des publicités ciblant des zones géographiques spécifiques, des groupes d’âge et même des centres d’intérêts. Facebook permet aussi à ses utilisateurs d’aimer ou de fermer des publicités importunes. Cela signifie que ces publicités sont constamment adaptés aux utilisateurs.
Avantages : Des paramètres de ciblage puissants.
Inconvénients : Peut rapidement devenir cher, en fonction de vos objectifs.

3 – Les groupes facebook

Les groupes facebook sont analogues à des forums de discussion mais avec des fonctionnalités supplémentaires comme sur les pages et les profils (le Mur par exemple). Vous pouvez créer des groupes liés à vos produits ou à votre secteur d’activité pour entrer en contact avec de nouveaux clients.
Avantages : C’est gratuit et permet des niveaux d’engagements élevés.
Inconvénients : Peut rapidement devenir consommateur de temps.

Comment vendre grâce aux pages facebook ?

Les pages sont le moyen le plus simple et le plus rapide pour commencer à promouvoir votre site sur facebook. Elles sont gratuites, faciles à créer (en tout cas dans leur forme basique) et extrêmement flexibles. Malheureusement, beaucoup d’entreprises les utilisent mal. Ces conseils vous empêcheront de faire les mêmes erreurs.

Ne sous-estimez pas l’onglet Infos

Considérez l’onglet Infos de votre page facebook comme l’équivalent de la page «A Propos» sur votre site. C’est là que vos prospects se rendent pour vous connaître. Prenez soin d’y faire figurer des informations pertinentes, expliquant ce que vous faites, pourquoi vous êtes différent et tous les détails qui peuvent les intéresser. Ecrivez un texte spécifique à votre audience facebook, si vous en avez le temps. Soyez sympathique et informel. Un ton décontracté est plus approprié à facebook.

Exportez votre boutique sur facebook

Clicboutic propose désormais le module Boutique Facebook pour promouvoir les produits de votre boutique directement sur facebook. Entièrement configurable depuis le panneau d’administration de votre boutique, ce module inclut une fonction d’édition (texte et images) et vous permet d’afficher vos produits sous forme de liste ou de grille.

Découvrez la suite de notre guide en téléchargement gratuit

Comment utiliser Facebook pour promouvoir votre boutique en ligne ?

On ne présente plus Facebook, leader des réseaux sociaux, et site le plus visité aux États-Unis depuis quelques mois (devant Google). Cette popularité grandissante témoigne de la généralisation de l’utilisation de Facebook à l’ensemble de la population. En effet, s’il est vrai que le site a d’abord ciblé les jeunes, ce n’est plus du tout le cas aujourd’hui. Une étude récente cite même le chiffre de 13,4 millions de Français de 35-54 ans présents sur ce réseau en mars 2010, soit une augmentation de 276 % par rapport à décembre 2008 !

Créez une page « Fan » pour votre boutique

L’entreprise de Palo Alto a récemment étendu les possibilités de sites tiers (comme votre solution Clicboutic) d’interagir avec Facebook.
Deux grandes nouveautés : le bouton “Like” et l’encart “Fans”, des fonctionnalités de Facebook pouvant désormais apparaître en dehors du réseau social : un petit bouton qui, lorsque l’internaute/membre de Facebook clique dessus, affiche sur son mur un lien vers la page d’origine. Ainsi, si Mr. Lambda se rend sur votre site et clique sur ce bouton, sur son mur s’affichera “Mr. Lambda aime votre site” avec un lien vers votre site.
L’encart Fans : regardez dans la colonne de droite de ce blog — voilà à quoi ressemble cet encart ! Il permet de montrer à tout le Web qui apprécie votre site. Pour l’implémenter, il faut toutefois que vous ayez créé une page Facebook de votre site au préalable.

Pour les entreprises, ces nouvelles fonctionnalités offrent des atouts indéniables de connaissance et d’interaction avec leurs clients et prospects — leurs “fans”. Mais ils sont aussi un démultiplicateur d’effort marketing : en effet, un client faisant votre promotion auprés de tous ses amis revient à un gigantesque bouche-à-oreille. Or le bouche-à-oreille restera toujours bien plus efficace que la publicité — et de surcroît, il est gratuit !

Des pistes pour votre stratégie Facebook

Optimiser votre profil

Commencez par créer une page Facebook pour votre boutique en ligne, si ce n’est pas déjà fait : voici toute l’aide dont vous aurez besoin.

Ensuite, personnalisez-la au maximum. Insérez votre logo, vos infos et des appels à l’action partout où vous le pouvez — sachant que Facebook vous laisse beaucoup moins d’options de personnalisation que Clicboutic !

Quand votre page sera prête, mettez-là régulièrement à jour. Pas nécessairement tous les jours, mais au moins une ou deux fois par mois.

Recruter des fans

Tout comme vous savez qu’il ne suffit pas de monter une boutique en ligne pour avoir des clients, il ne suffit pas de se créer une page Facebook pour avoir des fans. Vos clients doivent avoir des raisons de devenir fans de votre boutique : par exemple, parce qu’ils auront des réductions, ou un accès privilégié à l’actu de votre site. Bien sûr, ne leur promettez rien que vous ne pourrez tenir.

Promotions croisées

Ne promouvoir sa page Facebook que sur Facebook ne suffit pas. Communiquez au maximum à son sujet : sur la page d’accueil et éventuellement toutes les pages de votre boutique, mais aussi dans vos emails… et sur Twitter bien sûr (voir cet article).

Instaurer un dialogue avec vos fans

Essayez autant que faire se peut d’interagir directement avec vos fans — notamment en sollicitant leurs avis et en répondant à leurs commentaires et remarques postés sur votre mur. Si vous délaissez votre mur, voire interdisez les commentaires, vous irez contre l’esprit du réseau social et manquerez une occasion en or de fidéliser vos clients.

En outre, tout comme Twitter, Facebook vous offre une occasion rêvée de répondre à vos détracteurs et de réparer vos erreurs afin de transformer des clients déçus en d’ardents défenseurs de votre boutique. Vous remarquerez même que certains de vos “fans” prendront l’initiative de vous défendre eux-mêmes : quoi de plus convaicant pour un prospect ?

Réfléchir au moment de diffusion de vos informations

Regardez l’activité de vos fans sur la page : s’inscrivent-ils, laissent-ils des commentaires plutôt en début ou en fin de semaine ? Plutôt en début ou fin de journée ? Si vous postez des infos quand ils sont connectés, vos chances d’être lu seront démultipliées.

Nous espérons que ces conseils vous aideront à vous lancer sur Facebook. Nous vous proposerons bientôt un article expliquant comment faire une page vitrine sur le profil Facebook de votre boutique, à notre image

Twitter, kezaco?

Vous avez peut-être déjà entendu parler de Twitter, sans vraiment savoir de quoi il s’agissait.  Cet article est là pour vous éclairer !

Twitter est un site de “micro-blogging” (une “plate-forme de conversation” en français). Concrètement, vous pouvez publier des courts messages de 140 caractères maximum, qui seront lisibles par tous les membres de ce réseau social. Si vous êtes familier de Facebook, pensez aux mises à jour de votre statut sur votre mur, visibles par tous vos amis.

Toutefois, contrairement aux préjugés de certains, Twitter n’est pas utilisé par des adolescents pour raconter leur vie à la terre entière. La moitié de ses 60 millions d’utilisateurs a plus de 31 ans ! Sous l’influence de ces utilisateurs plus âgés, le réseau a évolué pour devenir une source d’informations et un forum d’échange d’opinions à l’échelle mondiale. Mais c’est aussi un excellent moyen de communiquer avec vos clients et ainsi de créer une communauté autour de votre solution ClicBoutic (voir notre articleModule Clicboutic de partage sur les réseaux sociaux)

Vos premiers pas sur Twitter

Je parle d’expérience : le meilleur moyen de comprendre Twitter, c’est d’ouvrir un compte et de se lancer ! Vous aurez alors accès à un flux Twitter (un peu comme la page d’accueil de Facebook), où vous verrez défiler à la fois vos tweets et ceux des gens que vous suivez.

Qui suivre sur Twitter ?

Certains recommandent de commencer par ses amis. Toutefois, pour la majorité d’entre nous, nos amis n’ont pas grand chose à dire d’intéressant et vous ne gagnerez rien à les suivre. Je vous recommande plutôt de suivre des leaders d’opinion ou des sites que vous connaissez déjà. Si par exemple vous venez souvent sur ce blog, inscrivez-vous comme “follower” de @clicboutic (le jargon spécifique à Twitter est expliqué plus bas). Ainsi, puisque dès que nous publions un article, nous publions aussi un tweet redirigeant vers cet article, vous en serez informé depuis Twitter sans avoir à retourner sur le blog s’il n’est pas mis à jour. L’intérêt : vous pouvez ainsi suivre l’actualité depuis plusieurs sources, tout cela en un seul endroit : votre flux Twitter.

Vous pouvez potentiellement discuter avec le monde entier

Mais Twitter ne serait pas digne de son qualificatif de réseau social si la communication ne se faisait que dans un sens. Tout comme vous pouvez commenter des articles sur des blogs, vous pouvez aussi interagir directement avec les personnes que vous suivez ou qui vous suivent. Si vos commentaires sont pertinents, ils pourront être repris par l’utilisateur et rediffusé à tous ses followers (on appelle ça le “retweet”); de là se créé un esprit de communauté caractéristique à Twitter, différent de celui de Facebook puisque ce réseau est ouvert (n’importe qui peut vous suivre, pas seulement vos amis ou des gens que vous connaissez). C’est ainsi que de nombreuses entreprises se servent de Twitter comme un outil de relation client ou de marketing, comme nous le traitons dans l’article suivant.

Jargon de Twitter

Tweet : message de 140 caractères, base de la communication sur Twitter
Follow : “suivre” un utilisateur, c’est-à-dire voir ses tweets apparaître dans votre flux. Vous devenez alors un “follower” de cet utilisateur.
Retweet : rediffuser le tweet d’un autre utilisateur pour le diffuser à tous vos followers.
# (hashtag) : mettre une dièse devant un mot dans vos tweets permet de l’indexer afin que  d’autres utilisateurs puissent le trouver plus facilement. Ainsi connaît-on les “trends” (tendances) de Twitter en temps réel : ce sont les mots les plus indexés.

La syntaxe Twitter

@clicboutic : les caractères suivant un @ identifient un utilisateur

RT @clicboutic : retweet d’un tweet de @clicboutic

#e-commerce : votre tweet parle d’e-commerce et sera indexé comme tel

DM @clicboutic : message direct à @clicboutic (comme un email). Vous pouvez les envoyer directement depuis votre flux en commençant votre tweet par d : par exemple, “d @clicboutic Bonjour” nous enverra un message privé disant “Bonjour”

Exemple de tweet :

Vous venez de voter pour une idée soumise par un autre marchand sur notre plateforme de feedback et décidez de la partager sur twitter avec les autres marchands :

@clicboutic Je viens de voter pour l’option ‘TVA non-appliquable pour les Auto-Entrepreneurs’ http://uservoice.com/a/22qca #CLICBOUTIC #feedback

=> le message est indexé comme parlant de #clicboutic et de #feedback (avec les hashtags).

Maintenant que vous êtes prêt, n’hésitez pas à  nous suivre @clicboutic : et bon tweet !

Les internautes font plus confiance à Google qu’à leurs proches pour leurs achats en ligne

Avant d’acquérir un produit ou service sur la toile, les cyber-acheteurs français se tournent plus facilement vers Internet  que vers leurs proches, d’après une étude de l’EIAA (European Interactive Advertising Association).  Face à des sources d’informations de plus en plus nombreuses, 85% d’entre eux utilisent les moteurs de recherche tandis que seulement 68% consultent leurs proches. Viennent ensuite les sites des marques reconnues (64%), les comparateurs de prix (63%), suivis par les avis d’experts, consultés par 55% des internautes.

Ce comportement s’inscrit dans une progression du e-commerce. La France se hisse désormais au 3ème rang des pays les plus cyber-dépensiers d’Europe, derrière la Grande-Bretagne et l’Allemagne. En France comme dans le reste de l’Europe, les secteurs qui ont le vent en poupe sur la toile sont les billets de transport, les vêtements, les voyages, les produits culturels et les appareils électriques.

Des différences existent entre les sexes. Les femmes s’intéressent davantage aux vêtements (40 % contre 27 % des hommes) et aux voyages (46 % contre 38 %), tandis que les hommes s’intéressent plutôt aux appareils électriques (39 % contre 27 % des femmes) et aux CD (25 % contre 20 %).

Source : http://www.ecommercemag.fr

L’affiliation

De nombreux vendeurs ont élaboré des programmes d’affiliation efficaces pour leur boutique en ligne. Quels sont les avantages de tels systèmes ?

L’affiliation, pour quoi faire ?

Un programme d’affiliation implique le paiement d’une commission aux propriétaires de sites tiers pour qu’ils recommandent votre site à leurs clients.
En d’autres termes, vous rémunérez les sites qui vous envoient de nouveaux clients. L’objectif consiste à trouver des sites dont les visiteurs sont susceptibles d’être intéressés par vos produits. Dans cette perspective, les propriétaires de sites tâchent en général de trouver des vendeurs proposant des produits ou des services similaires aux leurs. Par exemple, un site de critiques de cinéma peut tenter de s’affilier avec une boutique de films, et un site consacré au golf peut s’associer à un site qui vend des articles de sport. Il est dans l’intérêt du propriétaire d’un site Internet de choisir des vendeurs avec des produits compatibles pour augmenter les possibilités de vente.

Imaginons, par exemple, que vous vendiez des guides de voyage. Vous pourriez inclure des agences de voyage dans votre programme d’affiliation et les inviter à créer des liens entre leur site et le vôtre. Vous paierez ensuite une commission aux agences de voyage en cas de vente de livres ou de recommandation de clients. Les commerces en ligne engagés dans des programmes d’affiliation dédommagent leurs affiliés de différentes façons. Certains vendeurs ne rémunèrent leurs affiliés qu’en cas de vente (pay-for-sale), tandis que d’autres les rémunèrent lorsqu’ils envoient un client potentiel (pay-per-lead). D’autres programmes rémunèrent les affiliés à chaque fois qu’une personne clique sur une publicité, que cette personne se rende sur le site ou achète un produit ou non. C’est ce qu’on appelle un programme pay-per-click (paiement au clic).

Les programmes d’affiliation peuvent se révéler très efficaces car ils vous permettent d’augmenter vos revenus en affichant votre marque sur des dizaines, voire des centaines, de sites connexes. Il existe des milliers de programmes d’affiliation sur le Web. Rendez-vous, par exemple, sur la boutique en ligne de Staples (www.staples.com) et renseignez-vous sur leur programme d’affiliation. Les sites inscrits peuvent gagner un pourcentage sur toutes les ventes lorsqu’ils recommandent Staples.com à leurs clients.

L’inscription d’affiliation est gratuite, mais il faut au préalable accepter les conditions générales du programme de Staples et remplir un formulaire d’inscription en ligne demandant des informations sur le site. Si un site est accepté dans le programme, Staples fournit à son administrateur une série d’images à inclure sur le site avec un lien vers Staples.com. Chaque fois qu’un utilisateur clique sur ce lien et effectue un achat sur Staples.com, le propriétaire du site reçoit une commission. Staples.com affirme que son programme d’affiliation est très efficace avec plus de 30 000 sites affiliés depuis sa mise en place.

Adaptez l’affiliation à vos besoins

Certaines entreprises, telles que Staples, proposent un pourcentage sur les ventes. D’autres entreprises préfèrent un tarif fixe. La commission peut être comprise entre 1 % et 50 % inclus. Les commissions fixes, quant à elles,
peuvent varier entre $0,05 et $50 USD, voire plus.

Les programmes d’affiliation rencontrent de nombreux adeptes car c’est une méthode économique pour attirer des clients sur votre site.
En d’autres termes, vous utilisez d’autres sites pour effectuer la promotion de votre boutique en ligne.
De plus, la mise en place proprement dite d’un tel programme st peu coûteuse. Et enfin, vous pouvez choisir de ne rémunérer vos affiliés que lorsqu’ils génèrent es ventes ou vous envoient des clients potentiels.

Cependant, les programmes d’affiliation présentent certains inconvénients. Il peut être fastidieux de suivre tous vos affiliés et de gérer toutes les commissions. N’oubliez pas que le nombre d’affiliés n’a pas de lien direct avec l’efficacité du programme. A titre d’exemple, bien que Staples.com ait plus de 30 000
affiliés, l’important, c’est le nombre d’affiliés qui envoient des clients vers Staples.com. De nombreuses boutiques en ligne constatent qu’une grande partie des sites inscrits à leur programme d’affiliation leur apportent peu de nouveaux clients. C’est la raison pour laquelle, si vous optez pour un programme d’affiliation, votre objectif ne doit pas être de regrouper le plus d’affiliés possibles, mais de trouver les sites qui vous permettront de générer le plus de ventes. Il n’est évidemment pas facile de sélectionner ces sites, mais vous découvrirez rapidement quels sont les affiliés les plus utiles à votre société.

Comme vous pouvez l’imaginer, élaborer un programme d’affiliation est une tâche qui demande beaucoup de temps et d’efforts, notamment si vous enregistrez des centaines d’affiliés. Vous devez sélectionner les candidats, suivre les ventes générées par chaque affilié, préparer les chèques de commission et vous occuper de tâches administratives qui peuvent vous empêcher de vous consacrer pleinement à votre site. C’est pour cette raison que de nombreux vendeurs en ligne engagent un fournisseur de programme d’affiliation, une entreprise spécialisée dans la gestion de programmes
d’affiliation pour les boutiques en ligne.

Le coût varie d’un fournisseur à l’autre. Certaines entreprises, par exemple, proposent une facture unique, puis une commission mensuelle représentant un pourcentage donné des ventes affiliées. D’autres sociétés demandent des frais d’installation, une facture annuelle de renouvellement, ainsi qu’un pourcentage du montant versé aux affiliés. Enfin, d’autres fournisseurs ne demandent aucun frais d’installation ni de commission, mais fixent un tarif mensuel.

Quel fournisseur de programmes d’affiliation est le plus intéressant ? Tout dépend de ce que vous recherchez. Les services et options proposées varient d’un fournisseur à l’autre.
Voici une liste non-exhaustive :
– My Affiliate Program www.myaffiliateprogram.com
– Commission Junction www.cj.com
– LinkShare www.linkshare.com

Assurez-vous de bien les étudier avant de prendre une décision. L’un des principaux avantages d’un fournisseur de programmes d’affiliation réside dans le fait qu’il vous aide à trouver des sites susceptibles d’afficher des liens vers votre boutique en ligne. Si vous êtes une petite entreprise dont la marque est peu connue, comment les autres sites peuvent-ils trouver votre site et découvrir votre programme d’affiliation ?
Les fournisseurs de programmes d’affiliation répertorient les boutiques en ligne participantes de façon à ce que les sites intéressés puissent trouver facilement les vendeurs avec lesquels ils souhaitent collaborer. Si vous souhaitez mettre en place un programme d’affiliation pour votre boutique en ligne, commencez
par contacter les différents fournisseurs de programmes d’affiliation répertoriés plus haut.

Les questions à se poser

En comparant les différents fournisseurs, posez-vous les questions suivantes :
A combien s’élève la mise en place d’un programme d’affiliation avec ce fournisseur

Comme nous l’avons expliqué plus haut, les fournisseurs de programmes d’affiliation proposent différents types de facturation. Assurez-vous donc de la façon dont vous serez facturé. Vérifiez également si un dépôt fiduciaire minimum doit être déposé auprès du fournisseur (pour payer les commissions à vos affiliés).

Quels types de programmes d’affiliation sont proposés ?

Comme nous l’avons vu précédemment, il existe trois principaux types de programmes d’affiliation :
1. Les programmes pay-per-click (paiement au clic) — vous payez un site à chaque fois qu’il envoie quelqu’un sur votre site, que cela entraîne ou non une vente.
2. Les programmes pay-per-lead (paiement au prospect) — vous payez un site à chaque fois qu’un individu qu’il envoie sur votre site remplit un formulaire ou effectue une action susceptible d’entraîner une vente en ligne ou en magasin.
3. Les programmes pay-per-sale (paiement à la vente) — vous payez un site à chaque fois qu’il envoie vers votre site un client qui effectue un achat.

Quel type de mesure des performances est fourni ? Est-il simple ou complexe ?
Quelles informations les rapports de performances contiennent-ils ? Quelle est leur fréquence de mise à jour ? Les rapports sont-ils également envoyés par courrier électronique ?
Leur logiciel de gestion d’affiliés est-il simple d’utilisation ?
Quelles fonctions de gestion des comptes sont disponibles ? Est-il facile de mettre à jour ou de remplacer les publicités affichées par vos affiliés ?
Quels outils sont disponibles pour communiquer avec vos affiliés, via le site du fournisseur et par courrier électronique ?
Est-il possible de cibler certains affiliés pour les offres spéciales ?
A qui incombe la tâche de payer les commissions à vos affiliés ? Est-ce votre rôle ou le fournisseur de programmes d’affiliation le fait-il à votre place ?
Quel type de protection le fournisseur propose-t-il contre les fraudes ?
Que se passerait-il, par exemple, si une même personne cliquait sur un lien 50 fois d’affilée ? Vous faudrait-il payer ? Les tarifs sont-ils négociables ?
Est-il possible de personnaliser les tarifs en fonction des affiliés ou devez-vous verser la même commission à tout le monde ?
Le fournisseur propose-t-il certains services client afin de vous aider à mettre en place votre programme d’affiliation ou êtes-vous censé vous débrouiller seul ?

Si vous choisissez de collaborer avec un fournisseur de programmes d’affiliation, ne comptez pas uniquement sur son site pour promouvoir votre programme.
Vous devez également en faire la publicité sur votre propre site pour attirer d’autres sites affiliés. Vous en trouverez un bon exemple sur le site de Shari’s Berries (www.berries.com). Lisez la section consacrée à son programme d’affiliation.

Une dernière remarque à propos des programmes d’affiliation : de nombreux vendeurs, en plus de leur programme d’affiliation, deviennent affiliés à d’autres sites pour obtenir des revenus supplémentaires en affichant par exemple des bannières en bas de page (fonction disponible chez clicboutic)

Les points à ne pas sous-évaluer

Si vous songez à devenir vous-même affilié à un autre site, nous vous recommandons de vous montrer très prudent.
Promouvoir une autre entreprise sur votre site peut compromettre votre image et votre crédibilité. Parfois, la seule présence d’une publicité sur votre site peut être considérée comme un manque de professionnalisme pour vos clients existants ou potentiels, notamment si elle promeut des produits ou des services n’ayant pas de lien direct avec votre secteur. Accepter de faire de la publicité pour une autre société implique votre soutien à cette société et aux produits et services qu’elle propose.

Réfléchissez bien avant de prendre ce type d’engagement. N’oubliez aucun de ces points lorsque vous décidez d’accepter d’afficher des publicités pour d’autres vendeurs sur votre site. Ce conseil peut vous sembler contradictoire, puisque l’objectif d’un programme d’affiliation est justement d’inciter d’autres sites à promouvoir votre entreprise. Ne feront-ils pas preuve d’un manque de professionnalisme en vantant votre site ? Sans doute.

Lorsque vous mettez en place un programme d’affiliation, vous ne devez pas oublier que vous invitez d’autres sociétés à afficher votre nom sur leur site. Il n’est jamais bénéfique de laisser une autre entreprise prendre le contrôle de votre nom de marque. Il est parfois difficile de contrôler le mode de présentation de vos publicitéspar vos affiliés et leur contexte. Si vous mettez en place un programme d’affiliation, assurez-vous de bien sélectionner vos affiliés. Il est, en outre, recommandé d’appliquer certaines règles à votre programme d’affiliation de façon à avoir une possibilité de recours dans le cas où une publicité pour votre site serait présentée de manière désobligeante.

Apprendre à utiliser Google Adwords

Le journal du Net vient de publier un très bon tutorial qui vous explique en vidéo le fonctionnement et l’utilisation du système Google Adwords.

Cliquez ici pour le consulter.