Comparer les différentes offres de livraison

En se lançant dans l’e-commerce, on se retrouve rapidement confronté à la problématique de la livraison. Si Colissimo semble une solution incontournable pour la grande majorité des cyber-marchands, il existe de nombreuses offres concurrentes qui peuvent être pertinentes pour des besoins spécifiques. Seulement, jusqu’ici, il était assez difficile de prendre le recul nécessaire pour comparer ces offres.

C’est en partant de ce constat que Jean-Baptiste Renié (un ancien de chez Chronopost) a décidé de développer un comparateur de prix spécialisé dans le secteur de la livraison.

Envoi Moins cher

EnvoiMoinsCher s’adresse en priorité aux TPE/PME, mais peut également intéresser les vendeurs sur plate-formes telles qu’Ebay ou PriceMinister, voire les particuliers.

Le fonctionnement est simple : l’internaute entre la date et le lieu d’envoi, l’adresse de livraison, le poids du colis et sa taille. D’affichent ensuite les offres de livraisons classées selon leur prix ou leur délai.

Liste des offres de livraison

EnvoiMoinsCher souhaite s’ouvrir à plus de partenaires dans le courant de l’année prochaine et pourrait ainsi comparer les offres des coursiers et des points relais en plus des transporteurs plus traditionnels.

Voilà un outil pratique à enregistrer dans ses favoris…

Ventes flash

Les ventes flash sont de plus en plus présentes sur la Toile. Cette formule marketing issue du milieu de la grande distribution rencontre un grand succès auprès des consommateurs même si elle est loin d’être neuve.

Cette technique de vente séduit fortement les cybercommerçants pour différentes raisons et leur motivation est variée.

Un des premiers usages des ventes flash est l’animation commerciale, équivalente aux têtes de gondole des grandes surfaces ou aux prix rouges du commerçant du coin, c’est-à-dire le coin des bonnes affaires pour le consommateur. Les produits présentés en vente flash seront dans ce cas le Best Of des ventes ou encore des produits de marque. Des promotions seront mises en avant, par exemple des réductions de 5 à 30%. Le but de ces ventes flash est d’indiquer au consommateur qu’il ne faut pas hésiter à acheter.

(suite…)

Les internautes font plus confiance à Google qu’à leurs proches pour leurs achats en ligne

Avant d’acquérir un produit ou service sur la toile, les cyber-acheteurs français se tournent plus facilement vers Internet  que vers leurs proches, d’après une étude de l’EIAA (European Interactive Advertising Association).  Face à des sources d’informations de plus en plus nombreuses, 85% d’entre eux utilisent les moteurs de recherche tandis que seulement 68% consultent leurs proches. Viennent ensuite les sites des marques reconnues (64%), les comparateurs de prix (63%), suivis par les avis d’experts, consultés par 55% des internautes.

Ce comportement s’inscrit dans une progression du e-commerce. La France se hisse désormais au 3ème rang des pays les plus cyber-dépensiers d’Europe, derrière la Grande-Bretagne et l’Allemagne. En France comme dans le reste de l’Europe, les secteurs qui ont le vent en poupe sur la toile sont les billets de transport, les vêtements, les voyages, les produits culturels et les appareils électriques.

Des différences existent entre les sexes. Les femmes s’intéressent davantage aux vêtements (40 % contre 27 % des hommes) et aux voyages (46 % contre 38 %), tandis que les hommes s’intéressent plutôt aux appareils électriques (39 % contre 27 % des femmes) et aux CD (25 % contre 20 %).

Source : http://www.ecommercemag.fr

Chiffres e-commerce 2007

Les fêtes a peine finies et nos foies enfin au repos, il est temps de faire un bilan de l’année 2007. C’est la FEVAD qui nous confie ses chiffres, dont voici un résumé.

Les chiffres clés de Noël 2007

Noël s’est très bien passé pour les e-commerçants

– 20 millions de cyber-acheteurs actifs dont 2 millions de nouveaux
– Ventes en hausse : plus de 3,2 milliards d’euros (chiffres pour novembre-décembre 2007)
– Des achats majoritairement réalisés après le 1er décembre
– 226 euros dépensés pour les cadeaux en ligne (+15%)
– 4 cadeaux sur 10 achetés sur internet et 52% du budget cadeaux dépensés sur le net
– Les produits culturels (CD, DVD, livres) en tête
– Percée du cadre photo numérique
– Principale motivation d’achat sur internet : praticité/commodité
– 96,9% des acheteurs sont satisfaits de leurs achats en ligne à Noël
– 99,6 % ont l’intention d’acheter à nouveau en ligne en 2008
– 71% considèrent qu’ils achèteront davantage sur internet

3ème trimestre 2007

Voici un extrait du rapport :

L’e-commerce en France continue d’afficher de très bons résultats, comme le souligne Benoît Cassaigne, Directeur des Mesures d’Audience de Médiamétrie « Au 3ème trimestre 2007, 19,5 millions d’internautes, soit près de 4 Français sur 10 (37,2%), déclarent avoir déjà effectué un achat en ligne. La croissance du e-commerce reste forte : 3,4 millions d’internautes supplémentaires se sont convertis à l’achat en ligne entre le 3ème trimestre 2006 et le 3ème trimestre 2007. Avec une progression de 21% en un an, la croissance du e-commerce est plus de 2 fois supérieure à la croissance de la population internaute. »

Je crois que c’est suffisamment clair ! Dans ce rapport vous trouverez également le top 15, ainsi que le top des sites de ventes privées, qui cartonnent en ce moment.

Bilan de l’année 2007

Si vous voulez apprendre que 2007 se révèle encore une fois un grand cru, que cette année 20 millions de consommateurs ont dépensés 16 milliards d’euro chez 37000 marchands, que les ventes ont progressé de 35%, ou si vous aimez les chiffres avec pleins de zéros, cette étude (ou celles ci) va vous plaire particulièrement.

S’ouvrir à l’avis des clients…

Avec la nouvelle génération de sites, les internautes ont de plus en plus la possibilité de laisser des commentaires (comme sur ce blog). Evidemment, c’est une option qui peut effrayer : on connaît la facilité que peuvent avoir ces « râleurs de Français » à se plaindre — plutôt qu’à féliciter ou remercier.

C’est un fait, en général, les gens s’expriment surtout pour exprimer leur mécontentement… Mais c’est de moins en moins vrai. En effet, une nouvelle génération d’internautes est en train d’émerger : celle qui achète et vend sur les sites de troc ou d’enchères. En effet, le principe est d’évaluer son vendeur et son acheteur, bref, tout le monde a plutôt intérêt à être bien noté pour pouvoir poursuivre son « business » sur le site. Et donc, ce phénomène provoque une tendance à la critique constructive et objective.

Grâce à ce phénomène, on peut tenter de recueillir des avis conso de plus en plus précieux. Pour le vendeur, cela peut aussi l’aider à détecter des problématiques ignorées : un mauvais prix sur une fiche produit, une fausse information, un problème avec un prestataire (le livreur par exemple), etc. Bref, cela peut être totalement « gagnant, gagnant » !

Source : http://www.ecommerce-cortix.fr/

Mise en forme d’une fiche produit

Vous avez ouvert une boutique en ligne mais les ventes ne décollent pas ? Etes-vous sûr que vos produits sont bien valorisés ? Quelques techniques pour réussir sa vitrine on line comme vous réussissez la vitrine de votre magasin !

Les photos C’est essentiel dans toutes les ventes à distance : l’internaute a besoin de voir ce qu’il achète. Ca le rassure. Misez sur des photos assez grandes (le mieux étant de pouvoir agrandir la photo dans une nouvelle page si vous n’avez pas la place sur la fiche produit en elle-même. Elle doit être nette et de qualité.

La dénomination. Dans le titre de votre fiche, doit figurer clairement le nom de l’article. L’internaute doit savoir ce que c’est dès le 1er coup d’œil. Ici, tout dépend de votre secteur d’activité mais il faut toujours être précis. Pour des chaussures, « Sandales été » ne suffit pas. Il faut : « sandales marque XXX noir », c’est déjà mieux. Demandez-vous ce dont vos clients ont besoin comme information en tout premier lieu.

La description. Un petit texte explicatif est toujours apprécié mais il faut faire court. Par contre, pour les produits très techniques, n’omettez aucune caractéristique. L’important est de hiérarchiser les informations et de faire une mise en page claire, facile à lire.

Le prix. L’information est capitale bien sûr. A faire ressortir en gros, gras, bien visible sur la fiche. Idem pour les promotions éventuelles.

Ces petits plus qui changent tout : les avis de consommateurs sont de plus en plus consultés (c’est le web 2.0 🙂 )

Source : http://www.ecommerce-cortix.fr/

L’affiliation

De nombreux vendeurs ont élaboré des programmes d’affiliation efficaces pour leur boutique en ligne. Quels sont les avantages de tels systèmes ?

L’affiliation, pour quoi faire ?

Un programme d’affiliation implique le paiement d’une commission aux propriétaires de sites tiers pour qu’ils recommandent votre site à leurs clients.
En d’autres termes, vous rémunérez les sites qui vous envoient de nouveaux clients. L’objectif consiste à trouver des sites dont les visiteurs sont susceptibles d’être intéressés par vos produits. Dans cette perspective, les propriétaires de sites tâchent en général de trouver des vendeurs proposant des produits ou des services similaires aux leurs. Par exemple, un site de critiques de cinéma peut tenter de s’affilier avec une boutique de films, et un site consacré au golf peut s’associer à un site qui vend des articles de sport. Il est dans l’intérêt du propriétaire d’un site Internet de choisir des vendeurs avec des produits compatibles pour augmenter les possibilités de vente.

Imaginons, par exemple, que vous vendiez des guides de voyage. Vous pourriez inclure des agences de voyage dans votre programme d’affiliation et les inviter à créer des liens entre leur site et le vôtre. Vous paierez ensuite une commission aux agences de voyage en cas de vente de livres ou de recommandation de clients. Les commerces en ligne engagés dans des programmes d’affiliation dédommagent leurs affiliés de différentes façons. Certains vendeurs ne rémunèrent leurs affiliés qu’en cas de vente (pay-for-sale), tandis que d’autres les rémunèrent lorsqu’ils envoient un client potentiel (pay-per-lead). D’autres programmes rémunèrent les affiliés à chaque fois qu’une personne clique sur une publicité, que cette personne se rende sur le site ou achète un produit ou non. C’est ce qu’on appelle un programme pay-per-click (paiement au clic).

Les programmes d’affiliation peuvent se révéler très efficaces car ils vous permettent d’augmenter vos revenus en affichant votre marque sur des dizaines, voire des centaines, de sites connexes. Il existe des milliers de programmes d’affiliation sur le Web. Rendez-vous, par exemple, sur la boutique en ligne de Staples (www.staples.com) et renseignez-vous sur leur programme d’affiliation. Les sites inscrits peuvent gagner un pourcentage sur toutes les ventes lorsqu’ils recommandent Staples.com à leurs clients.

L’inscription d’affiliation est gratuite, mais il faut au préalable accepter les conditions générales du programme de Staples et remplir un formulaire d’inscription en ligne demandant des informations sur le site. Si un site est accepté dans le programme, Staples fournit à son administrateur une série d’images à inclure sur le site avec un lien vers Staples.com. Chaque fois qu’un utilisateur clique sur ce lien et effectue un achat sur Staples.com, le propriétaire du site reçoit une commission. Staples.com affirme que son programme d’affiliation est très efficace avec plus de 30 000 sites affiliés depuis sa mise en place.

Adaptez l’affiliation à vos besoins

Certaines entreprises, telles que Staples, proposent un pourcentage sur les ventes. D’autres entreprises préfèrent un tarif fixe. La commission peut être comprise entre 1 % et 50 % inclus. Les commissions fixes, quant à elles,
peuvent varier entre $0,05 et $50 USD, voire plus.

Les programmes d’affiliation rencontrent de nombreux adeptes car c’est une méthode économique pour attirer des clients sur votre site.
En d’autres termes, vous utilisez d’autres sites pour effectuer la promotion de votre boutique en ligne.
De plus, la mise en place proprement dite d’un tel programme st peu coûteuse. Et enfin, vous pouvez choisir de ne rémunérer vos affiliés que lorsqu’ils génèrent es ventes ou vous envoient des clients potentiels.

Cependant, les programmes d’affiliation présentent certains inconvénients. Il peut être fastidieux de suivre tous vos affiliés et de gérer toutes les commissions. N’oubliez pas que le nombre d’affiliés n’a pas de lien direct avec l’efficacité du programme. A titre d’exemple, bien que Staples.com ait plus de 30 000
affiliés, l’important, c’est le nombre d’affiliés qui envoient des clients vers Staples.com. De nombreuses boutiques en ligne constatent qu’une grande partie des sites inscrits à leur programme d’affiliation leur apportent peu de nouveaux clients. C’est la raison pour laquelle, si vous optez pour un programme d’affiliation, votre objectif ne doit pas être de regrouper le plus d’affiliés possibles, mais de trouver les sites qui vous permettront de générer le plus de ventes. Il n’est évidemment pas facile de sélectionner ces sites, mais vous découvrirez rapidement quels sont les affiliés les plus utiles à votre société.

Comme vous pouvez l’imaginer, élaborer un programme d’affiliation est une tâche qui demande beaucoup de temps et d’efforts, notamment si vous enregistrez des centaines d’affiliés. Vous devez sélectionner les candidats, suivre les ventes générées par chaque affilié, préparer les chèques de commission et vous occuper de tâches administratives qui peuvent vous empêcher de vous consacrer pleinement à votre site. C’est pour cette raison que de nombreux vendeurs en ligne engagent un fournisseur de programme d’affiliation, une entreprise spécialisée dans la gestion de programmes
d’affiliation pour les boutiques en ligne.

Le coût varie d’un fournisseur à l’autre. Certaines entreprises, par exemple, proposent une facture unique, puis une commission mensuelle représentant un pourcentage donné des ventes affiliées. D’autres sociétés demandent des frais d’installation, une facture annuelle de renouvellement, ainsi qu’un pourcentage du montant versé aux affiliés. Enfin, d’autres fournisseurs ne demandent aucun frais d’installation ni de commission, mais fixent un tarif mensuel.

Quel fournisseur de programmes d’affiliation est le plus intéressant ? Tout dépend de ce que vous recherchez. Les services et options proposées varient d’un fournisseur à l’autre.
Voici une liste non-exhaustive :
– My Affiliate Program www.myaffiliateprogram.com
– Commission Junction www.cj.com
– LinkShare www.linkshare.com

Assurez-vous de bien les étudier avant de prendre une décision. L’un des principaux avantages d’un fournisseur de programmes d’affiliation réside dans le fait qu’il vous aide à trouver des sites susceptibles d’afficher des liens vers votre boutique en ligne. Si vous êtes une petite entreprise dont la marque est peu connue, comment les autres sites peuvent-ils trouver votre site et découvrir votre programme d’affiliation ?
Les fournisseurs de programmes d’affiliation répertorient les boutiques en ligne participantes de façon à ce que les sites intéressés puissent trouver facilement les vendeurs avec lesquels ils souhaitent collaborer. Si vous souhaitez mettre en place un programme d’affiliation pour votre boutique en ligne, commencez
par contacter les différents fournisseurs de programmes d’affiliation répertoriés plus haut.

Les questions à se poser

En comparant les différents fournisseurs, posez-vous les questions suivantes :
A combien s’élève la mise en place d’un programme d’affiliation avec ce fournisseur

Comme nous l’avons expliqué plus haut, les fournisseurs de programmes d’affiliation proposent différents types de facturation. Assurez-vous donc de la façon dont vous serez facturé. Vérifiez également si un dépôt fiduciaire minimum doit être déposé auprès du fournisseur (pour payer les commissions à vos affiliés).

Quels types de programmes d’affiliation sont proposés ?

Comme nous l’avons vu précédemment, il existe trois principaux types de programmes d’affiliation :
1. Les programmes pay-per-click (paiement au clic) — vous payez un site à chaque fois qu’il envoie quelqu’un sur votre site, que cela entraîne ou non une vente.
2. Les programmes pay-per-lead (paiement au prospect) — vous payez un site à chaque fois qu’un individu qu’il envoie sur votre site remplit un formulaire ou effectue une action susceptible d’entraîner une vente en ligne ou en magasin.
3. Les programmes pay-per-sale (paiement à la vente) — vous payez un site à chaque fois qu’il envoie vers votre site un client qui effectue un achat.

Quel type de mesure des performances est fourni ? Est-il simple ou complexe ?
Quelles informations les rapports de performances contiennent-ils ? Quelle est leur fréquence de mise à jour ? Les rapports sont-ils également envoyés par courrier électronique ?
Leur logiciel de gestion d’affiliés est-il simple d’utilisation ?
Quelles fonctions de gestion des comptes sont disponibles ? Est-il facile de mettre à jour ou de remplacer les publicités affichées par vos affiliés ?
Quels outils sont disponibles pour communiquer avec vos affiliés, via le site du fournisseur et par courrier électronique ?
Est-il possible de cibler certains affiliés pour les offres spéciales ?
A qui incombe la tâche de payer les commissions à vos affiliés ? Est-ce votre rôle ou le fournisseur de programmes d’affiliation le fait-il à votre place ?
Quel type de protection le fournisseur propose-t-il contre les fraudes ?
Que se passerait-il, par exemple, si une même personne cliquait sur un lien 50 fois d’affilée ? Vous faudrait-il payer ? Les tarifs sont-ils négociables ?
Est-il possible de personnaliser les tarifs en fonction des affiliés ou devez-vous verser la même commission à tout le monde ?
Le fournisseur propose-t-il certains services client afin de vous aider à mettre en place votre programme d’affiliation ou êtes-vous censé vous débrouiller seul ?

Si vous choisissez de collaborer avec un fournisseur de programmes d’affiliation, ne comptez pas uniquement sur son site pour promouvoir votre programme.
Vous devez également en faire la publicité sur votre propre site pour attirer d’autres sites affiliés. Vous en trouverez un bon exemple sur le site de Shari’s Berries (www.berries.com). Lisez la section consacrée à son programme d’affiliation.

Une dernière remarque à propos des programmes d’affiliation : de nombreux vendeurs, en plus de leur programme d’affiliation, deviennent affiliés à d’autres sites pour obtenir des revenus supplémentaires en affichant par exemple des bannières en bas de page (fonction disponible chez clicboutic)

Les points à ne pas sous-évaluer

Si vous songez à devenir vous-même affilié à un autre site, nous vous recommandons de vous montrer très prudent.
Promouvoir une autre entreprise sur votre site peut compromettre votre image et votre crédibilité. Parfois, la seule présence d’une publicité sur votre site peut être considérée comme un manque de professionnalisme pour vos clients existants ou potentiels, notamment si elle promeut des produits ou des services n’ayant pas de lien direct avec votre secteur. Accepter de faire de la publicité pour une autre société implique votre soutien à cette société et aux produits et services qu’elle propose.

Réfléchissez bien avant de prendre ce type d’engagement. N’oubliez aucun de ces points lorsque vous décidez d’accepter d’afficher des publicités pour d’autres vendeurs sur votre site. Ce conseil peut vous sembler contradictoire, puisque l’objectif d’un programme d’affiliation est justement d’inciter d’autres sites à promouvoir votre entreprise. Ne feront-ils pas preuve d’un manque de professionnalisme en vantant votre site ? Sans doute.

Lorsque vous mettez en place un programme d’affiliation, vous ne devez pas oublier que vous invitez d’autres sociétés à afficher votre nom sur leur site. Il n’est jamais bénéfique de laisser une autre entreprise prendre le contrôle de votre nom de marque. Il est parfois difficile de contrôler le mode de présentation de vos publicitéspar vos affiliés et leur contexte. Si vous mettez en place un programme d’affiliation, assurez-vous de bien sélectionner vos affiliés. Il est, en outre, recommandé d’appliquer certaines règles à votre programme d’affiliation de façon à avoir une possibilité de recours dans le cas où une publicité pour votre site serait présentée de manière désobligeante.

La veille sur Internet

Voici un nouveau dossier, assez court puisqu’il ne sera composé que de 3 chapitres. Ce dossier concerne un travail très très important lorsqu’on se lance dans l’aventure du commerce en ligne, la veille.

Qu’est-ce que la veille ?

La veille, c’est une recherche d’information sur un sujet ou une personne (physique ou morale) qui va s’inscrire dans le temps. En gros, si vous vous lancez dans la vente de foie gras, il vous faudra continuellement surveiller vos concurrents dans le domaine, suivre les évolutions du marché et être informé immédiatement si un nouvel acteur fait son apparition.

Pendant qu’on est dans la théorie, sachez qu’il y a deux méthodes de veille. La première est appelée “Pull” (tirer). Elle consiste comme vous l’aviez deviné à tirer vers soi certaines informations. Par exemple, lorsque vous faites une recherche sur Google. La deuxième méthode est appelée “Push” (pousser). Celle-ci part du principe qu’il va falloir pousser les informations vers soi. Il va donc s’agir de collecter des informations de manière automatique, par exemple, en s’inscrivant à la newsletter d’un concurrent.

Il y a beaucoup d’outils et de petites astuces sur Internet pour effectuer ce travail. Je vais essayer de vous en dévoiler le plus possible. Bien entendu, vous pourrez compléter mes propos par le biais des commentaires. Je compte sur vous ;)

Apprendre à utiliser Google Adwords

Le journal du Net vient de publier un très bon tutorial qui vous explique en vidéo le fonctionnement et l’utilisation du système Google Adwords.

Cliquez ici pour le consulter. 

Comment fidéliser ses clients ? (2/2)

Développez votre programme de fidélisation

Les programmes de fidélisation traditionnels sont également de bons leviers à activer sur la Toile. Développer un système de carte, ou bien de points cadeaux, est un moyen efficace et éprouvé pour fidéliser ses clients. Ici, deux options s’offrent à un e-commerçant. Soit mettre en place son propre programme, soit adhérer à un programme mutualisé. Un choix qui se fait principalement en fonction du temps et des moyens que l’on peut y consacrer. En effet, déployer un système de points personnalisé n’est pas chose aisée. Cela demande une analyse en amont afin de déterminer un système avantageux pour le client, mais qui n’est pas non plus trop onéreux pour l’e-marchand. Un casse-tête parfois difficile à résoudre.

« La mise en place d’une carte de fidélisation doit être pensée avec minutie, souligne Antoine de Lasteyrie, directeur associé de FullSIX. Un programme mal élaboré peut vite devenir un gouffre financier pour une entreprise. Parallèlement, il faut aussi que le client y trouve son compte. C’est un outil qui doit être gagnant pour tout le monde. » C’est pourquoi adhérer à un programme mutualisé peut être une alternative à ne pas négliger. Externaliser cet outil permet de développer un système de points à moindre coût. Mais il faut garder à l’esprit que l’internaute ne dépensera pas forcément ses points sur votre site. Néanmoins, le panier moyen de vos clients devrait croître. Et toute l’animation de la base de données est effectuée par le prestataire de services. « Notre réseau comporte actuellement 92 e-commerçants sur 27 secteurs différents, explique Patrick Pedersen, directeur France de Maximiles. Les internautes peuvent faire leurs courses et ainsi gagner des points. Ils pourront ensuite les dépenser via notre catalogue. »

Utiliser les newsletters

Toujours dans une optique relationnelle, l’e-mail peut s’avérer un moyen efficace de garder le contact et de fidéliser ses clients. Il est toutefois conseillé de respecter quelques règles de base pour que cet outil ait un rendement optimal. Tout d’abord, il faut que le courriel soit ciblé. C’est-à-dire qu’il contienne des informations susceptibles d’intéresser le client. Idéalement, il faudrait tendre vers une véritable communication one-to-one, avec un e-mail spécifiquement dédié à chacun de vos e-consommateurs. « La personnalisation du courriel est un facteur-clé du succès. Afin de fidéliser vos clients, il faut leur envoyer la meilleure offre au meilleur moment », conseille Mathieu Hannouz, chef de produit marketing chez Neolane.

Autre point important : optimiser la fréquence d’envois. Dans ce cas, il faut essayer de trouver le rythme adéquat. Concrètement, contacter trop souvent ses clients aura un impact négatif car l’e-mail sera considéré comme intrusif et non informatif. Mais il n’existe pas de règles types. La fréquence d’envoi optimale est différente pour chaque e-commerçant. Enfin, la newsletter doit apporter une véritable valeur ajoutée. Au-delà des offres commerciales, un contenu rédactionnel sera bien perçu par les internautes. « Nous travaillons nos newsletters au maximum, témoigne Pénélope Ferrand-Tomasi, directrice communication et marketing de Surcouf. Parallèlement aux bonnes affaires, nos e-mails contiennent une partie éditoriale, ou bien encore des services particuliers comme l’accès aux précommandes. En outre, nos offres sont personnalisées et géolocalisées. »

Source : http://www.ecommercevad.fr