Comment proposer un service client cinq étoiles lorsqu’on démarre en ligne

J’ai souvent du mal à convaincre les entrepreneurs qui démarrent en ligne à consacrer plus de temps à leurs clients plutôt que de se focaliser sur le développement de leurs ventes. C’est pourtant le meilleur service que vous pourrez rendre à votre business.

En prenant soin de vos clients, vous augmentez la probabilité qu’ils achètent de nouveau sur votre boutique mais aussi qu’ils vous recommandent à leur entourage lorsque vous le leur demanderez. Appliquez-vous à suivre ces conseils et vos clients vous resteront fidèles :

1- Proposez une messagerie instantanée sur votre site :

Vos visiteurs auront des questions à propos de vos produits. En leur offrant un système de messagerie instantanée, vous serez en mesure de les assister. Lorsque la même question vous est régulièrement posée, profitez-en pour y répondre sur une page dédiée de votre site qui servira à renseigner les nouveaux venus.

Dressing-the-man.com affiche une fenêtre de dialogue en direct de manière proéminente

2- Rédigez une politique de retour et des CGV qui soient claires et nettement visibles sur votre site.

Si vous pensez qu’afficher franchement les conditions d’achat et de livraison de votre boutique est de nature à décourager vos clients de commander chez vous, réfléchissez-y à deux fois. Les malentendus sont inévitables et vous ferez gagner du temps à vos clients et à vous-même en anticipant de possibles désaccords.

La boutique de vernis Bec-et-ongles.com affiche ses conditions de livraison à droite de son logo

3- Utilisez des sondages

Vos clients n’auront aucun mal à exprimer leur opinion si vous la leur demandez. Les suggestions mais aussi les critiques que vous récolterez grâce aux sondages que vous enverrez par e-mail (un simple lien vers un formulaire de sondage peut suffire) vous permettront d’améliorer votre site et votre offre afin de réellement impressionner vos clients dans le futur.

Vous pouvez aller plus loin en créant une « boite à idées » (à la manière des grands magasins) qui redirige sur votre formulaire de contact.

La boutique Curioos.com invite ses clients à donner leur avis sur ses produits et son site

4- C’est la touche personnelle qui fait la différence

Commencez par signer de votre nom les e-mails de la boutique. Ajoutez une note écrite à la main dans chacun de vos colis.

Le but est de montrer à vos clients que vous n’êtes pas juste en quête d’argent facile. Faites leur comprendre que leur satisfaction est votre priorité.


5- Prenez les réclamations au sérieux

Beaucoup d’entreprises ignorent les réclamations de leurs clients en se disant que de nouveaux clients viendront les remplacer. Rien n’est moins vrai ! Le bouche à oreille peut se révéler très puissant, surtout sur le web.

Choisissez vos mots avec précaution et exploitez chaque opportunité de vous racheter pour impressionner vos clients.


6- Soyez facilement joignable

Affichez un numéro de téléphone ainsi qu’un formulaire de contact sur votre site.

La boutique Jumpinjammerz.com a tout bon avec un numéro de téléphone et un lien vers le formulaire de contact très visibles

A vous de jouer

La prochaine fois que vous aurez à traiter avec un client furieux, repensez à cet article et faites le maximum pour le transformer en un fan inconditionnel. C’est en cultivant des relations sincères avec vos clients que vous pourrez vous assurer leur fidélité à votre égard et un bouche à oreille profitable.

Comment rédiger de bonnes descriptions produit pour votre boutique en ligne

Je tombe souvent sur des boutiques en ligne qui n’ont pas pris le temps de réfléchir à leurs clients en rédigeant la description de leurs produits. Un exemple trop fréquent :
les boutiques qui font un simple copié-collé de la description de leur fournisseur ou d’un autre site internet.

Mais que se passe-t-il lorsque votre client n’a pas l’information qu’il s’attend à trouver dans la description ? Est-ce que vous voulez vraiment l’obliger à butiner de site en site pour obtenir ce renseignement crucial à sa décision d’achat ?

répondre aux questions des clients

Voici quelques points à garder en tête lorsque vous rédigez une description de vos produits :

1- Google fera remonter vos pages si vous rédigez des descriptions différentes de celles des autres sites.

Google préfère mettre en avant les contenus inédits pour les internautes – et pénalise ainsi toute reproduction d’un texte. Du coup, si vous réutilisez une description qui a déjà été publiée ailleurs, les produits de vos concurrents seront systématiquement avantagés car les moteurs de recherche les auront archivés en premier.


2- Les descriptions de vos produits doivent répondre aux questions de vos clients.

Si vous vendez des t-shirts, pensez à donner les dimensions exactes pour chacune des tailles proposées. Pensez également à renseigner les instructions de lavage. En revanche, si votre secteur est celui de l’électronique, communiquez l’ensemble des caractéristiques techniques, les dimensions et les informations sur la garantie.

Lorsqu’un client arrive sur votre site, votre préoccupation n°1 doit être de donner les informations nécessaires à sa décision d’achat.


3- Envisagez l’utilisation de la vidéo.

Si un dessin vaut mieux qu’un long discours, une vidéo peut être encore plus convaincante. Non seulement vos clients pourront examiner votre produit sous toutes ses coutures mais cela peut aussi être l’occasion pour vous de faire une critique complète du produit et de renseigner le client de la même façon que vous le feriez en magasin.

La boutique de pierres précieuses Wild Gems produit ses propres vidéos et les héberge gratuitement sur Youtube – ce qui permet d’attirer des visites supplémentaires sur leur boutique en ligne.C’est assez difficile de restituer l’éclat de pierres en utilisant uniquement des photos, la vidéo s’impose donc pour un site come le leur. La bague Moonstone (pierre de lune) :


4- Transformez vos descriptions en Foire Aux Questions.

Profitez de chaque échange téléphonique, e-mail ou chat avec vos clients pour noter leurs questions et les ré-utiliser dans la description de vos produits.

Si une question est pertinente : pourquoi prendre le risque qu’un autre client se la pose de nouveau et renonce à commander sur votre boutique ? Vous réduirez en passant le temps consacré au service client.

foire_au_questions
Un bon exemple de fiche produit intégrant une FAQ sur la boutique de Photojojo

5- Mesurez vos progrès.

Si vous utilisez Google Analytics, vous pouvez facilement savoir quelles pages produit vos clients abandonnent et améliorer ainsi leurs descriptions.

A l’inverse, si un produit fait partie des meilleures ventes, je vous conseillerais de tester deux descriptions différentes afin de déterminer laquelle est la plus efficace.


Facilitez l’achat sur votre boutique en ligne

Acheter sur votre boutique ne devrait pas être une corvée pour vos clients. En rédigeant une description complète pour chacun de vos produits, vous vous donnez les moyens d’augmenter vos ventes, de réduire les retours et d’augmenter la satisfaction de vos clients.

Commentaires & notes des clients

Vous avez déjà remarqué sur de nombreux sites d’e-commerce la possibilité de noter un produit ou de le commenter. Toutefois, certains e-commerçants se posent la question de l’utilité de ces commentaires; vont-ils plutôt les servir ou les desservir?

Les commentaires sont en tout cas une attente indéniable des prospects et clients. Dans son livre Designing for the Social Web, Joshua Porter évoque même le concept d’“effet Amazon” : dans les tests qu’il a effectué, les internautes vont systématiquement d’abord chercher leur article sur Amazon.com. Non pas qu’ils soient particulièrement adeptes d’Amazon, ni que le site soit toujours le moins cher; non, ils se rendent sur Amazon car ils sont sûrs d’y trouver des commentaires crédibles sur les produits, laissés par des gens comme eux. Ils veulent connaître “la vérité”, et refusent de se contenter d’une version idéalisée du produit embellie de clichés marketing.


Le pour et le contre

Quelle que soit la quantitié d’information que vous donnez sur votre produit, elle sera toujours considérée comme biaisée par un prospect. En revanche, des commentaires clients auront toujours tendance à générer de la confiance.

(suite…)

Testez la navigation de votre boutique

Comme pour les beta-testeurs de la nouvelle solution Clicboutic, il va vous falloir quelques « visiteurs-test » pour essayer votre boutique. Naviguer sur Internet n’est pas le point fort de votre mère, ne vous inquiétez pas; vous pouvez tester vous-même votre boutique!

Les points importants à vérifier lors de votre test:

Navigation et accessibilité de la boutique

– Vos clients savent-ils immédiatement ce que vous vendez ?
– Combien de temps cela prend-t-il pour trouver des produits particuliers ? Et quel niveau de difficulté ont-ils rencontré pour y accéder ?
– Mes clients sont-ils frustrés dans leurs attentes à n’importe quel moment de leur visite ? Pourquoi ? Quelle solutions proposez-vous pour corriger ce problème ?
– Est-ce que votre panier est facile à trouver et à mettre à jour ?

Informations et transparence

– Est-ce que les informations relatives à chacun de vos produits suffit à répondre aux questions les plus fréquentes de vos clients ? Si ce n’est pas le cas, quelles autres questions se posent-ils (c’est là qu’un vrai visiteur-test devient plus efficace que le marchand qui manque souvent de recul par rapport à sa propre boutique) ?
– Est-ce qu’une description textuelle supplémentaire va répondre à leurs questions ou cela nécessite-t-il de concevoir une autre méthode ?
– Est-ce que je demande assez d’informations au client lorsqu’il passe sa commande ? Est-ce que j’en demande trop ?
– Proposez-vous suffisamment de photos pour satisfaire les besoins d’information visuelle sur les produits ? Est-ce que ces photos illustrent précisément la taille, l’échelle, la texture, la largeur, la couleur et les détails des produits ? voir l’article : Une présentation sympathique des photos de vos produits

Ce court mémo avait pour but de vous démontrer qu’avec un peu de recherche, une planification attentive et des phases de test, vous pouvez développer une boutique en fonction de votre clientèle pour leur offrir une expérience positive et apporter à votre activité des résultats tangibles ($$$).

J’espère que ça vous a plu. Bon week-end à tous!

Tarik

Simplifiez et sécurisez les commandes

Suite et fin de notre série d’articles sur le thème de la grande distribution et du e-commerce.

Promouvoir le geste d’achat

Les ailes de supermarché regorgent de choix et la sélection des produits est basée sur une kyrielle de facteurs, comme la fidélité à une marque, le packaging, la position sur le présentoir et bien sûr le prix. Si l’on prend le rayon céréales par exemple. Les clients ont le choix entre une douzaine de produits : chaud vs. Froid, diététique vs. Sucré, à manger avec du lait vs. Sec. Si vous cherchez un produit en rayon que vous avez déjà eu l’occasion de goûter, il y a des chances que vous n’y réfléchissiez pas à deux fois avant de l’acheter.

Habituez vos clients à perdre leurs habitudes

Mais lorsque vous cherchez un nouvel article, il est plus probable que vous opériez un choix après y avoir un minimum réfléchi. Dans un premier temps, vous allez sûrement identifier un candidat en fonction du prix ou de l’emballage puis vous saisir d’une boîte de céréales pour y lire les ingrédients ou les informations nutritionnelles. Il est possible que vous répétiez ce processus pour d’autres articles du magasin avant de finalement sélectionner un produit. Ce type de comparaison est bel et bien de la « recherche de produit », et seul une poignée d’entre nous sont suffisamment aventureux pour acheter des produits qu’ils ne connaissent pas sans opérer ce mode de recherche et de sélection.

L’avènement des sites comparateurs de prix comme leguide.com ou kelkoo.fr a fait monter la température d’un cran pour les sites d’e-commerce puisqu’ils vendent plusieurs produits d’une même marque. Ces sites comparateurs aident les consommateurs du net à trouver le prix le plus bas pour un produit particulier parmi un grand nombre de sites concurrents. Bien que le prix soit certainement un élément déterminant du choix pour certains des consommateurs, ce n’est pas le cas de tous. C’est à partir de ce constat qu’il faut penser le design de la fiche produit si vous voulez augmenter vos ventes en soulignant la valeur ajoutée de vos produits, surtout si votre produit n’est pas le moins cher.

Heureusement Clicboutic est là

Une nouvelle fiche produit attractive et fonctionnelle

Notre nouvelle solution e-commerce contient d’ailleurs une fiche produit facile à utiliser qui permet à vos clients de visionner plusieurs produits simultanément. La vue standard affiche une image réduite accompagnée des caractéristiques produit, les options de couleur et de taille ainsi que le prix. Les visiteurs peuvent cliquer sur une couleur et le produit change en fonction. De plus, une page statique contenant « Plus de photos » permet d’afficher plusieurs vues de votre produit tout comme des gros plans de l’article pour l’exposer dans ses moindres détails. Mais la pièce de résistance est la fonction Zoom qui permet non seulement de visualiser une photo plus grande mais laisse aussi la possibilité au client de s’attarder sur les détails de finition du produit en un simple clic de souris.

C’est exactement ce type de fonctionnalité qui aide les visiteurs à se rendre compte de la valeur ajoutée de vos produits et à les transformer en acheteurs.

Anticipez les besoins

Une autre technique pour insister sur la valeur consiste à anticiper les besoins. Un module a ainsi été développé et offre l’opportunité de suggérer à l’achat des articles similaires à ceux que le visiteur s’apprête à acheter ainsi que des ventes croisées (culotte + soutien-gorge = prix d’ensemble, par exemple). Vous améliorerez de la même façon l’expérience de vos visiteurs grâce au module de commentaires clients, du module de personnalisation produits ou de la notice d’instruction téléchargeable ; tous installés par défaut !

Le processus de commande

En ce domaine, certains supermarchés suivent la tendance des sites e-commerce. Afin d’offrir une authentique expérience de « self-service » (où le client fait tout, tout seul), de plus en plus de magasins prévoient désormais des caisses automatiques. Les visiteurs peuvent passer leurs propres codes barre à la caisse, ranger les produits dans leurs sacs et payer – théoriquement, de façon plus rapide que les caisses traditionnelles. Que ces caisses soient effectivement plus rapides est un autre débat, mais ce qui compte c’est qu’elles sont perçues comme telles.

Ceci est également vrai pour les consommateurs du net pour qui les courses en ligne sont plus rapides que se rendre dans un magasin en briques. Le but de votre panier est logiquement de renforcer cette perception. Si les offres que vous proposez sur vos produits (ventes croisées…) et les politiques de votre boutique (conditions de retour…) détermineront probablement la quantité d’informations qu’exigeront vos clients, la rationalisation et la simplification du processus de commande seront indispensables à votre succès!

J’espère que cette série d’articles aura été instructive.

A demain pour une note-mémo: Testez la navigation de votre boutique

Tarik

Optimisez votre taux de transformation

2ème partie de notre série d’articles à thème: Les leçons de la grande distribution pour le e-commerce. Aujourd’hui, vous allez apprendre à aider vos clients à trouver ce qu’ils veulent pour mieux les amener à acheter ce que vous voulez.

Amenez vos clients à trouver ce que VOUS voulez

Les supermarchés comme les sites Web sont essentiellement des services où l’on se sert soi-même. Bien sûr, les supermarchés disposent de personnel, et vous pourrez toujours demander de l’aide si nécessaire. Mais en gros, nous sommes livrés à nous-mêmes.

De ce point de vue, l’organisation des supermarchés est le fruit d’innombrables heures de recherche, où le comportement d’achat est calculé en fonction de chaque centimètre du plan de surface du magasin pour maximiser les ventes et les profits.

Du fait de l’absence d’une troisième dimension, ce type de planification n’est pas aussi simple en ligne, mais il est toujours possible de diriger les consommateurs où vous voulez qu’ils se rendent.

Le site de chocolats Neuchatel dont je vous parlais hier se distingue à ce titre par ses boutons de navigation qui emploient des termes logiques et évocateurs – aidant ainsi le visiteur à expliciter ses besoins.

Améliorez le parcours client de votre boutique

L’excellent site britannique Pottery Barn (www.potterybarn.com) utilise des « incitations à l’action » ; pépites d’or qui attirent l’attention des acheteurs sur les nouveaux produits, les produits de saison ou encore les articles populaires et ceux qui sont en solde.

Au moment d’écrire ces lignes, la page d’accueil contenait plusieurs incitations à l’action :
Les articles de saison (« The holidays are here ») : cette page invite le visiteur à faire des courses spécifiques aux fêtes de Thanksgiving, Halloween et même déjà Noël. Nous avons suffisament de fêtes en France pour exploiter cette possibilité.
Articles récents (« What’s New ») : Les nouveaux éléments de la boutique sont regroupés dans ce domaine et classés dans les mêmescatégories générales qui se trouvent sur le site.
Livraison gratuite (« Free shipping ») : cela permet à la boutique de mettre en avant des produits (souvent des accessoires, moins chers à l’expédition) difficiles à écouler (en l’occurrence, les produits de Noël au mois de septembre !).
Produits les plus vendus (« Best-sellers ») : Catégorie d’articles les plus populaires de la boutique.

En organisant la page d’accueil de cette manière, les visiteurs peuvent trouver rapidement des incitations à l’action pertinentes et suivre cette direction pour atteindre les articles qui les intéressent.

Ne cherchez pas l’originalité à tout prix

Dès lors, en essayant d’être à la fois créatif et à la page, certaines entreprises inventent des noms nouveaux et originaux pour identifier leurs produits ou gammes de produits. Malheureusement, au lieu d’être intrigué, les visiteurs sont frustrés.

J’ai ainsi récemment visité un site marchand qui vendait des fleurs, de graines pour faire pousser ses légumes ainsi que de matériel de jardinage. Le menu de navigation était segmenté par produits : Légumes, Fleurs, Herbes, Outils. J’ai cliqué sur cette dernière rubrique, m’attendant à voir apparaître des gants de jardinage, des sabots ou encore des chapeaux, bref de quoi m’équiper pour planter mes tomates-cerises. En fait, cette rubrique abritait du matériel de jardinage ; tel que des paniers à tomate, des pots à fleurs ou encore des mini-serres. Je comprends qu’ « Outils » soit plus subtil que « Matériel de Jardinage », mais ce concept a échoué à me communiquer efficacement le contenu de la catégorie qui m’intéressait.

Immédiatement, j’ai cliqué sur précédent parce que je ne trouvais pas ce que je cherchais. Ce sentiment de frustration est logiquement à bannir; surtout si vous voulez améliorer le temps passé par les visiteurs sur votre boutique ,-)

A Jeudi pour la suite (et fin) de cette série d’articles.

Tarik

Auto-entrepreneur ?

Voici quelques détails sur le nouveau statut autoentrepreneur.

Le statut d’auto-entrepreneur est entrée en vigueur le 1er janvier 2009.

Le gouvernement a mis en place un site internet où vous pouvez retrouver toutes les informations concernant ce nouveau statut et vous inscrire en ligne. Gros succès puisque plus de 50 000 personnes se sont déjà inscrites depuis le 1er janvier.

Les prévisions d’Hervé Novelli, Secrétaire d’État chargé du Commerce, de l’Artisanat, des Petites et Moyennes entreprises, sont de 200 000 auto-entrepreneurs pour 2009.

A qui s’adresse ce nouveau statut ?

Ce statut est ouvert depuis le 1er janvier 2009, aux étudiants, salariés du public et du privé, professions libérales, retraités et demandeurs d’emploi.
Cependant il ne sera accessible qu’aux personnes dont le revenu fiscal de référence par part de quotient familial ne dépasse pas 25195 € soit :
– pour un célibataire (une part) : 25 195 €
– pour un couple (deux parts) : 50 390 €
– pour un couple avec un enfant (deux parts et demi) : 62 987 €

Quelles sont les démarches administratives pour lancer ou arrêter son activité ?

Le lancement ou l’arrêt de son activité se fait par une simple déclaration écrite ou par internet auprès du Centre de Formalités des Entreprises (CFE). Il est nullement nécessaire d’être immatriculé au registre du commerce et des sociétés ou au répertoire des métiers.

Quelle est la limite de chiffre d’affaires autorisé et quel est le montant des charges ?

On distingue deux cas :
1. pour les activités commerciales (vente de marchandises, d’objets, de fournitures…), le chiffre d’affaires ne doit pas dépasser 80 000 € HT. Sur ce chiffre d’affaires, l’entrepreneur paiera un prélèvement libératoire forfaitaire (charges sociales et impôts) de 13% ;
2. pour les activités de services, relevant des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) et les professionnels libéraux relevant des bénéfices non commerciaux (BNC), le chiffre d’affaires ne doit pas excéder 32 000 € HT. Le montant des charges s’élève à 23%.

Le paiement des charges sera payé auprès du régime social des indépendants (RSI) tous les mois ou trimestriellement. L’avantage de ce système est que s’il n’y a pas de chiffre d’affaires, il n’y a pas de charges sociales ou fiscales à payer.

L’auto-entrepreneur est-il considéré comme professionnel ?

Oui, même si l’activité commerciale qu’il exerce est considérée comme accessoire. Il est un professionnel au sens du Code de la consommation et est responsable de plein droit en cas de non respect des règles.
En ce qui concerne le commerce électronique, l’auto-entrepreneur est soumis aux mêmes obligations que n’importe quel professionnel, par exemple :
* le respect de la date limite de livraison
* informer le client sur son droit de rétractation
* rembourser le consommateur en cas d’exercice de ce droit

Ce statut d’auto-entrepreneur est une réelle avancée pour des dizaines voir des centaines de milliers de gens qui vont pouvoir mettre leur ambition, leurs compétences et leur enthousiasme au service de leur propre entreprise.

Plus de détails sur le site dédié au statut d’auto entrepreneur

Présentation du statut par M. Novelli, son créateur :
Auto Entrepreneur par Hervé NOVELLI

Interview de M. Novelli :
L’auto-entrepreneur, comment ça marche ? par Hervé Novelli

Comparer les différentes offres de livraison

En se lançant dans l’e-commerce, on se retrouve rapidement confronté à la problématique de la livraison. Si Colissimo semble une solution incontournable pour la grande majorité des cyber-marchands, il existe de nombreuses offres concurrentes qui peuvent être pertinentes pour des besoins spécifiques. Seulement, jusqu’ici, il était assez difficile de prendre le recul nécessaire pour comparer ces offres.

C’est en partant de ce constat que Jean-Baptiste Renié (un ancien de chez Chronopost) a décidé de développer un comparateur de prix spécialisé dans le secteur de la livraison.

Envoi Moins cher

EnvoiMoinsCher s’adresse en priorité aux TPE/PME, mais peut également intéresser les vendeurs sur plate-formes telles qu’Ebay ou PriceMinister, voire les particuliers.

Le fonctionnement est simple : l’internaute entre la date et le lieu d’envoi, l’adresse de livraison, le poids du colis et sa taille. D’affichent ensuite les offres de livraisons classées selon leur prix ou leur délai.

Liste des offres de livraison

EnvoiMoinsCher souhaite s’ouvrir à plus de partenaires dans le courant de l’année prochaine et pourrait ainsi comparer les offres des coursiers et des points relais en plus des transporteurs plus traditionnels.

Voilà un outil pratique à enregistrer dans ses favoris…

La veille sur Internet

Voici un nouveau dossier, assez court puisqu’il ne sera composé que de 3 chapitres. Ce dossier concerne un travail très très important lorsqu’on se lance dans l’aventure du commerce en ligne, la veille.

Qu’est-ce que la veille ?

La veille, c’est une recherche d’information sur un sujet ou une personne (physique ou morale) qui va s’inscrire dans le temps. En gros, si vous vous lancez dans la vente de foie gras, il vous faudra continuellement surveiller vos concurrents dans le domaine, suivre les évolutions du marché et être informé immédiatement si un nouvel acteur fait son apparition.

Pendant qu’on est dans la théorie, sachez qu’il y a deux méthodes de veille. La première est appelée “Pull” (tirer). Elle consiste comme vous l’aviez deviné à tirer vers soi certaines informations. Par exemple, lorsque vous faites une recherche sur Google. La deuxième méthode est appelée “Push” (pousser). Celle-ci part du principe qu’il va falloir pousser les informations vers soi. Il va donc s’agir de collecter des informations de manière automatique, par exemple, en s’inscrivant à la newsletter d’un concurrent.

Il y a beaucoup d’outils et de petites astuces sur Internet pour effectuer ce travail. Je vais essayer de vous en dévoiler le plus possible. Bien entendu, vous pourrez compléter mes propos par le biais des commentaires. Je compte sur vous ;)

Créer son entreprise…

Pour pouvoir vendre sur internet il n’y a pas de secret : comme pour vendre dans la « vraie vie » il indispensable d’avoir le status de commerçant c’est-à-dire créer son entreprise et obtenir la saint graal : le n° de SIRET.

Pourtant, malgré certaines apparence la procédure est loin d’être compliquée et coûteuse : il est désormais possible de créer son entreprise en quelques jours avec un capital d’un euro sans aucune compétence juridique particulière.

Vous trouverez des conseils détaillés sur le site de l’APCE (Association pour la création d’entreprise) ici ou vous rendre dans la chambre de commerce et d’industrie de votre région.

Les commerçants et les artisans ayant déjà un n° de SIRET peuvent bien sûr vendre sur internet sans aucune formalité spécifique.

Et vous, quel est votre expérience sur la création d’entreprise ?